L’Atelier de Ghislaine N°174

6xbxeJD5mRvXJ5WxOAh8qC-5j_8

GHISLAINE

Un ressenti sur cette image

cclScVYasQCgpcDecgzFjhDZzJ0@500x281

Les effluves du passé

.

Tout doucement, de beaux flocons de neige caracolent au-dessus des toits des maisons. Tout à fait ce qu’il faut pour lui rafraîchir la mémoire des heureuses années de son enfance.

Devant la fenêtre de la chambre commune, contemplant ce merveilleux spectacle, Gabrielle sentit une douce chaleur l’envahir, à la pensée de ce jour d’hiver où son père conduisit sa bien-aimée au pied de l’autel. Ce sont bien eux, les complices de ma destinée pensa-t-elle.

Soudain, une bonne odeur de café se répandit dans toute la maison. Elle ferma les yeux un instant, respirant ces effluves du passé.

Revenant à la réalité du jour en cours, marcha vers le salon où crépitaient les braises chaudes de la cheminée et où de belles mélopées tintèrent à ses oreilles.

Gagnant la cuisine, elle aperçut son chéri en train de lui verser ce délicieux breuvage indispensable à leur petit déjeuner quotidien. D’un commun accord, c’est dans ce tête-à-tête qu’ils décidèrent que les beaux jours revenus, ils partiraient, non en grand équipage, mais dans la caravane familiale avec leur fils et leur grande fille, chez les grands-parents, en nomades quelques semaines.

Oh ! S’exclama-t-elle, et ses yeux s’ambrèrent de joie à la pensée toute simple de manger l’écume sur les confitures de sa maman, tout comme autrefois.

~

Bonne fin d’après-midi et ou bonne soirée,

Colette

L’Atelier d’écriture d’Evy, N°335

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Les mots :

Rejaillir, jardin, odeur, sortir, récolter.

veiller, parler, trésor, carte, entasser.

Le thème :

Souvenirs

comme_si_c'était_hier

Photo : Colettedc

Mes souvenirs de cette journée

.

Je remonte assez loin dans le temps, c’est-à-dire au jour de la naissance de mon frère. J’avais à ce moment-là 3 ans 1/2. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque à la campagne, les accouchements se faisaient à la maison. Contrairement à la majorité des autres parents, les miens en parlèrent sérieusement, et ne voulurent pas me sortir de mon nid douillet pour aller vivre cet évènement important ailleurs.

Le jour « J » mon père veillait sur moi et faisait en sorte que je ne m’éveille pas trop tôt. Tel ne fut pas le cas, alors. Heureusement, car ce furent des souvenirs pour moi, qui rejaillirent en bonheur tout au long de mon enfance. Par contre, j’en ai eu plein les yeux et beaucoup aussi à assimiler d’un seul coup pour ma petite tête d’enfant.

Et voilà que ma mère ne souhaite pas que j’embrasse le bébé avant son baptême qui aurait lieu en après-midi ; cela, par exemple a eu comme résultat de me froisser, petite susceptible que j’étais et de me rendre agressive et insupportable pour le reste de la journée.

Après le baptême, j’ai refusé de l’embrasser, caprice qui se passa par la suite des jours. Ce qui fait qu’en début de soirée, en ce jour d’été, me revient en mémoire ce beau geste de tendresse de ma grand-mère maternelle. Je me revois, comme si c’était hier, dans le champ derrière notre jardin ; celui du frère de ma grand-maman. Rien qu’à y penser, l’odeur du foin que l’on récoltait et entassait dans la charrette, me remonte au nez.

Cette photo jointe n’est pas une carte postale. Elle me représente, en compagnie, de ma grand-maman, alors qu’elle cueillait pour moi des petites fleurs qu’elle déposait une à une dans mes petites mains. Que j’aime mes souvenirs de cette journée.  Un trésor pour moi.

~

Bon vendredi,

Colette

Pour ce lundi 20 septembre 2021

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°253

À la barre :

JILL BILL

Elle nous propose le thème suivant :

« Refaire le monde sur le zinc

à l’aide de ces 15 expressions verlan

et qu’importe l’ordre ! »

Texte en français bien sûr.

Voici ces 15 expressions :

Auch = chaud

Beubard = barbe

 Cheum = moche

 Gueudin = dingue

 Joibour = bourgeois

 Keum = mec

 Laisse béton = laisse tomber

 Meuf = femme

 Nawak = n’importe quoi

 Péta = taper

 Résoi = soirée

 Teillebout = bouteille

 Veugra = grave

 Yeuve = vieux

 Zeyo = oseille

Ces bons souvenirs

.

