Pour ce jeudi 7 octobre 2021

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°254

À la barre :

JEANNE FADOSI

Une journée particulière (évènement exceptionnel, un changement de vie).

Les défis de la Plume d'Evy, thème_La porte des rêves

Changement de vie

.

À quelques décennies d’ici

Sur une route toute fleurie

Heureuse et sans histoire

Je garde bonne mémoire

.

À gauche s’offrit à moi

Une route pleine de joie

À droite si réservée

Une route plus effacée

.

Après mûre réflexion

Et un peu d’indécision

Du haut de mes vingt ans

Je pris la clé des champs

.

À la croisée des chemins

Je fis face à mon destin

Il y eut quelques hésitations

Mais jamais de déviations

 .

Et les souvenirs amassés

Pleuvent par milliers

De petits et grands bonheurs

Dominent sur les malheurs

.

Pour cette droite choisie

Je ne puis que dire merci

Car chaque jour est comblé

Par la présence de mon Bien-Aimé

Bon jeudi,

Colette

Réédition (11 octobre 2011) (17 avril 2013)

Liste 12

_fOgE64IIJEEs8-tjRZEPUa0LRE

An’Maï et compagnie

Liste de Louise (17 ans)

Verdict, Mercedes, prétendre, scénario, écorchure,

rumeur, rétrécir, communauté, héritage, rouage.

~

C’était le bon temps

.

Amédée écoute le chant des oiseaux, le vent qui souffle dans les branches et tout le branle-bas de ce doux matin de ce jour d’août. Maintenant qu’il a pris de l’âge, il a tout son temps. Le verdict est bel et bien sonné, se dit-il. Ma vie se rétrécit de plus en plus. Là, assis sur sa galerie, il revit le scénario du passé, du temps ou sa maison, héritage de son père, regorgeait de vie. Sa chère Mercedes qui s’activait au fourneau, ses enfants qui partaient et revenaient de l’école pleins d’entrain. Ah ! Je n’irai pas jusqu’à prétendre que tout était parfait, car dans le rouage de toutes ces années, il y a eu bien des écorchures, mais c’était le bon temps, qu’il se dit.

Sa rêverie terminée, il accueille le bonjour des passants. Avec certains, il pique une bonne jasette. Pas besoin d’aller plus loin, il connaît toutes les nouvelles de la petite communauté de son village. Il tend l’oreille : un petit secret par-ci, par-là, quelques rumeurs ; ça vaut bien un bon journal, que tout cela. Ainsi va sa vie de tous les jours. Il n’en demande pas plus ; il en est heureux. Il connaît bien ses amis et ses amis tout autant.

Il se contente de légers repas, et le soir venu, il entre pour de bon dans sa maison, feuillette son album photos, caresse son chien, qui lui, en bon gardien fidèle, dort sur le pas de sa porte, protégeant son bon maître.

~

Bon mardi,

Colette

Liste 8

hPupEbdGIjz_1mu5zO1JFcZoTDo@500x207

Marie-Lise et ses amies

~

Plume, falaise, ouragan, arrosoir, amphithéâtre,

estampe, mug, jaunisse, atmosphère, jalousie

~

La petite vie simple

.

Hugo gravit les gradins de la falaise ; tel un amphithéâtre. Un mug à la main, carnet et plume dans son sac à dos ; il s’installe au sommet. Dans cette atmosphère de paix et de silence, il rassasie son bonheur d’écrire.

De là-haut, il observe Jade, sa moitié, qui de son arrosoir rempli d’eau fraîche soulage les fleurs dont les feuilles portent l’estampe de la jaunisse ; les pauvres.

Pendant ce temps, tel un ouragan, Bali le chien et Ali le chat, sans jalousie, sautent à qui mieux, mieux devant elle, risquant de la faire trébucher.

Ohé Hugo, n’oublie pas de redescendre pour le dîner !

~

Bonne semaine,

Colette

L’Atelier de Ghislaine, N°152

ChynIyrKrNmcEVJPJO_32ibofaI

GHISLAINE

80arW3ZXiIK3kAeOnjRoYReZg7o@500x357

Mon ressenti sur cette création :

Ce beau sourire

.

Assise sur cette chaise droite, près de sa petite table ronde, sa table des souvenirs, Aurore est là, dans son salon, mais son esprit est à l’extérieur. Elle presse sur son cœur son vieil album photos. Photos qui la ramènent bien loin en arrière.

Loin en arrière, du temps où elle allait aux champs avec son Victor, et le soir, moment où ils entretenaient leur jardin. Jardin qui faisant l’envie de tous les gens du village.

Maintenant, l’herbe a bien poussée. Le terrain n’est plus cultivé. Il reste tout de même quelques fleurs vivaces. Fleurs vivaces qui sont comme un baume à son cœur. Son petit bonheur, qu’elle aime se répéter bien souvent.

