Pour ce lundi 8 octobre, expressions incluant le mot oeil ou le mot yeux

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°209

C’EST ICI

À la barre :

JEANNE FADOSI

Voici mon choix d’expressions :

« Avoir les yeux plus grands que la panse » :

(Avoir mois d’appétit que prévu)

« Agir les yeux fermés » :

(En toute confiance)

« Se mettre un doigt dans l’œil » :

(Se tromper grossièrement)

« Taper dans l’œil » :

 (Faire de l’effet)

            

Je me souviens entre autres, d’un dimanche soir au temps de mon adolescence, avoir eu les yeux plus grands que la panse et, d’avoir avalé trois petits pains fourrés contenant chacun une saucisse jetée dans le beurre. Je vous dis bien  sincèrement avoir compris que j’avais agis les yeux fermés. Le lendemain, étant dans l’impossibilité de poursuivre ma journée scolaire, je fus dans l’obligation de revenir à la maison bien penaude, en avouant bien humblement m’être mis un doigt dans l’œil n’ayant pas obéi à la suggestion de ma mère me signifiant que deux, ce serait suffisant. Je fus dès lors clouée chez-moi toute une semaine entière ; ne gardant aucune nourriture solide. Cela me tapa dans l’œil pas à peu près, jurant de ne plus jamais recommencer. Ce qui fut fait, croyez-moi. Grâce à ma mémoire d’éléphant, je puis même vous affirmer que c’était bel et bien un beau soir d’automne.

En toute amitié,

Colette

Publicités

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Traces d’un autre temps

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°178

~

Les défis de la Plume d'Evy, thème_Traces d'un autre temps

Petite fille de 10 ans,

le jour de sa première communion ;

âge requis pour ce faire à l’époque.

Née en 1910, donc nous sommes nécessairement

en 1920 lors de la prise de cette photo.

Missel à la main,

robe à la taille allongée à la mode du temps ;

cette petite fille vient de chanter en solo

pour la première fois à l’église de son village.

Cette petite fille, c’est ma mère.

À ma naissance elle avait 32 ans

 et, elle y chantait toujours.

Que de bons souvenirs de l’accompagner

aux exercices une fois semaine en soirée.

Proche de l’harmonium de la sacristie,

je vibrais à sa voix.

Ce qu’elle a poursuivi

jusqu’à ce que la maladie l’en empêche.

Ces moments inoubliables et ineffaçables

ont  bercé mon enfance.

Traces d’un temps à jamais gravé

dans ma mémoire.

~

Amitiés,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Une partie de toi

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°177

~

Tu es parti, papa

mais, une partie de toi est restée.

Au-delà des horizons,

au-delà de la vie,

je t’ai vu partir

mais, tu es toujours là !

Une partie de toi

ne peut me lâcher.

Une partie de toi est vivace.

Une partie de toi vit et grandit.

On pourrait me raconter

le monde et tout ce qu’il contient ;

rien ne pourrait remplacer ces fleurs

mises là par toi sur le terrain.

Arrachées, plantées, replantées ;

cette partie de toi,

après tant et tant d’années

est toujours là !

Une partie de toi est restée

au-delà de la vie.

Au-delà  de ta vie.

~

Amitiés,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Ce lien qui nous relie

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°175

~

L’évocation d’un lieu,

Au long de nos années ;

Si parlant à nos yeux,

De moments appréciés.

.

Une visite ; encore mieux,

Des coins de notre enfance.

Lien de soie savoureux,

Des joies de l’existence.

.

Profusion incessante,

De bonheur, de vie, d’être :

Ce lien, une évidence,

Loin du chic, du paraître.

.

Tu n’es plus sur ce banc ;

Tu es là, dans mon cœur.

Ainsi passent les ans ;

Dans ce lien en douceur.

N.B. : Le banc sur lequel se reposait mon frère (décédé en 2016)
lors de ses marches journalières.

~

Bon jeudi

à

chacune et chacun !

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : À la lueur d’une lampe

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°173

À la lueur d’une lampe.

.

En soirée, cette lumière,

Bonne occasion d’écrire.

Comble à ma solitude,

Une rassurante présence.

.

Puis, aussi claire que le jour,

Bon dans les moments difficiles,

Bon dans les moments agréables ;

Que dire des moments de douceur

Et, de ceux remplis de chaleur !

.

Sûre comme le soleil du matin ;

Intimité reposante.

Écrire des mots traces de vie,

Telle une ondée bienfaisante ;

Mon passage en pluie souvenir.

.

À la lueur d’une lampe.

~

Bonne semaine !

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Scène d’une vie

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°166

Les défis de la Plume d'Evy, thème_Scène d'une vie

Travail de l’été,

Les jours de congé.

Rien que passager,

Passage obligé ;

Ça, fait de bon gré.

.

Pas de cette année !

L’avez deviné …

Pour vous l’présenter,

Photo j’ai scannée.

.

Un jour j’dus quitter,

Sans recommencer,

Pour du régulier.

.

Continuant d’aimer

Ce lieu désigné,

Sans trop m’attacher.

.

C’est d’ma destinée ;

En simplicité.

~

Bon jeudi

et

bel été !

Colette

Pour ce lundi 15 : Surprise de janvier

Défi N°198

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

PAR ICI

À la barre :

ABC

Elle nous dit :

Imaginez que l’année commence en vous surprenant, racontez comment vous réagissez.

Pour ma part, je triche un tout petit peu, en vous racontant la même chose mais, dans un évènement du passé …

Il y a bien longtemps de cela, une fillette toute simple vivait au cœur d’un petit village de campagne. On en était au 31 décembre. Depuis quelques jours, elle avait décidé que ce soir-là, elle ne s’endormirait pas avant minuit, pour assister en direct, de sa fenêtre de chambre à l’arrivée de la nouvelle année. Car, dans sa petite tête d’enfant, il y avait certainement dans le ciel, à ce moment précis, quelque chose qui se passait. Elle s’était promis qu’elle ne manquerait pas cela. L’attente fut longue car, elle hésitait à s’étendre sur son lit, de peur de s’endormir avant l’évènement tant désiré. Elle demeura donc assise sur le bord de son lit, à la noirceur, les yeux fixés vers la fenêtre. L’heure venue, elle se leva tout doucement, sans faire de bruit, afin que personne ne la surprenne ainsi. C’était quelque chose d’intime et de personnel à elle seule.

Minuit arriva enfin ! Surprise !!! Elle eut beau scruter le firmament de gauche à droite, rien de spécial ne s’y passa. Déçue, elle regagna son lit en perdant un peu de ses illusions. Elle réalisa pour la première fois, cette nuit-là, que les plus grandes joies n’étaient pas dans le sensationnel mais, dans le train-train de la vie, dans le quotidien de tous les jours.

Cette petite fille, vous l’avez sans doute deviné, c’était moi !

Colette 11 ans

Ici se résume ma première surprise de janvier, dont je me souviens particulièrement.

Les jours, les mois, les années se succèdent sans vraiment se ressembler. Ne laissons donc pas passer nos petits bonheurs quotidiens ! Vivons-les « à plein » !

Bonne semaine

à

toutes et tous !

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 513 autres abonnés