Chez Lenaïg, thème : La nature en contes de fée

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Il s'est présenté devant moi spécialement pour se faire prendre en photo ...

Soleil bedonnant

À l’accueil des visiteurs

Noisette l’écureuil

Chez Lenaïg-2, thème_La nature en contes de fée

Nage aux nuages

Bien plus gros que nature

Ce bel ours polaire

~

Bon vendredi

à

toutes et tous,

Colette

N.B. : J’ai fait court, à cause de la tempête et du manque d’électricité.

Thème d’octobre chez ABC : Quelle surprise !

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

« Quelle surprise !

Au petit matin nos trois arbres avaient sauté …

Quelle tristesse !

Où vont nicher les petits oiseaux ! »

Cri consternation

Subitement quel spectacle

Désolante surprise

~

Mon ombre ils étaient

Et j’aimais les étreindre

Mes trois beaux arbres

~

Sans mots que larmes

Rejetons nouvelles pousses

De l’espérance

~

Forte est la nature

Que s’envole la tristesse

Rien n’arrive pour rien

~

Les petits oiseaux

De peur ne se cachent

Iront sur les fleurs

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Chez Lenaïg, thème : Nuages d’automne

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

~

Chez Lenaïg_les ponts_2

Nuages plein le ciel

Bel après-midi d’automne

Sortie agréable

Lac-Beauport_4

Photo Colettedc

~

Un beau train nuage

Qu’on salue au passage

Décor d’la nature

100_3345

Menaçants nuages

Moins que celui de Rouen

Saison d’automne

100_3383

À la fin du jour

Nuit du soleil accompagnent

Au-dessus d’la ville

~

Bon vendredi,

Colette

Chez Lenaïg, tanka : L’actualité ou thème libre

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Promenade au frais

Spectacle de la nature

Les feuilles d’automne

Mes souvenirs d’enfance

Dont mon cœur s’émerveille

Gentil écureuil

Véritable acrobate

Autour de nos arbres

Don et douceur pour nos cœurs

Ma joie et celle des passants

~

Murmure du vent

Du feu dans la cheminée

L’automne est bien là

Paix tranquillité du soir

D’une Présence agissante

~

Bon vendredi,

Colette

Chez Lenaïg, thème : Les bruits de l’été

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

~

556917mouche

Doux chant de l’oiseau

Bourdonnement des mouches

Bruits des jours d’été

~

Le chant des grillons

Au  murmure  de  l’été

Le chant des cigales

~

Douce pluie d’été

Au doux chant de la nature

Et souffle le vent

~

Tondeuse à gazon

Nuisance sonore conflits

Respect du voisin

~

Le rire des enfants

La balançoire qui grince

Vive les vacances

~

Bon vendredi,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy : Grandiose

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

Défi N°223

Cette semaine le thème c’est « Grandiose »

Les mots :

Grandiose, remarquable, intrigués, aménagé, belvédère,

diversité, miroiter, vagabonde, pliant, gorges.

~

Parc de la Chute-Montmorency

.

Agréablement aménagé, le Parc de la Chute-Montmorency est un site remarquable et grandiose ; seulement à quelques minutes du Vieux-Québec. Tout ce qu’il faut pour se « faire gorge chaude » ! Intrigué(e)s en vagabond(e), venez, vous y trouverez une diversité d’incontournables, que je vous ferai miroiter ici.

D’abord, LE CIRCUIT PANORAMIQUE ; vous y observerez les eaux de la chute se jeter dans le Saint-Laurent à partir des plus beaux points de vue. Comme « une oie pliant le cou » qu’à vos yeux rien ne s’échappe.

2) LE TÉLÉPHÉRIQUE : ouvrez grands vos yeux et profitez au maximum de ce moment enchanteur.

3) LE MANOIR MONTMORENCY où vous sera servi un excellent repas.

4) LE BELVÉDÈRE DE LA BARONNE : de la terrasse du manoir, une promenade de bois longe la falaise et vous mènera au pont suspendu. Ne manquez pas d’y admirer le paysage.

5) Du PONT SUSPENDU, vous sentirez la chute gronder sous vos pieds.

6) LA FAILLE DE BOISCHATEL est impressionnante car elle fait plus de 43 km de longueur.

7) LE VERGER est un excellent endroit pour pique-niquer et profiter des grands espaces.

8) L’ESCALIER PANORAMIQUE de 487 marches où plusieurs sportifs s’entrainent. Un endroit idéal pour être aspergé des embruns de la chute et pour en ressentir toute sa force.

C’est assuré, vous ne regretterez pas votre visite.

~

~

Bon jeudi,

Colette

 

Le jeu de l’acrostiche chez Lenaïg : Clairière

cZGk7DsLIQZOxbqO9r85YegADZw

PAR ICI

Clarté       de      soleil        si    bellE

L’ espace       vert      à      traverseR

Allant        jusqu’à         la     rivièrE

Ivre   de   joie,  de  bonheur   aussI

Rire       aux       éclats   ;   s’amuseR

Instants merveilleux d’après-midI

Espace     charmant    tu    sais,   vA

Rien  de  plus  agréable  ;  un régaL

Ecouter   les   oiseaux   du  QuébeC

~

~

Bon mercredi,

Colette

 

Les défis de la Plume d’Evy : Le labyrinthe

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

Défi N°222

~

Cette semaine le thème c’est « Le Labyrinthe »

Les mots :

Arrivée, instant, sous-bois, formes, ombre,

recouvre, force, retrouve, large, expérience.

