Toi qui me lis

L’avenir appartient à ceux

qui croient à la beauté de leurs rêves nous dit

Eleanor Roosevelt

~

Alors, voilà le rêve que je viens de faire :

Toi qui me lis,

que mon amitié t’enveloppe de tendresse.

Qu’il te console dans la tristesse.

Qu’il soit ton réconfort.

Que ma voix te donne les mots

quand ces mots ne viennent pas.

Que je trouve les bons à chuchoter

à ton oreille si tu es accablé(e)

par les soucis.

Que mon regard s’emplisse d’amour

lorsque tu ploies.

Laisse-moi poser la main sur ton épaule

quand l’inquiétude t’envahit.

N.B. : Je serai absente en soirée.

Bon jeudi

à

toutes et tous !

Bien amicalement,

 Colette

Publicités

Cette veille de Noël

No°156

Cette veille de Noël_il-etait-une-fois-noel

https://lilousoleil.wordpress.com/2015/12/07/defi-156-chez-lilousoleil/

Lilou  nous propose de conter une histoire.

Oui, un conte, un vrai :

1. Avec un héros (héroïne) qui part en quête de …

2. Un élément qui va déclencher l’action

du héros.

3. Un méchant qui va mettre des bâtons

dans les roues du héros.

4. Un gentil qui va aider quand notre héros sera

en difficulté.

5. Un élément inattendu qui va débloquer la situation.

* * *

Il était une fois, dans un petit village des plus campagnards, une petite fille différente de ses copines, qui elles, étaient nées dans cette campagne, éloignée de la grande ville ; dont elle-même venait. À l’école, on se plaisait à la narguer constamment. Entre autre, on lui suggérait fortement, de ne jamais traverser le petit bois, non loin de là. Pourquoi demandait-elle ! À cette question, la plus désagréable du groupe, lui avait répondu un jour, que le méchant loup la mangerait ; sans toutefois réussir à l’en persuader. Toujours est-il, que ce 24 décembre après-midi, jour où il avait neigé un tout petit peu, à peine assez pour décorer les branches des arbres, elle s’y hasarda. Après quelques pas, elle sentit un doux silence l’envahir. Moment sublime pour elle. Je ne vais pas me perdre, se dit-elle, je marcherai toujours tout droit devant moi, et inversement pour revenir. Passant près du ruisseau, elle s’attarda à écouter le bruit de l’eau sur les cailloux. L’eau était toute claire. Quelques moineaux sautillaient de branches en branches. Au loin, elle entendit un craquement, ce qui ne l’impressionna le moindrement du monde. Oh ! À quelques pas d’elle, un jeune chevreuil traversa le chemin, suivi d’un autre. Ils étaient majestueux ! Elle marchait toujours. Depuis combien de temps, elle n’aurait su le dire. Un peu fatiguée et quelque peu épuisée, elle s’assit et s’adossa à un arbre. Là, elle s’endormit paisiblement. La noirceur la surprit, mais elle ne s’en rendit pas compte. Elle fit un rêve magnifique. Elle vit trois hommes cheminant sur la route. Des brebis marchaient avec eux … bê … bê … bê …  Au ciel, une étoile pas comme les autres, brillait de tous ses éclats. Ces hommes semblaient la suivre. Ils parlaient beaucoup entre eux ; ils étaient si heureux ! Quelque chose de spécial leur allumait le cœur. Un peu plus loin derrière, vint le grand loup gris, celui dont parlaient ses compagnes. Il lui montra ses crocs. Un court moment, la frayeur l’envahit. Elle se dissipa subitement, puisque suivit à peu de distance, un ange. Curieusement, il avait le bon et doux visage de sa mamie, décédée, quelques mois plus tôt. Ce défilé s’arrêta soudain, et Lili-Rose, c’était le nom de cette petite fille, entendit au loin une musique, accompagnée de ces mots : ♪ Il est né, le divin Enfant, jouez hautbois, résonnez musettes … ♪. À l’instant même, elle sentit qu’on la soulevait. C’était son papa adoré, qui tout joyeux, venait de retrouver son petit trésor. Viens vite, partons d’ici, car maman est très inquiète. Ce soir, c’est Noël. Elle repartit, sa petite main dans celle de son papa. Elle se sentit toute transformée, elle fixa longuement le ciel, ce soir là, et sembla voir danser l’étoile de son rêve. Quand elle sera devenue grande, elle pourra raconter ce moment d’extase à ses enfants et petits enfants. Ce Noël sera la grâce de sa vie, jusqu’à ce que son éternité s’empare d’elle, et qu’elle-même, devienne l’ange aidant pour chacun d’eux.

