Les défis de la Plume d’Evy, thème : L’horizon

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

Défi N°258

Cette semaine, le thème :

L’horizon

Les mots :

Échappe, présent, trop, écrit, soulager,

place, envole, fini, toujours, désolée.

~

Vers d’autres horizons

.

Il avait écrit sur papier,

ses pensées vraiment méditées.

Quitter ma place puis, m’envoler.

Voici, c’est trop, j’suis désolé.

.

Peut-être pour se soulager

de ce présent tout chamboulé.

Croyait-il ne pas s’échapper

de cette pandémie non finie.

Alors, pour toujours est parti

vers d’autres horizons sans bruit.

.

Il avait écrit sur papier

ses pensées vraiment méditées.

~

Bonne poursuite de ce samedi

et

doux dimanche,

Colette

Les défis d’écriture de Ghislaine, N°115

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Elle nous propose 8 mots :

Puits, vengeur, mur, ragot,

visage, attitude, rancœur, recul.

Ou le thème :

Lettre

~

Assise sur la margelle du puits, la tristesse au visage de tous ces ragots colportés mais, de bonne attitude cependant, le recul aidant ; elle se sent fine prête, sans rancœur devant ce mur qui les sépare maintenant à renouer avec son ami.

N’ayant jamais eu un esprit vengeur, c’est d’un cœur décidé et toute détendue, qu’elle lui écrit sa lettre possible de renouement ; le sourire aux lèvres et toute soulagée la porte à la poste en toute confiance.

~

Bon mardi

à

toutes et tous,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy : Toi mon enfant

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°255

Cette semaine, le thème :

Toi mon enfant

Les mots :

Appris, basculé, bouger, réalisé, fierté, instant,

remplis, richesse, mérite, veillerai.

~

Elle, c’était ma mère.

Cet enfant, c’était moi.

.

Deux longues années à t’attendre.

Une fois réalisée ta venue,

Quelle fierté pour moi de l’apprendre ;

Instant merveilleux, sois bienvenu !

Puis, petite fille tu es née.

De cette richesse fut comblée ;

De tes petits membres voir bouger.

~

Un sombre soir, tout a basculé.

Rempli d’une grande tristesse ;

Le médecin ta fin m’annonça.

Mon Dieu, je ne mérite pas ça !

Lui fis alors cette promesse :

Guérissez-là, je vous la donne !

Ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd !

Le lendemain déjà chantonne,

Veillée de ses parents pleins d’amour.

~

Bon dimanche,

Colette

En mémoire de Lady Marianne

La vie n’est qu’un passage :

Une perle

Cueille dès maintenant les fleurs de la vie

car la mort est pressée

que le frêle bouton qui s’ouvre aujourd’hui

aura bientôt trépassé.

Walt Whitman

~

Bien triste nouvelle,

que le départ de notre chère Marianne.

À ses proches,

époux, enfants et petits enfants,

famille et amis,

blogueuses et blogueurs ;

toutes mes plus sincères condoléances

et

assurance de mes prières.

ob_cd2406_dscn4198-2 (2)

Plus de souffrances pour toi !

Là où tu es,

veille sur chacune et chacun de nous !

Ce n’est qu’un au revoir …

Marianne, nous te reverrons !

Sincèrement,

Colette

Thème d’octobre chez ABC : Quelle surprise !

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

« Quelle surprise !

Au petit matin nos trois arbres avaient sauté …

Quelle tristesse !

Où vont nicher les petits oiseaux ! »

Cri consternation

Subitement quel spectacle

Désolante surprise

~

Mon ombre ils étaient

Et j’aimais les étreindre

Mes trois beaux arbres

~

Sans mots que larmes

Rejetons nouvelles pousses

De l’espérance

~

Forte est la nature

Que s’envole la tristesse

Rien n’arrive pour rien

~

Les petits oiseaux

De peur ne se cachent

Iront sur les fleurs

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Les ateliers écriture de Ghislaine, N°105

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Elle nous propose 8 mots :

Torgnole, grisbi, magot, guenille,

savoir, faire, planquer, être.

Ou

le thème :

Notre ressenti sur ce tableau.