Je me souviens, de ces belles journée d’été, où le soleil était auch, et qu’avec les compagnes, grimpions la haute montagne. Teillebout d’eau au sac à dos et un cheum goûter, qui faisait l’affaire.  Aucune meuf, genre joibour, parmi nous. De zeyo, n’avions pas en poche, à ce moment. Ce n’était pas la beubard, loin de là, mais plutôt réjouissant. Croisions un keum à l’occasion, mais que très rarement.

Des ours, pourrions rencontrer lançait l’une de nous. Ah ! Non, laisse béton, clamait l’autre. Arrête de dire nawak et de péta dans ses mains dans le but de les éloigner.

En toute fin d’après-midi, redescendions heureuses, pourtant très fatiguées. Un bon repas, autant consistant que fugace, nous attendait. Puis, en résoi, près du yeuve quai, sans nous soucier le moindrement de l’inquiétude causée, étions prêtes à impliquer nos aînées dans un changement de notre petit monde sur le zinc. Que voulez-vous, nous étions jeunes, tout était possible gueudin, veugra ou pas.

Aujourd’hui, c’est douceur et joie, de raviver ces bons souvenirs que nous goûtions intensément.

Bonne semaine,

Colette

Liste 12

_fOgE64IIJEEs8-tjRZEPUa0LRE

An’Maï et compagnie

Liste de Louise (17 ans)

Verdict, Mercedes, prétendre, scénario, écorchure,

rumeur, rétrécir, communauté, héritage, rouage.

~

C’était le bon temps

.

Amédée écoute le chant des oiseaux, le vent qui souffle dans les branches et tout le branle-bas de ce doux matin de ce jour d’août. Maintenant qu’il a pris de l’âge, il a tout son temps. Le verdict est bel et bien sonné, se dit-il. Ma vie se rétrécit de plus en plus. Là, assis sur sa galerie, il revit le scénario du passé, du temps ou sa maison, héritage de son père, regorgeait de vie. Sa chère Mercedes qui s’activait au fourneau, ses enfants qui partaient et revenaient de l’école pleins d’entrain. Ah ! Je n’irai pas jusqu’à prétendre que tout était parfait, car dans le rouage de toutes ces années, il y a eu bien des écorchures, mais c’était le bon temps, qu’il se dit.

Sa rêverie terminée, il accueille le bonjour des passants. Avec certains, il pique une bonne jasette. Pas besoin d’aller plus loin, il connaît toutes les nouvelles de la petite communauté de son village. Il tend l’oreille : un petit secret par-ci, par-là, quelques rumeurs ; ça vaut bien un bon journal, que tout cela. Ainsi va sa vie de tous les jours. Il n’en demande pas plus ; il en est heureux. Il connaît bien ses amis et ses amis tout autant.

Il se contente de légers repas, et le soir venu, il entre pour de bon dans sa maison, feuillette son album photos, caresse son chien, qui lui, en bon gardien fidèle, dort sur le pas de sa porte, protégeant son bon maître.

~

Bon mardi,

Colette

Atelier d’écriture d’Evy, N°324

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Du 11/07/21 au 18/07/21

Thème :

Vestige

Les mots :

Poser, relier, subtil, livre, délirer,

pousser, inventer, déployer, imbibe, aléas.

~

Au plus profond de l’âme

.

Les souvenirs de notre enfance sont des vestiges qui resteront à jamais gravés en nous, tels des marques indélébiles qui ne pourront s’effacer. De simples objets de notre passé, posés ici et là, un livre, une photo ; un mot tant soit peu subtil, dépendamment de nos aléas de la vie, nous imbibent d’émotion qui déploie des troubles passagers, jusqu’à nous faire délirer et nous plonger dans une nostalgie des plus profondes. Nous n’avons pourtant rien inventé, mais tout cela nous pousse à relier certains évènements, agréables ou malheureux, nous touchant au plus profond de l’âme.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Pour ce jeudi 20 mai : Notre tout premier poème chez les Croqueurs de Mots

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°251

C’est sur l’invitation d’Enriqueta, que j’y ai fait mes débuts. Elle était à la barre pour le défi N°148 ; du moins, je le crois bien.

En commentaire, sous un de mes billets elle m’écrit :

Bonjour! Je t’invite à devenir un Croqueur de mots et à participer au défi n°148. Tous les renseignements sont sur mon blog …

  • Merci d’avoir répondu à mon invitation … A bientôt j’espère !