~

Dans ce labyrinthe, de larges sentiers serpentent dans les formes de la nature. De gros arbres recouvrent le sous-bois où l’on retrouve de belles pousses de fougères. À l’arrivée des jours de grande chaleur, il fait bon s’y promener à l’ombre de leurs branches feuillues, ballottées par la force du vent. Instants merveilleux d’une expérience chaque fois renouvelée.

~

Bon dimanche,

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : thème libre

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

~

 « Quand à peine un nuage »

Théophile Gautier

.

Quand à peine un nuage,
Flocon de laine, nage
Dans les champs du ciel bleu,
Et que la moisson mûre,
Sans vagues ni murmure,
Dort sous le ciel en feu ;

.

Quand les couleuvres souples
Se promènent par couples
Dans les fossés taris ;
Quand les grenouilles vertes,
Par les roseaux couvertes,
Troublent l’air de leurs cris ;

.

Aux fentes des murailles
Quand luisent les écailles
Et les yeux du lézard,
Et que les taupes fouillent
Les prés, où s’agenouillent
Les grands bœufs à l’écart,

.

Qu’il fait bon ne rien faire,
Libre de toute affaire,
Libre de tous soucis,
Et sur la mousse tendre
Nonchalamment s’étendre,
Ou demeurer assis ;

.

Et suivre l’araignée,
De lumière baignée,
Allant au bout d’un fil
À la branche d’un chêne
Nouer la double chaîne
De son réseau subtil,

.

Ou le duvet qui flotte,
Et qu’un souffle ballotte
Comme un grand ouragan,
Et la fourmi qui passe
Dans l’herbe, et se ramasse
Des vivres pour un an,

.

Le papillon frivole,
Qui de fleurs en fleurs vole
Tel qu’un page galant,
Le puceron qui grimpe
À l’odorant olympe
D’un brin d’herbe tremblant ;

.

Et puis s’écouter vivre,
Et feuilleter un livre,
Et rêver au passé
En évoquant les ombres,
Ou riantes ou sombres,
D’un long rêve effacé,

.

Et battre la campagne,
Et bâtir en Espagne
De magiques châteaux,
Créer un nouveau monde
Et jeter à la ronde
Pittoresques coteaux,

.

Vastes amphithéâtres
De montagnes bleuâtres,
Mers aux lames d’azur,
Villes monumentales,
Splendeurs orientales,
Ciel éclatant et pur,

.

Jaillissantes cascades,
Lumineuses arcades
Du palais d’Obéron,
Gigantesques portiques,
Colonnades antiques,
Manoir de vieux baron

.

Avec sa châtelaine,
Qui regarde la plaine
Du sommet des donjons,
Avec son nain difforme,
Son pont-levis énorme,
Ses fossés pleins de joncs,

.

Et sa chapelle grise,
Dont l’hirondelle frise
Au printemps les vitraux,
Ses mille cheminées
De corbeaux couronnées,
Et ses larges créneaux,

.

Et sur les hallebardes
Et les dagues des gardes
Un éclair de soleil,
Et dans la forêt sombre
Lévriers eu grand nombre
Et joyeux appareil,

.

Chevaliers, damoiselles,
Beaux habits, riches selles
Et fringants palefrois,
Varlets qui sur la hanche
Ont un poignard au manche
Taillé comme une croix !

.

Voici le cerf rapide,
Et la meute intrépide !
Hallali, hallali !
Les cors bruyants résonnent,
Les pieds des chevaux tonnent,
Et le cerf affaibli

.

Sort de l’étang qu’il trouble ;
L’ardeur des chiens redouble :
Il chancelle, il s’abat.
Pauvre cerf ! son corps saigne,
La sueur à flots baigne
Son flanc meurtri qui bat ;

.

Son œil plein de sang roule
Une larme, qui coule
Sans toucher ses vainqueurs ;
Ses membres froids s’allongent ;
Et dans son col se plongent
Les couteaux des piqueurs.

.

Et lorsque de ce rêve
Qui jamais ne s’achève
Mon esprit est lassé,
J’écoute de la source
Arrêtée en sa course
Gémir le flot glacé,

.

Gazouiller la fauvette
Et chanter l’alouette
Au milieu d’un ciel pur ;
Puis je m’endors tranquille
Sous l’ondoyant asile
De quelque ombrage obscur.

.

Théophile Gautier, Premières Poésies

CatégoriesThéophile GautierCampagneEtéNature

~

Bon mardi,

Colette

Imagecitation 44,N°3

Imagecitation

C’EST ICI

Choisir une de nos photos et y apposer une citation qui lui convient. Y ajouter un texte si on le désire.

~

Voici donc ma participation avec cette citation :

-Imagecitation 44_N°3

Les bons mots

sont comme le blé dans les champs :

ils moissonnent le pain

du bonheur quotidien.

Michel Bouthot

~

En toute amitié,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 636 autres abonnés