* * *

Bon lundi

et

agréable semaine à toutes et tous !

Colette

Semeuse de fleurs

Semeuse de fleurs_11008552_10153388200106457_5107903168925995809_n

Des fleurs ! Des fleurs pour guérir toutes les blessures.

Des fleurs, pour repousser au loin chaque misère.

Des fleurs, pour nos frères et sœurs dans une prière.

Que règne calme, douceur, dans ce ciel obscur.

.

Des fleurs de toutes les couleurs en réconfort.

Des fleurs qui de leurs pétales, sèchent toutes larmes.

Des fleurs adoucissantes, où tant de mal s’acharne.

Que souffle cette poussière, d’un vent doux et fort.

.

C’est bien ces fleurs, que tu sèmes ainsi à tout vent.

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, par tous les temps.

Oui, des fleurs par milliers, pour nourrir toute vie.

.

Toi, semeuse de fleurs, viens réchauffer les cœurs.

Sur ton chemin, que tous récoltent le bonheur.

Du matin, jusqu’au soir, tu chasses tout ennui.

Colette

C’était POUR LE PARADIS DES POÈTES.

La rentrée

LA MAGIE DES MOTS CHEZ MANDRINE

N°19

Nous avons le choix entre deux phrases

à inclure dans notre texte.

Je choisis la première :

« D’abord la touffeur. Comme si elle coulait son corps dans une mousse tiède … »

La rentrée

Ayant à changer d’établissement scolaire, Paula, partit très inquiète, ce matin de rentrée, et ce pour la première fois, de toute sa vie d’étudiante. Laissons-là nous raconter un peu :

  • Je pris une grande respiration ; l’air était si doux. Une journée vraiment splendide. À quoi pouvais-je bien m’attendre, au juste ! Figée devant la porte d’entrée, jusqu’à ce qu’on m’interpelle, et que cette porte s’ouvre, devant une marée d’étudiants ; tous de purs étrangers. Bon, maintenant que j’y suis ; je fonce. J’attendis, sans grande conviction, que l’on m’attribue mon local de classe …

Dès qu’elle y posa le pied :

« D’abord la touffeur. Comme si elle coulait son corps dans une mousse tiède » et suffocante.

  • J’avais du mal à m’imaginer, une trentaine d’étudiants, entassés dans cette pièce exiguë et munie de si petites fenêtres. Toujours est-il, qu’au cours de la journée, mes très bons rapports avec ces élèves, finirent par me convaincre, qu’en bout de ligne, je parviendrais à m’adapter assez facilement, et que tout allait se passer pour le mieux, tout au long de ces dix mois à venir. C’est donc toute réconfortée, que je repris le chemin de la maison familiale.

Comme quoi, les apparences sont souvent trompeuses.

Pour participer :

http://mandrine6.wordpress.com/2014/08/22/la-magie-des-mots/

 ~

Bonne semaine

à

chacune et chacun !

Colette

Chemin de joie

Chemin de joie

Tourne-toi vers Lui

De tes faiblesses fait Son nid

Comblé(e) tu seras

≡ ≡ ≡

Même s’il est parfois parsemé

de doutes et de questions,

ce chemin en est un de joie.

Bon jeudi mes ami(e)s !

Colette

Trouver le repos

Trouver le repos

En Toi mon espoir

Être près de Toi blotti(e)

Là tout mon bonheur

Bon et agréable dimanche

à

toutes et tous !