  • … oui, à bientôt Enriqueta ! Amitié … que je lui écris.

Et ce fut ainsi. Ce texte (poésie) dû pour le 29 juin 2015, mais comme il nous était proposé de conserver le thème pour l’été (pour ceux qui ne seraient pas disponibles fin juin, début juillet même après, pour ceux qui voudraient écrire plusieurs œuvres sur ce thème) :

Choisissez votre océan ou votre mer et rendez-lui hommage …

En ce qui me concerne, j’ai alors publié ce texte le 12 août 2015.

La Méditerranée

Photo : Prise lors de mon voyage en France
(fin juillet, début août 1993).

Méditerranée

.

Je la connaissais que de textes et de paroles ;

par la Bible tout au  long de mes beaux jours d’école.

En ces moments où j’étais moyennement frivole ;

où de tout on apprend, et qu’un peu on survole.

.

Puis, un jour, je fis ce voyage organisé,

de l’autre côté de l’océan, je traversai.

À la onzième journée, à ma droite la longeai ;

un de mes rêves devenu réalité.

.

En matinée, visite de la ville de Marseille.

De Notre-Dame-de-la-Garde, quelle vue, quelle merveille !

Elle, qui sur la ville, et qui, sur la mer veille !

Fermant les yeux, oui, rien pour moi n’a son pareil !

.

Et du Vieux-Port, à l’île d’If, je naviguai ;

son légendaire château, avec joie visitai.

Ces bons moments, jamais je ne vais oublier.

Oh ! Méditerranée, que je t’ai appréciée !

Une île

Photo : La Méditerranée (moi et le château d’If),
(photo sur carte postale). 

Bon jeudi

à

toutes et tous,

Colette

L’Atelier de Ghislaine, N°152

ChynIyrKrNmcEVJPJO_32ibofaI

GHISLAINE

80arW3ZXiIK3kAeOnjRoYReZg7o@500x357

Mon ressenti sur cette création :

Ce beau sourire

.

Assise sur cette chaise droite, près de sa petite table ronde, sa table des souvenirs, Aurore est là, dans son salon, mais son esprit est à l’extérieur. Elle presse sur son cœur son vieil album photos. Photos qui la ramènent bien loin en arrière.

Loin en arrière, du temps où elle allait aux champs avec son Victor, et le soir, moment où ils entretenaient leur jardin. Jardin qui faisant l’envie de tous les gens du village.

Maintenant, l’herbe a bien poussée. Le terrain n’est plus cultivé. Il reste tout de même quelques fleurs vivaces. Fleurs vivaces qui sont comme un baume à son cœur. Son petit bonheur, qu’elle aime se répéter bien souvent.

À travers tout cela, Aurore n’est pas triste. Ce retour sur sa vie, lui fait du bien, et elle ne saurait s’en passer. Sa vie, elle l’a vécue en profondeur, et rien ne lui échappe, malgré son grand âge. Elle rêve du moment où elle sera réunie à son Victor, mais lorsque ce sera le temps, qu’elle m’a confié, pas plus tard qu’hier. Tu m’édifies, Aurore, que je lui ai dit ; je vois un coin du ciel dans tes beaux yeux bleus.

Si vous aviez vu le beau sourire qu’elle m’a fait !

~

Bon lundi,

Colette

Pour ce jeudi 13 mai : Un abécédaire

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°251

ICI

Pour la 250 et une, Durgalola avait proposé que nous remettions

le défi n°1, à l’honneur.

Pour la petite histoire, la communauté fut fondée par

 Brunô en Août 2009,

jeux d’écritures, Haïkus, défis, poésie, amour des mots …

chaque semaine Brunô proposait   son Défi :

« Les môts de Tête »

avec cette image

Gros-plan-drole-bonhomme_edited

Bien des thèmes et façons d’écrire furent abordés,

dans une ambiance bon enfant.

Pour des raisons personnelles,

la communauté fut transmise à  Tricôtine

en Avril 2010, nommée :

 « La Coquille de noix »

et ce, par les croqueurs en hommage à son ancien capitaine.

Et c’est en quatorze de l’an deux mille

que la commandante Dômi  recevait à son tour le célèbre chapô .

C’est grâce à Eglantine, 1er Vétéran, décoré(e)

Miss Coquille

 par le fondateur Brunô,

qu’elle a pu remonter au tout premier défi  de Brunô,

nous dit-elle.