À travers tout cela, Aurore n’est pas triste. Ce retour sur sa vie, lui fait du bien, et elle ne saurait s’en passer. Sa vie, elle l’a vécue en profondeur, et rien ne lui échappe, malgré son grand âge. Elle rêve du moment où elle sera réunie à son Victor, mais lorsque ce sera le temps, qu’elle m’a confié, pas plus tard qu’hier. Tu m’édifies, Aurore, que je lui ai dit ; je vois un coin du ciel dans tes beaux yeux bleus.

Si vous aviez vu le beau sourire qu’elle m’a fait !

~

Bon lundi,

Colette

Thème d’avril chez ABC : « Quand on parle bien, on oublie les choses simples

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

« Quand on parle bien, on oublie les choses simples »

~

Quand on parle bien,

quel art !

Quand on parle bien,

on a des choses à dire !

Quand on parle bien,

on aime nous entendre !

Quand on parle bien,

on sait ce que l’on dit !

Quand on parle bien,

on devrait écouter !

~

« Quand on parle bien, on oublie les choses simples »

~

On oublie les choses simples,

l’art du compliqué !

On oublie les choses simples,

bienvenu l’enchevêtrement !

On oublie les choses simples,

adieu le naturel !

On oublie les choses simples,

où est passé l’émerveillement !

On oublie les choses simples,

cadeau de la vie de chaque jour !

~

Quand on peut faire simple, pourquoi donc, le contourner ! Ne nous compliquons pas la vie ; encore moins celle des autres. C’est dans cette vie de chaque jour, dans la simplicité, que nous y découvrirons le bonheur. Mettons-y de l’importance. Formons-y notre œil ; quel enchantement nous y trouverons alors ! Surtout, ne l’oublions pas, les choses simples sont celles de la vie de tous les jours.

« Quand on parle bien, on oublie les choses simples »

~

Bonne fin de semaine,

Colette

L’Atelier de Ghislaine, N°149

ChynIyrKrNmcEVJPJO_32ibofaI

GHISLAINE

Avec les mots :

Dernier, page, silence, honteux,

honorer, recevoir, atmosphère, toucher.

Thème :

Rumeur

Ressenti sur cette image

~

E6nDfKTQiU7nD7dk9ZW5IYz9hps

Image proposée par Ghislaine elle-même

Au gré de sa vie

.

Madeleine écoute le chant des oiseaux, le vent qui souffle dans les arbres enfin, le branle-bas de ce doux matin de ce jour d’avril.

Maintenant qu’elle a pris de l’âge, à la dernière page de sa vie comme elle le dit souvent, elle a tout son temps pour elle. Pendant si longtemps, elle a trimé dur, pour faire vivre les siens, se donner, recevoir, plus souvent qu’à son tour, afin d’honorer ses devancières.

Actuellement, rien ne presse pour elle ; elle est libre comme l’air du temps, qu’elle se dit. Elle aime cette atmosphère campagnarde. Imprégnée de silence, la plupart du temps, elle revit son passé du temps où sa maison regorgeait de vie. Son cher Napoléon qui cultivait sa terre, ses enfants qui partaient et revenaient de l’école pleins d’entrain. C’était le bon temps, qu’elle aime se répéter.

Assise sur sa galerie, elle accueille le bonjour des passants. Avec certains, elle pique une bonne jasette*. Pas besoin d’aller plus loin, elle connaît toutes les nouvelles des environs. Elle tend l’oreille : un petit secret par-ci, par-là, quelques rumeurs ; ça vaut bien un bon journal, que cela ! Parfois, cela la touche. Parfois également, mais c’est honteux, cela, qu’elle pense. Elle connaît ses ami(e)s, et ses ami(e)s tout autant.

Elle se prépare de légers repas, et le soir venu, elle entre pour de bon dans sa maison, feuillette son album photos, caresse son chat, qui lui, dort au pied de son lit, fier de sa maîtresse adorée. Elle n’en demande pas plus ; elle en est heureuse.

*En québécois, piquer une jasette signifie : faire un brin de causette.

~

Bonne semaine,

Colette

Café Thé N°131 : Vie colorée

image_1331329_20210103_ob_dae984_logo-ct

Logo créé par Renée du blog « Envie de »

CAFÉ THÉ

100_9971

Vie colorée

.

Dans le monde trépident dans lequel nous vivons, il fait bon parfois de nous accorder de petits moments de sérénité, instants chaleureux, parcelles de bonheur, petites lumières bienfaisantes qui illuminent notre vie. Une vision chromatique, pour ainsi dire.

Un de ces bons soirs, au fil des heures, nous nous sommes amusées à nous attribuer à chacune, de notre petit groupe réuni, des couleurs.

Couleurs présentes partout autour de nous, ayant chacune un sens symbolique et qui sont d’une grande inspiration dans l’expression de nos sentiments.

Qui d’entre nous, ne voit pas parfois la vie en rose ou ne devient pas rouge de colère et ne se surprend pas à un moment donné en train de broyer du noir.

Toutes et tous, nous avons nos couleurs particulières. Celles qu’on veut bien nous donner et celles qu’on choisit de se donner.

À moi, l’on a attribué le rouge pour l’amour et le courage.

Le rose pour la féminité.

Le lilas pour la douceur.

Le bleu pour la loyauté, le calme.

