Imagecitation 39, N°2 / Les défis écriture de Ghislaine, N°74

Imagecitation

C’EST ICI

Imagecitation 39_N°2

La vanité fait partie du talent :

il est est comme une montgolfière

qui ne s’élève

que lorsqu’elle est gonflée.

Antoine de Rivarol

~

Éphémères, que toutes ces harpies de tes songes nocturnes : pure utopieMéconnu, fatigué d’être toi-même, en pareil cas, gonfle-toi l’égo un peu ! Nul besoin de miroir pour ce faire ! Tu vois l’image ci-haut … fais comme eux, élève-toi dans les airs un moment ; tu verras comme tu es courageux, fort et beau ! Tu seras fier de toi et heureux ! Bonne envolée !

~

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

C’était avec les mots :

Songe, méconnu, image, pareil,

nocturne, éphémère, harpies, utopie.

+ la phrase :

Nul besoin de miroir pour

~

Bonne semaine

à

toutes et tous !

Colette

Publicités

Imagecitation 39 / À vos plumes chez Arlette 2018, N°21

C’EST ICI

L’ours en cage ne peut que satisfaire l’ambition aventureuse des faibles,

tandis que le cerf sauvage évoque une liberté et une vigueur pénétrantes.

Yu Dafu

~

Mais, qu’est-ce que cette cavalcade à tout rompre, au loin, dis donc ? Ce n’est certes pas les doux petits sauts furtifs des cabris en folie !

En un rien de temps, en voilà l’aboutissement, tout droit devant nous. Ce cerf sauvage détaché du groupe semble avoir échafaudé le désir de nous révéler son secret d’ivre liberté et de vigueur pénétrantes. Par son attitude si limpide, on le croirait fin prêt à en causer avec nous !

PAR ICI

C’était avec les mots :

Cavalcade, cabri, aboutissement, folie,

causer, échafauder, révéler, rompre,

limpide, secret, furtif, ivre.

~

Bon dimanche mes ami(e)s,

Colette

Thème d’octobre chez ABC : Le marcheur

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

Le marcheur

Thème d'octobre chez ABC_Le marcheur_6FQr4gj6khKZCJsbVTzLo5rjQgQ@500x334

De l’est à l’ouest ;

du sud au nord.

Beurré  😉 d’éclats de diamants ;

beurré 😉 de poussières d’étoiles.

Cet homme de caractère,

tout comme le veut sa mission ;

tourne dans le bon sens, à tout vent.

Nul besoin de boussole ;

il est le roi du vent.

Toujours de l’avant ;

dans ce sens du vent.

Ni rouillé, ni grinçant ;

salue à tout vent.

Sans passer à tabac ;

ni ralentir le pas.

~

Bonne fin de semaine

à

chacune et chacun !

Colette

Chez Lenaïg, thème : Choses drôles

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

gifs-sourires-emotions-xK19ZdmrZm

Gif : François Charron.com

~

Marche propice

Bienfait douceur bien au sec

Sous la grosse pluie

~

Du bon temps pour moi

Youppie vendredi bien zen

L’plafond sur la tête

~

Voici le dimanche

Samedi … jeudi … lundi …

De la s’maine dernière

~

Un jour à la fois

Bouffe ménage lavage et tout

Six jours de congé

~

Invités de marque

L’estomac dans les talons

Une beurrée de beurre

~

… et d’ABC, tout comme notre marcheur

au Nid des Mots demain :

des beurrées de beurre
sans être beurrées
marchons droit

~

N.B. : Une beurrée de beurre (locution québécoise) une tartine de beurre ou d’une autre substance comme de la confiture. Beurrée peut être utilisée comme un nom, et aussi comme un verbe (beurrer).

~

Bon vendredi

à

toutes et tous,

Colette

Pour ce jeudi 11 octobre : L’obscurité

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°209

À la barre :

JEANNE FADOSI

Le soir, au clair de lune

(Albert Samain 1859-1900)

.

Le ciel comme un lac d’or pâle s’évanouit,

On dirait que la plaine, au loin déserte, pense

Et dans l’air élargi de vide et de silence,

S’épanche la grande âme de la nuit.

 .

Pendant que çà et là brillent d’humbles lumières,

Les grands bœufs accouplés rentrent par les chemins,

Et les vieux en bonnet, le menton sur les mains,

Respirent le soir calme aux portes des chaumières.

 .

Le paysage, où tinte une cloche est plaintif

Et simple comme un doux tableau de primitif

Où le Bon Pasteur porte l’agneau blanc sur l’épaule.

