L’Atelier de Ghislaine, N°201

6xbxeJD5mRvXJ5WxOAh8qC-5j_8

GHISLAINE

Avec les mots :

Quelquefois, parfois, beaucoup, souvent,

jamais, très, trop, plus.

~

À la galerie d’art

.

Gaëlle flânait depuis un bon moment dans cette galerie d’art. Il faut bien le dire, cela lui arrive quelquefois, parfois, mais beaucoup plus souvent de ces temps-ci, de s’arrêter devant l’autoportrait d’un certain personnage d’un autre siècle, brandissant un poignard.

Après je ne sais trop combien de minutes, plutôt d’heures de profonde contemplation, elle s’entendit chuchoter à l’oreille : Madame ! Madame !

 Se retournant alors, elle aperçut avec effroi cet homme lui-même, en personne très près d’elle, qui s’apprêtait à l’embrasser. Elle ne fit ni un ni deux, prit ses jambes à son cou et vola plus qu’elle ne descendit l’escalier en hélice ; de manière, qu’elle se retrouva directement sur le trottoir, ce soir de pleine lune.

Toute frissonnante de ce petit vent glacial, elle se réveilla en sursaut dans son lit. Ouf ! Se dit-elle, je ne raconterai jamais cela à qui que ce soit car, comment démentir alors, mon penchant à me complaire dans de telles pensées chimériques, de peur que l’on m’enferme dans une collection de rêveurs.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Publicité

Évidence

Mil et une

Sujet 010 – du 3 au 10 septembre 2022

ICI

Le mot à insérer facultativement est :

UTOPIE

utopie

Évidence

.

Idéalisme

Enlisé dans le sable

Quelle UTOPIE

.

Château de rêve

Enlisé dans le sable

Quelle chimère

.

Vaine attente

Enlisé dans le sable

Mais quelle fiction

.

Un sens à tout ça

Un changement s’impose

Vers l’évidence

.

Bon week-end

à

toutes et tous,

Colette

Pois vert la grenouille

Mil et une

ICI

Sujet 8 – du 30 juillet au 13 août

Le mot à insérer facultativement :

CONCLUSION

Conclusion

Pois vert la grenouille

.

Gonflée de la tête jusqu’au bout des pattes,

plus grosse que toutes les créatures sur terre ;

voilà que la tête lui chauffe.

Si petite est la terre !

Comment puis-je y entrer, maintenant ?

Je suis réelle où, je rêve se demanda

Pois vert la grenouille.

Un énorme coup de vent

la remit dans toute sa réalité de grenouille.

Elle repensa à sa vie, la sienne :

Elle est belle, ma vie de grenouille ;

c’est ma vie, la mienne !

Qu’est-ce que cela m’apporterait de plus,

que de conquérir le vaste monde !

Qu’est-ce que j’y rencontrerais surtout :

Misère peut-être, guerre certainement,

sécheresse, pauvreté … tout cela est bien trop

pour moi, simple petite grenouille.

À bien y penser, aussi, ce que j’ai,

c’est une valeur sûre et à ma portée !

Voici ma CONCLUSION, je regagne ma mare.

C’est ce que fit Pois vert la grenouille.

Puis, elle se sentit si heureuse

et, surtout à sa place de grenouille car,

à force de tout désirer, on finit par tout perdre.

~

Bonne fin de ce mardi

et

bon mercredi,

Colette

Petit jeu mensuel de Cricket (5)

MxpugkokvnievzaJ9IXQ1dyNuyU@256x382

CRICKET

N°1

Homonymes à utiliser :

DOS / DO / D’EAU

Mon texte :

Chantant machinalement do, ré, mi, fa, sol, la, si … Oups ! Sur le dos, dans l’plan d’eau !

Fini, sors de ton rêve, assez, c’est l’heure !

N°2

Le mot proposé :

DOS

Mes associations à ce mot (minimum) 4) :

Dos (plein, cadran, régler, bon)

Mon texte :

Le cadran n’a pas sonné … Ah ! Il a bon dos, celui-là ! C’est ça, mets-lui en plein de dos. Tout sur son dos, tant qu’à faire !

Tu n’avais qu’à l’régler, alors !

N°3

Acrostiche avec le mot dos :

Debout, vite, ne crains pas,

Ose te l’avouer franchement,

Sois logique et file au travail.

~

Bon mardi,

Colette

Thème de décembre chez ABC : «Je me suis assis(e) devant la mer … »

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

Assise devant la mer

.

Espace sans fin

Que du vent dans les voiles

Bruit de tes vagues

.

Au creux du rocher

Par cette force du vent

Étrange splendeur

.

Mer de tous les temps

Au reflet du beau ciel bleu

Toi mer sans âge

.

À perte de vue

Moment de solitude

Rêve liberté

~

Bonne fin de semaine,

Chez Lenaïg_thème_le sable

Atelier d’écriture d’Evy, N°328

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Du 08/08/21 au 15/08/21

Thème :

Poussière

Les mots :

Défiler, chavirer, être, couvrir, partir,

survoler, traverser, disperser, tomber, devenir.

~

Rêver de poussière

.

Voile de poussière que transporte le vent, de me couvrir jusqu’ à me faire chavirer. De mon foulard de soie, je me protège, ma foi. Être ainsi ballottée, à en fermer les yeux, j’ai bien peur de tomber, de partir de terre, de survoler les coteaux, puis de me disperser. Peur de défiler, de devenir hors de moi à en traverser les ruisseaux sans toucher à l’eau.