Le vert pour la nature et l’espoir.

Le jaune pour la joie et la fête.

Tout cela, je l’ai accueilli et, par la suite, j’ai cherché moi-même mes propres couleurs.

Le bleu et le vert pour la nature.

Le vert pour l’espérance.

Le jaune pour la joie, la vie, le mouvement.

Le lilas mélangé de bleu et de rose dans mes moments plus mélancoliques.

En toute fin, si je compare avec les couleurs que l’on veut bien me donner, la différence n’est pas très marquée.

Suite à ce petit moment lumineux, j’essaye de rayonner de mes couleurs, pour ainsi dire, colorer ma vie et celles des autres autour de moi, pour une existence ; la mieux colorée qui soit.

~

Bon mois d’avril

à

toutes et tous,

Colette

Thème de mars chez ABC : « Et si c’était à refaire … »

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

Chez ABC_Nid des mots-mars_21

Et si c’était à refaire,

naître de nouveau à la vie,

je souhaiterais refaire surface

de la même façon :

Grandir, m’épanouir,

loin de la nuit obscure.

Chasser au loin les ténèbres

d’une mate existence.

Y goûter un temps de floraison

vers de futurs lendemains

remplis d’étoiles brillantes

au goût de vivre.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Dernier appel

Chez Mil et une

Sujet 47/2020 – du 26/12/2020 au 02/01/2021

Le mot à insérer facultativement est :

CLAIRON

clic

image_0555900_20201226_ob_f91e71_sujet-47-2020-jpg

source image – clic

Dernier appel

.

Parti à l’école comme tous les jours précédents, Pierrot, ses sœurs et ses parents chacun de leur côté, ne pouvaient prévoir cette fin de journée si sombre d’automne.

La journée s’était déroulée rondement et sans contretemps, l’imprévu n’était pas du tout au programme. Cependant, probablement dans le but d’arriver plus vite à la maison, le garçon prit l’initiative d’un raccourci. Au lieu de revenir par la rue, il pointa tout droit du côté de la voie ferrée. Confiant et fier de lui, il sautillait de plaisir comme un enfant de son âge et n’entendit pas le moindrement possible, le son du train qui filait trop vite, pour amortir sa course sans l’atteindre. Il se retrouva donc coincé à la taille sous les roues du train, de manière à ce que le conducteur ne pouvait ni reculer, ni avancer sans qu’il perde la vie.

Conscient et pouvant parler, l’on fit venir d’urgence, ses parents et ses deux petites sœurs et on lui expliqua ce qui en était. Il lui fut demandé de faire un vœu sur quelque chose qui lui tenait particulièrement à cœur.

Il regarda son père et sa mère droit dans les yeux leur disant : Je souhaite que vous reveniez ensemble et viviez à la maison tous les deux avec mes petites sœurs.

Promesse fut donnée et après un petit moment d’adieu, le conducteur recula le train, et Pierrot entra dans le tunnel ; dernier appel tel le son du CLAIRON pour les libérer de cette peine subit par eux trois depuis un bon moment déjà.

Sa vie en fut le prix !

🚊

Bonne semaine,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Goûters d’autrefois

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

Défi N°266

Cette semaine du 17/05/20 au 24/05/20

C’est : Goûters d’autrefois

Avec les mots :

Armoire, bocaux, fruit, couleur, goût,

doucement, évoque, simple, chemin, incomparable.

~

Douce nostalgie

.

Qu’il fait bon, d’évoquer ces goûters d’autrefois tout à fait incomparables avec ceux d’aujourd’hui. L’atmosphère y était si simple et conviviale. Quelle douce nostalgie ! Seulement à y penser, les odeurs, les goûts refont surface. Je me revois très bien, à l’âge de cinq ans, en compagnie de mon cousin, tous deux accroupis de chaque côté d’une chaise de la table de la cuisine, en train de déguster une pointe de tarte au citron ; ce qu’elle était délicieuse ! Puis, quelques années plus tard, avec mon p’tit frère, montés sur la cabane du jardin, manger directement des arbres, ces fruits succulents que sont les cerises et les prunes. Aussi, tout doucement, emprunter le petit chemin tracé au fil du temps pour y cueillir des bleuets. À l’heure de la récréation de 14 h 15 (l’école étant toute proche de la maison) courir chez nous à toute vitesse, avec quelques compagnes, y chercher des pommes dans la cave et retourner dans la cour au même rythme. Elles étaient bien meilleures que si je les avais apportées le midi. L’hiver, c’était un tout autre cérémonial. Dans l’armoire de la cuisine, trônait différents bonbons de toutes couleurs et d’essences variées que maman nous offrait quelques-uns à la fois. Et, que dire de tous ces bocaux de confiture prêts à tartiner ! Miam ! Miam ! Le summum était dans la cuisine d’été, fermée par les temps froids où se trouvaient entre autres de bons gros beignes que nous mettions chauffer au fourneau du poêle ! Nous n’en demandions pas plus car, nous étions comblés ! Qu’il fait bon, oui, d’évoquer ces moments !

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 816 autres abonnés