Histoire de pigeon

Mil et une

clic

Sujet 11/2021 – du 20 au 27/03

Le mot à insérer facultativement est :

ESSENTIEL

image_0555900_20210312_ob_b073cf_2021catichou72128515676

image Catichou72 – clic

Histoire de pigeon

.

Soit dit en passant, je n’ai rien contre les pigeons, mais l’accumulation de fiente acide sur le rebord en pierre de mes fenêtres, ne me dit tout de même rien de bon, de plus que cette fiente est un risque pour la santé, car associée à diverses maladies comme l’histoplasmose et la cryptococcose dues à un champignon qui y croit.

Cette lanterne, on peut toujours l’enlever pour y remédier, tandis que le rebord des fenêtres, il doit demeurer en place, hélas, car vraiment ESSENTIEL. Tout cela pour en venir à ma petite histoire :

C’était il y a quelques décennies de cela, du temps où l’on faisait confiance un peu à tout, sans se soucier de tout et de rien. Nous vivions librement dans notre si belle nature. Nous y communiquions sans crainte.

Un beau soir d’été après le repas du soir, je prenais une marche de santé, en compagnie de quelques compagnes lorsque tout à coup, sous les arbres un gros et vilain corbeau se met à croasser et pas à peu près, s’il vous plaît ! Je ne fais ni un ni deux et m’avance sous les arbres pour y voir plus précisément ce qui se passait exactement, lorsque je l’aperçois, de son bec, attaquer un pigeon à la gorge ; je crois même que c’était un petit pigeonneau fraîchement sorti du nid. Je le menace fortement. Voilà qu’il me fait face. Tu ne gagneras pas, que je me dis, comme cela et ce, sans m’arrêter, je le poursuis. À ma grande surprise le voilà qui lâche prise. Je continue ma course vers lui, jusqu’à ce qu’il monte au faîte d’un arbre. Là, je prends le petit pigeon dans mes bras et le colle sur ma joue en le tenant tendrement, je lui donnais même des becs (bisous) sur sa petite tête. Il avait les yeux à l’envers, le pauvre. Il ne tentait pas même de s’enfuir. Je le croyais à toute extrémité.

Tout à coup, de la fenêtre de la réception, on m’avertit que j’ai un appel téléphonique. J’hésite un peu, mais je finis par le déposer par terre sur l’herbe et j’entre momentanément dans la maison dans le but de faire vite et court.

Surprise, lorsque je reviens sur les lieux, on me dit que dès que je suis entrée, il est parti au vol sans mal. J’étais déçue, mais heureuse aussi de lui avoir sauvé la vie, car si je n’avais pas été là, à ce moment précis, sans défense, il serait certainement mort.

Je me disais aussi pendant combien de temps, j’aurais pu le tenir ainsi dans mes bras, de cela, j’y pense encore. Ce que j’en retire, c’est que les animaux quels qu’ils soient, sentent que nous les aimons.

Ainsi se termine ma petite histoire de pigeon.

~

Bonne semaine

et

beau printemps !

Colette

Pour ce lundi 8 février : Bon et gai souvenir

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°245

FANFAN

Elle nous dit :

À partir d’une photo ou d’un objet,

d’une odeur ou d’un lieu,

racontez en quelques lignes,

un souvenir bon, gai ou triste

ou

une anecdote de votre enfance …

Bon et gai souvenir

.

C’était à l’Expo Québec, au mois d’août 1956. Je m’en souviens comme si c’était hier. Pourtant, il y a tout de même 64 ans de cela et bientôt 65 ans, à l’été qui vient.

Tout souvenir vécu à fond, il va sans dire, reste à jamais gravé bien solidement dans notre mémoire.

Toujours est-il que par ce beau dimanche, nous voilà en route pour une centaine de kilomètres à parcourir. Tenez-vous bien, mon oncle, ma tante, ma mère et mon père dans la cabine du camion, et nous, les dix enfants des deux familles réunis, tous dans la boîte arrière de ce même véhicule, comme cela, en plein air ; les plus vieux tenant les plus jeunes pour ne pas qu’ils tombent. Inimaginable, de nos jours, de voyager ainsi sur nos routes et pour cause bien entendu.