.

Les astres au ciel noir commencent à neiger,

Et là-bas, immobile au sommet de la côte

Rêve la silhouette antique d’un berger.

 .

Vers l’Occident, là-bas, le ciel est tout en or,

Le long des prés déserts où le sentier dévale

La pénétrante odeur des foins coupés s’exhale,

Quand vient l’heure émouvante où toute la terre s’endort !

 .

La faux des moissonneurs a passé sur les terres,

Les repos succèdent aux travaux des longs jours,

Parfois une charrue, oubliée des labours,

Sort comme un bras levé, des sillons solitaires.

 .

La nuit à l’Orient verse sa cendre fine,

Seule au couchant s’attarde une barre de feu ;

Et dans l’obscurité qui s’accroît peu à peu

La blancheur de la route à peine se devine.

 .

En jeune veuve éplorée, la terre pleure son défunt

Comme pour le remplacer à l’horizon s’élève

Une lumière de lune, toute pâle et si légère,

 .

Dans l’ombre et les parfums

Superbe fille de Ré,

Tu viens nous éclairer.

.

(Extraits du chariot d’or)

Bon jeudi

à

chacune et chacun,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Si seulement

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°182

~

Si seulement j’étais riche,

j’aimerais réchauffer les cœurs ;

tous les cœurs.

Les cœurs de mes frères et sœurs

qui manquent de chaleur.

Les cœurs de tous ceux

qui sont dans la peine,

les cœurs de tous ceux

qui sont dans la joie,

pourraient aussi compter sur moi.

.

Si seulement j’étais riche,

je ferais de mon mieux

pour que tous aient un toit.

Je veillerais qu’on prenne soin

des pauvres et des isolés,

de ceux qui manquent

de tendresse et d’amour ;

de tous, j’aurais pitié.

.

Si seulement j’étais riche,

plus d’enfants, plus de femmes,

ne seraient exploités.

Tous auraient de quoi manger

à se rassasier.

Tous auraient largement

de quoi se vêtir …

Je sais que ce rêve,

je ne puis seule l’assouvir.

.

Si seulement j’étais riche,

j’aimerais réchauffer les coeurs ;

les cœurs de mes frères et sœurs

qui manquent de chaleur.

~

Sincèrement,

Colette

Mercedes

ICI

Manifeste peu ses émotions.

Elle est une fille organisée.

Redoutable, pour atteindre ses fins.

C’est une personne d’action.

Efficace mais, peu tolérante.

D’elle, sort toute la vérité, hélas !

Et, en y mettant du temps,

     vous l’apprécierez car ;

Serviable et digne de confiance.

.

Madame JB, je compte sur vous pour aider Mercedes à s’humaniser davantage et à s’ouvrir aux autres.

.

Le prénom Mercedes vient du latin

« merces »

qui signifie

pitié, grâce, faveur, prix, salaire »

Il est inspiré, ce prénom d’une fête mariale en Espagne :

Notre-Dame de la Merci, Marie des Grâces.

.

Bon mercredi mes ami(e)s !

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : Ce que l’on croit

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

CE QUE L’ON CROIT, thème proposé par Gazou

~

Titre : Une croix sur le bord d’un chemin

Poète : Sophie d’Arbouville (1810-1850)

Recueil : Poésies et nouvelles (1840).

.

Sur le bord du chemin, que j’aime à voir l’oiseau,
Fuyant le nid léger que balance l’ormeau,
Prendre le grain qu’il porte à sa couvée éclose,
Les premiers jours de mai, quand s’entr’ouvre la rose.

.

Sur le bord du chemin, que j’aime l’églantier,
De pétales dorés parsemant le sentier,
Disant que l’hiver fuit avec neige et froidure,
Qu’un sourire d’avril ramène la verdure.

.

Sur le bord du chemin, que j’aime à voir les fleurs
Dont les hommes n’ont pas combiné les couleurs ;
Les fleurs des malheureux, qu’aux malheureux Dieu donne,
Du Dieu qui songe à tous, aimable et sainte aumône.

.

Sur le bord du chemin, que j’aime le ruisseau,
Qui, sous le nénuphar, sous l’aulne et le roseau,
Me cache ses détours, mais qui murmure et chante,
S’emparant en fuyant de ma pensée errante.

.

Sur le bord du chemin, que j’aime le berger,
Son vieux chien vigilant, son chalumeau léger ;
La cloche du troupeau, triste comme une plainte,
Qui s’arrête parfois, puis qui s’ébranle et tinte.