Alors, j’ai le goût de partager avec vous

cet abécédaire de l’amitié

traduit et adapté par :

www.club-positif.com

 L’amie …

.

Aime que vous lui disiez ce que vous ressentez

Bénit le jour où vous êtes rencontrés

Calme vos craintes

Donne sans attendre en retour

Est toujours prêt à donner un coup de main

Fait une différence dans votre vie

Garde ses amis dans son cœur

Harmonise vos pensées quand elle se

 bousculent

Invite ses amis à se connaître entre eux

Jubile quand vous réussissez

Klaxonne devant pour que vous passiez

Lit cette liste et pense à vous

Maximise vos qualités

Ne juge jamais

Offre son support

Parle si on vous cache quelque chose

Questionne vos certitudes

Remonte votre moral

Sait dire des choses sympas sur vous

Téléphone juste pour dire “Comment ça va ?

Utilise les mots justes au bon moment

Vous accepte tel que vous êtes

Week-end ou pas, il ne vous abandonne

 jamais

X-trêmement indulgent, il pardonne vos

 erreurs

Y a qu’à, il ne connaît pas, il agit

Zéro problème, il vous aime !

Bon jeudi

à

chacune et chacun,

Colette

Le vieux hangar

Mil et une

clic

Sujet 13/2021 – 08 au 15/05

Le mot à insérer facultativement est :

ALAMBIC

image_0555900_20210509_ob_a49e44_sujet-13-2021-bert-loeschnerer-monobl

Bert LÖSCHNER – clic

Le vieux hangar

.

Il en avait coulé, de l’eau au ruisseau, depuis son existence. Situé derrière une petite maison de campagne, il avait eu ses moments de gloire durant bien des années. En ordre, chaumé chaque printemps, bien rangé, tout à sa place et remis en place après usage. On y retrouvait tout ce qui est utile pour réparer et bricoler à bon marché, tout ce qui est utile au jardinage également. Il y eut même des poules et des lapins visités par la chatte de la maison, comme il se doit.

Les années passèrent, et petit à petit, il fut un peu, pas mal désaffecté. On commença à y ranger des choses qui n’étaient plus utiles aux occupants de la maison. Comme de vieux meubles telles ces deux chaises dont les bras cassés de l’un de leur côté respectif. Ainsi poussées au fond du mur, elles s’imbriquèrent l’une à côté de l’autre, rappelant le temps ou autrefois devant la maison, s’assoyaient au clair de lune, les jeunes amoureux du coin.

Toujours est-il qu’au moment de quitter la maison définitivement, les occupants d’alors, ne prirent pas la peine de les charger dans le camion, bien entendu. Elles se retrouvèrent seules au milieu du vieux hangar.

Passant l’affaire à l’ALAMBIC, un couple de chats errants du voisinage prit alors possession du lieu. Depuis ce temps, ces deux chaises revivent de doux moments bercés par le doux ronron de ces deux adorables boules de poil.

~

Bonne semaine,

Colette

Liste 2

uPwEN_QqFvu50AIbfWPxRcw9RT8@250x250

Marie-Lise et ses amies

Les mots :

Découverte, jugulaire, corona, cocorico, gastronomie,

langoureusement, détruite, sous-entendu, sous-bois, pâquerettes.

~

L’anniversaire

.

Réveillé par le cocorico, dès les petites heures du matin, le casque bien ajusté sur sa tête, la jugulaire solidement attachée, grand-père sur sa Corona moto fait la découverte de jolis petits sentiers sur le terrain où autrefois était située la maison de son enfance, détruite par le dernier propriétaire. Sans sous-entendu, il accepte les faits, se disant qu’il en a plus vus qu’il lui en reste à voir, de ces changements subits.

Perdu dans ses pensées, le voilà qui fonce tout droit vers le sous-bois, directement dans les pâquerettes. Plus de peur que de mal cependant. Langoureusement, il se relève avec la force de se remettre en chemin, mais pas avant d’avoir cueilli de ces jolies petites fleurs blanches pour sa douce, car ce soir, c’est son anniversaire. Il sourit à la surprise qu’elle aura lorsque le livreur se présentera à la porte avec ce repas de haute gastronomie qu’ils prendront en tête à tête.

~

Bon mardi,

Colette

N.B. : Impossible de poser des commentaires sur Eklablog, hélas !!! Je regrette ils n’entrent pas.

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 839 autres abonnés