Ce retour en arrière, serrés l’un contre l’autre, serait vraiment une superbe photo, qui n’a malheureusement jamais été prise, hélas ! Si elle existait, je vous l’aurais partagée, et ce, de bon cœur.

En arrivant à Québec, dans la paroisse St-Esprit, de la demeure de la sœur de ma tante, nous traversons la rue en direction de l’église, dans le but d’assister à la messe dominicale, suivie du repas, avant de nous rendre sur le terrain de l’exposition.

De cette visite, je conserve toujours actuellement un petit morceau de tissu sur lequel est brodé mon prénom, d’une machine à coudre « Singer » en démonstration, en vue de nous faire voir le progrès du produit à ce jour.

Je goûte, encore pleinement aussi, le retour à la maison dans les mêmes conditions qu’à l’aller. Pas besoin de vous dire, que l’on n’a pas eu à nous bercer pour nous endormir, ce soir-là, avec tout cet air que nous avions respiré à pleins poumons.

Je signe mon texte, avec cette broderie ci-haut mentionnée, qui d’abord fut posée sur mes jeans, ensuite sur mon sac à dos et qui trône maintenant sur mon bas de Noël :

Si elle existait ; je l'aurais !

Heureux(se) de nouveau

Chez Mil et une

Sujet 41 ∕ 2020 – du 07 au 14 ∕ 11

Insérer facultativement le mot :

LUMBAGO

clic

image_0555900_20201107_ob_3c7396_sujet-41-2020-400078-comedies-musicale

source image – clic

Heureux(se) de nouveau

.

Chante sous la pluie

Guerre au gros problème

Danse sous la pluie

.

Et pour le plaisir

Remède de grand-mère

Et puis pour la vie

.

Adieu LUMBAGO

Sous la pluie j’danse ce soir

Huile de verveine

.

Heureux(se) de nouveau

Des  nuages  j’me  moque

Soleil dans mon cœur

.

Éclatant décor

Le souvenir revivre

Douce nostalgie

~

Bonne semaine,

Colette

Du mois d’août, un lundi

Chez Mil et une

Sujet 33/2020 – du 12 au 19/09

clic

Image Internet

Le mot à insérer facultativement est : ÉCHAPPÉE

~

Du mois d’août, un lundi

.

Cette date ÉCHAPPÉE ici,

me comble et me réjouit.

Comment pourrais-je l’oublier ;

alors qu’elle me fait rayonner

de reconnaissance et de bonheur,

de joie, d’amour et de douceur !

.

C’était du mois d’août un lundi,

en plein cœur d’avant-midi

et, le soleil était aussi de la partie ;

pas une seule petite goutte de pluie.

Même si le monde était en guerre,

rien ne vint perturber l’atmosphère !

.

En mil neuf cent quarante, je vous l’dis,

n’étant pas encore de ce monde-ci,

bien que depuis longtemps j’ai appris ;

que deux ans plus tard j’en fus le fruit.

Du jour du mariage de mes parents ;

le 19 août, c’est vraiment épatant !

Photo Colettedc

~

Bon dimanche,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : L’escalier

LA PLUME D’EVY

Cette semaine, du 06/09/20 au 13/09/20

Le thème :

L’escalier

Les mots :

Grenier, porte, pleine, âge, jadis,

écolier, d’antan, tendresse, âme témoin.

~

L’escalier du grenier

.

Dans un lit de poussière, sous les poutres du grenier, près de la grosse malle brune, il était là, son sac d’écolier, marqué de son prénom ; jadis posé là, à même le sol. Seulement qu’à y penser, ce souvenir d’antan la faisait frémir d’émotion.

C’était un jour d’automne ; il faisait si froid dehors ! Un froid à fendre l’âme et qui persistait depuis plusieurs jours, accompagné d’un fort vent qui balayait tout sur son passage.

Détendue, en cet après-midi de fin septembre où filtrait de la porte d’en avant, jusqu’à ses pieds, un magnifique rayon de soleil quand, soudain un terrible bruit la fit sursauter. Un bruit venant d’en haut suivi, immédiatement d’un sifflement aigu et d’un courant d’air qui la glaça sur place.

Hésitante, elle monta alors L’ESCALIER. Pleine d’émotion, elle aperçut la porte menant au grenier toute grande ouverte. Quinze ans s’étaient écoulés, depuis son passage dans cette pièce.