Vite, je me reprends et pose les pieds sur terre. Que c’est extravagant, que de rêver ainsi de poussière, transportée par le vent.

~

Bon jeudi,

Colette

Au théâtre il entra

Mil et une

ICI

Le mot à insérer facultativement :

OPÉRA

image_0555900_20210703_ob_55e98b_sujet-21-2021vol-montgolfiere-oiseaux

source image : clic

~

Au théâtre il entra

.

Tout comme le petit rat de l’OPÉRA,

trottinant, le tout petit Gabriel,

à petits pas, au théâtre, il entra.

Oh ! Que c’est haut, l’on dirait un gratte-ciel !

Mais lorsqu’au guichet il se présenta,

qu’on n’le voit, le mit bien dans l’embarras.

Voilà, voilà, le sommeil le gagna ;

à Saint-Flour, son rêve le téléporta.

Dans une montgolfière se retrouva,

entouré de bernaches, de grues et d’oies.

N’cessait de dire : Ah ! C’que la vie est belle !

Un coup d’vent le ramena au réel.

Qu’fais-tu ici, dit maman Anaëlle ?

Ne m’gronde pas, maman, j’étais au ciel !

~

Bon jeudi,

Colette

Café Thé N°134 : Avez-vous déjà rêvé de voler comme un oiseau ?

image_1331329_20210103_ob_dae984_logo-ct

Logo créé par Renée du blog «Envie de»

CAFÉ THÉ

~

image_1331329_20210601_ob_4dde28_rever-de-voler

Aller-retour

.

Bleu bleu tout est bleu,

de beaux oiseaux blancs,

dans le ciel tout bleu.

Brume légère,

de la mer au ciel,

du ciel à la mer.

Parcours du voyage,

en aller-retour,

qu’à chacun son tour.

Becquée des parents,

d’leur faim assouvie ;

petits tout gentils.

Un rêve éveillé,

tout comme eux d’aller,

jusqu’à satiété.

À ceux qui ont faim,

donner sans compter,

puis recommencer.

Dans le ciel tout bleu,

d’ces beaux oiseaux blancs,

bleu, bleu, tout est bleu.

~

Amicalement,

Colette

Atelier d’écriture d’Evy, N°319

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

~

Thème :

Le temps s’est arrêté

.

Quelques minutes près de 14 h 20,

le temps s’est arrêté pour Alicia ;

qui ne sait trop,

ni pourquoi, ni comment,

mais plus rien, comme avant.

 .

Pourtant hier,

quand l’horloge sonna 14 heures,

heureuse et insouciante dans le parc,

elle était,

elle, et ses ami(e)s.

 .

Et sans trop savoir,

ni pourquoi, ni comment,

l’a rejointe un petit chien,

tout mignon, tout gentil.

.

Doucement,

un monsieur elle sentit

lui prendre la main ;

sans savoir

ni pourquoi, ni comment,

dans sa voiture se retrouva.

.

Tout en haut, au plus haut,

du grand édifice, l’enferma,

et dans la noirceur se retrouva.

.

Tout à coup,

une petite étincelle,

dans son cœur s’alluma.

.

Et sans savoir

ni pourquoi, ni comment,

dans son petit lit blanc s’éveilla

et dans les bras tendus

 de sa maman se jeta

.

Et sans savoir

ni pourquoi, ni comment,

deux fois plus fort qu’avant,

la serra sa maman.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Plus vivante que jamais

Chez Mil et une

Sujet 29/2020 – du 15 au 22/08

Le mot à insérer facultativement est :

SAPHIR

clic

ob_af6d8c_sujet-29-2020-rob-dickinson-fb-1104346

 image Rob Dickinson – clic et clic 

Plus vivante que jamais

.

Telle une neige qui tombe, cette pluie d’étoiles illumine un peu sa nuit obscure. Si triste, elle est, ce soir, assise toute seule devant la mer qui a engloutie sa plus chère amie.

Dur est le rocher mais, pas autant que sa vie, depuis ce sombre moment. Elle aimerait tant pouvoir revenir en arrière. Non, ce ne serait certes pas du ski nautique, qu’elles feraient ensemble, ce soir, passion qui a emporté sa copine, hélas.

Pour adoucir sa peine, elle rêve éveillée qu’elles sont toutes les deux assises chacune sur leur rocher bavardant allégrement de leur rentrée scolaire.

Mais, ce monologue ne peut s’éterniser alors, levant les yeux vers le ciel, elle aperçoit ce doux reflet jaune, tel un SAPHIR. D’abord surprise et un peu craintive, mais cependant incapable d’y détacher son regard, elle semble y deviner la présence de son amie. Elle la voit même sur ses skis tenant la corde qui la relie à la chaloupe.

Lasse de fixer plus longtemps cette lumière, elle tourne légèrement la tête vers la gauche. C’est à ce moment qu’elle sent passer, sans rien apercevoir, un léger bruit qui file dans cette direction.

Elle se lève alors, pleine d’énergie et toute encouragée dans sa façon de vivre l’évènement. Sa copine est toujours là oui, différemment cependant mais, vivante, plus que jamais, puisque personne ne peut l’en séparer, maintenant qu’elle habite au plus profond de son cœur.

~

Bon dimanche,

Colette

 

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 875 autres abonnés