.

Sur le bord du chemin, que j’aime mieux encor
La simple croix de bois, sans sculpture, sans or ;
À ses pieds, une fleur humide de rosée,
Par l’humble laboureur, humblement déposée.

.

Sur le bord du chemin, la fleur se fanera,
Les troupeaux partiront, le ruisseau tarira ;
Tout se flétrit et meurt, quand s’enfuit l’hirondelle ;
Mais la croix restera saintement immortelle !

.

Sur le bord du chemin, tout varie en son cours,
Le ciel seul, à notre âme, osa dire : Toujours !
Et quand nos cœurs brisés s’agitent dans le doute,
Qu’il est bon de trouver une croix sur la route !

.

Sur le bord du chemin, les paroles d’amour,
Murmure harmonieux qui ne dure qu’un jour,
S’en vont avec le vent, aussi légère chose
Qu’un chant d’oiseau dans l’air ou qu’un parfum de rose.

.

Sur le bord du chemin, on tombe avant le soir,
Les pieds tout déchirés et le cœur sans espoir ;
Pèlerin fatigué que poursuivit l’orage,
On s’assied sur la route à moitié du voyage.

.

Sur le bord du chemin, ô croix ! reste pour moi !
Mes yeux ont moins de pleurs en se levant vers toi.
Tu me montres le but ; une voix qui console,
Dans le fond de mon cœur, semble être ta parole :

.

« Sur le bord du chemin, si ton cœur affaibli
Souffre d’isolement, de mécompte et d’oubli,
Ô pauvre ami blessé qui caches ta souffrance,
Viens t’asseoir à mes pieds, car je suis l’espérance ! »

.

Sur le bord du chemin, ainsi parle la croix,
Consolant les bergers et consolant les rois,
Offrant à tout passant son appui tutélaire…
Car tout cœur qui palpite a souffert sur la terre !

.

Sophie d’Arbouville.

~

Bon mardi mes ami(e)s !

Colette

Pour ce lundi 8 octobre, expressions incluant le mot oeil ou le mot yeux

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°209

C’EST ICI

À la barre :

JEANNE FADOSI

Voici mon choix d’expressions :

« Avoir les yeux plus grands que la panse » :

(Avoir mois d’appétit que prévu)

« Agir les yeux fermés » :

(En toute confiance)

« Se mettre un doigt dans l’œil » :

(Se tromper grossièrement)

« Taper dans l’œil » :

 (Faire de l’effet)

            

Je me souviens entre autres, d’un dimanche soir au temps de mon adolescence, avoir eu les yeux plus grands que la panse et, d’avoir avalé trois petits pains fourrés contenant chacun une saucisse jetée dans le beurre. Je vous dis bien  sincèrement avoir compris que j’avais agis les yeux fermés. Le lendemain, étant dans l’impossibilité de poursuivre ma journée scolaire, je fus dans l’obligation de revenir à la maison bien penaude, en avouant bien humblement m’être mis un doigt dans l’œil n’ayant pas obéi à la suggestion de ma mère me signifiant que deux, ce serait suffisant. Je fus dès lors clouée chez-moi toute une semaine entière ; ne gardant aucune nourriture solide. Cela me tapa dans l’œil pas à peu près, jurant de ne plus jamais recommencer. Ce qui fut fait, croyez-moi. Grâce à ma mémoire d’éléphant, je puis même vous affirmer que c’était bel et bien un beau soir d’automne.

En toute amitié,

Colette

Les défis écriture de Ghislaine N°73

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

PAR ICI

Avec au moins 5 mots contenant FLA +

les mots :

habit, utile, toux, ennui, juste, courage,

final, délicat.

~

Ah ! Quel ennui, ce matin, FLAvie se sent toute FLAgada, faible et sans courage. FLAvien lui avait pourtant bien dit avant qu’elle ne quitte la maison, qu’un habit plus chaud lui serait fort utile au cours de sa randonnée dans le bas du fleuve. Juste pour le FLA-fla de son gilet dernier cri, la voilà prise avec une toux tenace qui ne la FLAtte pas du tout, loin de là ! Lui, trouve délicat le FLAsh-back : Je ne tournerai pas le fer dans la plaie ; point  final, se dit-il ! En tout cas, en ce début de matinée, c’est en pyjama de FLAnelle qu’elle mange son corn FLAkes bien décidée à demeurer au chaud toute la journée.

~

Amicalement,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 513 autres abonnés