Elle se précipita vers la fenêtre ouverte afin de la fermer et de redescendre au plus vite, lorsque ses yeux fixèrent brièvement le sol, là, où le soir même de l’accident mortel de son fils, elle avait déposé son sac d’écolier, témoin de sa peine. Huit ans, ce n’était pas un âge pour mourir pensa-t-elle !

Toute tendresse, elle l’ouvrit lentement et doucement, une larme coula lorsqu’elle y découvrit ce petit mot gentil :

Maman, je t’aime ! xxx …

~

Bon jeudi,

Colette

Zorba

Q3rTW6MLlDPyUonamlXC4budKHI@250x167

ICI

Zut ! Qui de nous,   ne s’en souvient pas ;   impossible !

Oh ! Paysages impérissables à jamais gravés c’est sûr !

Rencontre de ce  vieux grec des champs  avec le jeune

Basil qui va prendre possession de l’héritage paternel …

Amitié se crée  ;  s’associent pour    exploiter une mine.

Film vu au cinéma Le Bijou, à l’angle du chemin Sainte-Foy

et de l’avenue De Salaberry

(salle de cinéma qui a fermé ses portes en 1978).

Cinéma-Le-Bijou-1977-AVQ-Fonds-Ville-de-Québec-Q-D1-11-N402673-1024x684

Vue du cinéma Le Bijou, AVQ, Fonds Ville de Québec,
Q-1-11-402673

.

Le prénom Zorba est peut-être originaire de la Grèce.

Il signifie :

En direct tous les jours

Pris sur le net

.

Bon mercredi,

Colette

 

Chez Lenaïg, thème : Le pain

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Rappel agréable

Souvenir du jeune temps

L’arôme du pain

~

Pour les p’tits oiseaux

À chacun sa bonne part

Des miettes de pain

100_9247

Bon p’tit déjeuner

Miam sur ma tranche de pain

Du beurre d’érable

~

Un vin et fromage

Déconfiné(e)s ensemble

Pain de l’amitié

~

N.B. : Quand le temps sera venu, bien entendu …

~

… et d’ABC …

Partager le pain

un beau cérémonial

grand-père préside

~

Bon vendredi,

Colette

Thème de février chez ABC : Au pied de mon arbre

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

juillet 2010 Fossam ...

Sur le terrain,

C’est lui qui me convient

Son ombre me rassure

Il est à ma mesure

Sa présence me retient

.

Toujours à ma rescousse

Il est toute ma source

À son pied l’à venir

Des jours du souvenir

Défilent tout doux en moi

Ça fait toute ma joie

.

Ses fruits sont de paix

Sa présence me plaît

De leur chant angélique

Les oiseaux il abrite

.

Sur ses branches je m’appuie

Toujours suis sûre de lui

Ma douceur mon repos

Qu’il pleuve ou fasse beau

Me protège aux jours sombres

Gentiment me prête ombre

À son pied je suis bien

Son charme me soutient

Sur le terrain.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Thème de juin chez ABC : « Histoire ? Pourquoi faire ? »

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

~

« Histoire ? Pourquoi faire ! »

.

Parce qu’on se souvient :

La durée de la vie,

Une fécondité.

.

Dans toute semence,

Alliance de confiance ;

D’nos parents l’ADN.

.

La mémoire se souvient :

Le pépin, de la pomme ;

L’brin d’herbe, d’son créateur.

.

Attache de l’être,

Une gratification ;

Une reconnaissance.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

 

Les défis de la Plume d’Evy: Les cerises

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°216

Cette semaine « Les cerises »

Avec les mots :

Jardin, jeu, cuisine, haut, amusant,

modération, meilleures, immense.

~

Immense plaisir,

Nous, au grand sourire.

cerise-image-animee-0005

Dans notre jardin,

Les cerises, enfin !

cerise-image-animee-0005

Tout là-haut grimpés,

Dans les cerisiers.

cerise-image-animee-0005

Quel jeu amusant,

Oui, c’est épatant.

cerise-image-animee-0005

Toutes meilleures,

À nous, petits cœurs.

cerise-image-animee-0005

Mais de la cuisine,

De l’œil, maman cligne.

cerise-image-animee-0005

La modération !

Là, alors, filons !

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 791 autres abonnés