En toute amitié,

Colette

Aujourd’hui, demain et toujours

Aujourd'hui, demain et toujours

*

Nourriture de vie

Pain du cœur rocher d’appui

Parole qui guérit

~

Ce soir, se termine le mois de juin :

Demain, 1er juillet, c’est la Fête du Canada !

Aujourd'hui, demain et toujours

Bon et agréable mois de juillet

à

toutes et tous,

En toute amitié et de tout cœur,

Colette

La lettre P pour «parole»

POUR LE DICO-CITATIONS DES NULS 

La lettre P pour «parole» 

La parole que tu prononces,

celle que tu entends,

celle qui encourage,

celle qui tue,

celle qui fait vivre,

celle qui agresse,

celle que tu médites,

celle qui ne fait que passer,

celle qui demeure,

celle qui libère,

celle qui guérit … etc. …

 

Il y a un proverbe qui dit :

«Tel qui parle légèrement, blesse comme le glaive ;

mais la langue des sages apporte la guérison».

 

Ma parole, d’où vient-elle, d’où sort-elle ?

… de ma bouche ? … de mon cœur ? …

 

Pour me sentir en forme (en bonne santé),

j’ai besoin d’unifier mon corps et mon esprit …

il en va de même pour ma bouche et mon cœur.

 

«Veillons aux pensées et aux sentiments, aux émotions

et aux passions qui cherchent à nous envahir et

orientent nos paroles».

Anselm Grün

 

Tous ces éléments sont en perpétuel réconciliation ;

si tu veux être véridique envers toi et les autres.

Si ma parole sort de ma bouche uniquement sans

passer par mon cœur,

elle sera simplement bla … bla … bla …

et si elle sort seulement de mon cœur, elle pourra être

illusoire.

 

«La parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur».

Rm 10,8

 

 

Pour participer :

http://annuairepourlesnuls.fr/

Amicalement,

Colette

Ni trop, ni moins …

Ni trop, ni moins ...

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière

nous dit Edmond Rostand

~ ~ ~

        

 La nuit : 

Elle fait tout disparaître à nos yeux …

 Elle n’empêche pas les chats d’y voir clairement …

  Tout défaut s’en voit dissimulé …

  En tout cas, elle est bien indulgente envers les imperfections …

Elle porte conseil …

 D’une certaine manière, on peut dire qu’elle est 

la paupière du jour …

Plus elle est belle, plus belle en sera la journée …

Elle donne toute la place à l’aube …

Elle apporte une récompense extraordinaire 

après une journée bien chargée ; le sommeil !

~ ~ ~ 

 Selon un proverbe français, le sommeil est la moitié de la santé.

J’ajouterai qu’il peut nous remettre de bien des intempéries.

Mais, même si nous y passons le tiers de notre vie,

son excès peut apporter la fatigue … à nous d’en gérer

le temps nécessaire à notre juste mesure.

 

 ~ ~ ~

Bonne et agréable semaine à tous et à toutes !

 

Sept jours intenses, sans privation de cette récompense

 

à la fin de chacune de vos journées !

 

Colette

Rêve

L’avenir appartient à ceux

qui croient à la beauté de leurs rêves nous dit

Eleanor Roosevelt

Alors, voilà le rêve que je viens de faire.

Toi qui me lis,

que mon amitié t’enveloppe de tendresse …

Qu’il te console dans la tristesse …

Qu’il soit ton réconfort …

Que ma voix te donne les mots

quand ces mots ne viennent pas …

Que je trouve les bons à chuchoter

à ton oreille si tu es accablé(e)

par les soucis …

Que mon regard s’emplisse d’amour

lorsque tu ploies …

Laisse-moi poser la main sur ton épaule

quand l’inquiétude t’envahit …

Bonne journée de vendredi

et

Agréable week-end à tous et toutes

suivi d’un excellent début de semaine !

Bien amicalement,

C☼lette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 509 autres abonnés