~

Les ateliers écriture de Ghislaine N°105_rnGTM9MM8-y2BlRUz7Ucz81I5PE@711x533

 «  » Vélie. » » Alias Zéphyrine (Régine)

Pauvre Julien

Toute une torgnole au cœur, pour moi, d’apercevoir la petite maison de mes ancêtres dans cet état, en ce début d’automne, saison où la nature est si belle dans ses tons de dégradés de jaune, allant jusqu’au rouge, s’exclame Julien ! Quelle tristesse ! Rien qu’à la voir comme cela, penchée dans l’eau, cela me fait penser à mon grand-père paternel, sachant l’inondation du temps jadis, au moment où son magot y était enfoui dans la cave en toute sécurité, comme il prétendait. Il leur avait fallu, toute la famille, porter les mêmes guenilles usées jusqu’à la corde tant et tant d’années, ensuite. Même que mon père, l’aîné de la famille a dû par la suite, faire bien des sacrifices en abandonnant l’école et se chercher du grisbi par ses propres moyens alors qu’il avait à peine quatorze ans. Fallait-il être courageux et brave ! Mais, quelle idée, de planquer là, tout son avoir, Dieu du ciel !!!

~

Bonne poursuite de ce jour et beau demain,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Si seulement

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°182

~

Si seulement j’étais riche,

j’aimerais réchauffer les cœurs ;

tous les cœurs.

Les cœurs de mes frères et sœurs

qui manquent de chaleur.

Les cœurs de tous ceux

qui sont dans la peine,

les cœurs de tous ceux

qui sont dans la joie,

pourraient aussi compter sur moi.

.

Si seulement j’étais riche,

je ferais de mon mieux

pour que tous aient un toit.

Je veillerais qu’on prenne soin

des pauvres et des isolés,

de ceux qui manquent

de tendresse et d’amour ;

de tous, j’aurais pitié.

.

Si seulement j’étais riche,

plus d’enfants, plus de femmes,

ne seraient exploités.

Tous auraient de quoi manger

à se rassasier.

Tous auraient largement

de quoi se vêtir …

Je sais que ce rêve,

je ne puis seule l’assouvir.

.

Si seulement j’étais riche,

j’aimerais réchauffer les coeurs ;

les cœurs de mes frères et sœurs

qui manquent de chaleur.

~

Sincèrement,

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : Tristesse

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

Tristesse, thème proposé par :

Violette Dame Mauve

~

La maison solitaire

.

Nérée Beauchemin (1850-1931)

.

Seule, en un coin de terre où plane la tristesse
Et le mélancolique et vague ennui des soirs,
La vieille maison blanche, aux grands contrevents noirs,
Pleure-t-elle ses gens, son hôte, son hôtesse ?

.

Avec sa porte close et ses carreaux en deuil
Qui ne semblent, au loin, qu’un vaporeux décalque,
La maison blanche et noire a l’air d’un catafalque
Érigé sur le vide et la nuit d’un cercueil.

.

À la croix des pignons tachés d’ocre et de suie,
Comme un crêpe fané, la mousse vole au vent,
Et l’on dirait, parfois, qu’il tombe de l’auvent
Une neige de cendre et des larmes de pluie.

.

Trois générations ont peiné dans ce lieu :
Trois générations de laboureurs de terre
Ont vécu longuement le rêve solitaire,
Qui commence à l’autel et finit devant Dieu.

.

Tout semble mort… Soudain, la vitre qui brasille
S’ouvre, et, tel qu’au matin, brille un coquelicot,
Une face vermeille apparaît, et l’écho
Éparpille un fredon d’enfant qui s’égosille.

.

Rouge d’orgueil, le fier petit gars d’habitant,
Que le ber ancestral a couvé dans la paille,
Du jeu d’un gosier d’or, éblouit la marmaille
Et fait taire le merle et le coq éclatant.

.

Et la vieille maison, tant de fois attristée
Par le glas et l’adieu des funèbres convois,
Reprend jeunesse et vie au seul son de la voix
Qui conjure l’ennui, dont son âme est hantée.

.

Le vieil âge n’est plus. Voici le jeune temps :
L’aurore entre malgré la fenêtre morose ;
La chambre se plafonne et se meuble de rose ;
La maison recommence à vivre ses vingt ans.

.

Et le chef du travail, dehors à coeur d’année,
Bénit l’horizon clair et le soleil levant,
Le nuage et l’oiseau, la rosée et le vent,
Qui lui promettent tous une belle journée.

.

Nérée Beauchemin

.

CatégoriesNérée BeaucheminNostalgieSolitude

 

~

Bon mardi !

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 725 autres abonnés