Les défis de la plume d’Evy, thème : Étranges silhouettes

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°164,

suite du N°163

ICI

~

Les défis de la Plume d'Evy,thème_Etranges silhouettes

en ajout : gif du net

~

Bienvenue dans la forêt magique Lisa !

Aussitôt dit, aussitôt se dispersèrent

Et, le tout changea aussi vite d’atmosphère.

Quelques jours passèrent qu’on ne la retrouva pas.

.

Au grand désespoir de ses parents «en larme» !

Éveillée ou dans son sommeil ; elle était bien.

En milieu de journée, passait une dame.

Elle lui servait des confitures et du bon pain.

.

Jusqu’à ce samedi après-midi béni,

Où, avant la pluie, on retrouva son doux nid.

Dans le trou d’un gros arbre ; sans douleurs ni maux.

.

Dans les bras de papa ; se retrouva soudain.

Des baisers de maman ; sortie de son chagrin.

Mais, où est Madame Marie, clama Lisa …

~

Bonne fin de semaine mes ami(e)s !

Colette

Publicités

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Forêt magique

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°163

Les défis de la Plume d'Evy, thème_Forêt magique

en ajout : gifs du net

~

Ce soir-là, Lisa pénétra dans la forêt,

Soufflait le vent, tout craquait sous ses petits pieds.

Un peu fatiguée, s’assoit sous l’arbre tout près.

C’est alors, qu’elle s’endort doucement dans l’air frais.

.

Vinrent vers elle des animaux de la forêt.

Et puis, avec eux, de très, très curieux garnements.

Oh ! Ne crains pas, fais-nous confiance, s’il te plaît !

Elle rit, d’enchantement en enchantement.

.

Sans crainte, s’approche lentement du gros ours.

Ainsi de suite, de tous, sans aucune frousse.

Mais, qu’elle lumière, tout à coup, s’exclama-elle !

.

Soudain, une douce musique se fit entendre :

Gens et animaux dansaient tous en sarabande.

Bienvenue dans la forêt magique Lisa !

~

Bon mois de juin

et

beau week-end

à

toutes et tous !

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : l’enfance

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

L’enfance, thème proposé par Tortue

~

Souvenir d’enfance.

.

Recueil : Sonnets et poèmes (1863)

.

Te souvient-il, mon frère, de ce temps plein de rêves
Où nous courions tous deux le long des verts sentiers,
Tantôt donnant carrière à nos instincts guerriers,
Et nous couvrant de gloire en des combats sans trêves ;

.

Tantôt nous figurant l’océan et ses grèves,
D’où nous nous élancions, hardis aventuriers ;
Tantôt ouvrant nos cœurs aux souffles printaniers
Dans la saison d’amour où fermentent les sèves ?

.

Que savions-nous alors ? — Nous étions des enfants,
Mais nous portions au front nos songes triomphants,
Et nous brûlions d’espoir et nous cherchions à vivre !

.

Et voilà qu’aujourd’hui je retrouve en ces bois,
Pour te le renvoyer, ce charme qui m’enivre,
Ce frais et doux parfum de nos jours d’autrefois !

.

 

Edmond Arnould.

~

Bon mardi !

Colette

 

Vers la forêt enchantée

Jeu de l’été de Lenaïg :

Où vont-ils ?

http://leblogdelenaig.over-blog.com/2015/07/un-jeu-pour-ce-debut-d-ete-2015.html

Vers la forêt enchantée_ob_600a7c_ob-1eed2e-11008553-371958599669051-695

Mona venait de déménager en ces lieux,

et se retrouva ainsi, si triste et seule.

Qu’est-ce que je vais faire de mes journées mon Dieu !

Et elle pleura tout son soûl, de sous le tilleul.

~

C’est alors, qu’elle s’endormit très profondément.

Vinrent vers elle, des animaux de la forêt.

Avec eux,  se mit en route résolument.

Ne crains pas, sois confiante du chemin qu’on te fraie.

~

Elle accorda son pas à celui du gros ours.

Les deux bras ballants, les suivit sans aucune frousse.

Mais, où allons-nous ainsi, se demandait-elle !

~

Soudain, une douce musique se fit entendre :

arbres et animaux dansaient en sarabande.

Bienvenue dans la forêt enchantée Mona !

~

En toute amitié,

Colette

Thème de juin chez ABC

Thème de juin chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

http://jardin-des-mots.eklablog.com/les-fees-que-je-rencontre-3-a117451698

Billet programmé

.

« J’écris dans mon journal »

ou

« J’écris mon journal »

Je choisis donc ce dernier :

.

J’écris mon journal, oui, comme un joyeux refrain.

Autant mes folies, que mes soucis ; tout y passe.

Faut bien dire, que de cela, jamais ne me lasse.

Parfois je souris, à ce merveilleux tremplin.

.

De ma naissance à mon adolescence, si peu.

De l’âge adulte à maintenant, bien habillé,

de mes faits et gestes, tout y est fort détaillé.

Mais souvent, oui, j’ai bien failli y mettre le feu.

.

Je l’écris, ce journal, et ce, à tout moment.

J’y relate autant le passé que le présent.

De jour, de soir, dans la joie, tout comme dans la peine.

.

Si j’écris mon journal, cela n’est pas banal.

De tout revoir, de temps en temps, un vrai régal.

C’est toute une histoire, celle-là, mais c’est bien la mienne !

.

Amicalement,

Colette

Semeuse de fleurs

Semeuse de fleurs_11008552_10153388200106457_5107903168925995809_n

Des fleurs ! Des fleurs pour guérir toutes les blessures.

Des fleurs, pour repousser au loin chaque misère.

Des fleurs, pour nos frères et sœurs dans une prière.

Que règne calme, douceur, dans ce ciel obscur.

.

Des fleurs de toutes les couleurs en réconfort.

Des fleurs qui de leurs pétales, sèchent toutes larmes.

Des fleurs adoucissantes, où tant de mal s’acharne.

Que souffle cette poussière, d’un vent doux et fort.

.

C’est bien ces fleurs, que tu sèmes ainsi à tout vent.

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, par tous les temps.

Oui, des fleurs par milliers, pour nourrir toute vie.

.

Toi, semeuse de fleurs, viens réchauffer les cœurs.

Sur ton chemin, que tous récoltent le bonheur.

Du matin, jusqu’au soir, tu chasses tout ennui.

Colette

C’était POUR LE PARADIS DES POÈTES.

Une attitude vitale

 

cté_les_passeurs_de_mots

Thème de mai :

Une attitude vitale

Photo de Clara :

http://claramicalement.apln-blog.fr/

.

Nul n’aurait pu inventer un si bel espace.

Abri, terre, eau, montagne ; vent léger, j’imagine,

semble nous dire ce cheval, dans cette ambiance ;

lieu si tranquille, que rien non plus ne le taquine.

.

Heureux, laissant libre cours à tous ses ébats,

il marche,  galope, se rafraîchit à cette eau claire ;

et sans souci, sans crainte, il va, de-ci, de-là,

pas inquiet, c’est sûr, les poumons bien remplis d’air.

.

Et un bien-être mystérieux, suinte de cette terre,

une joie spéciale de ce nouveau pied-à-terre ;

une vision nouvelle évocatrice de vie.

.

Dans ce lieu de silence, naît un «nouveau cheval»,

symbole évocateur d’une attitude vitale ;

une nouvelle vision des choses, à faire envie.

.

Bonne fin de semaine

à

toutes et tous,

Colette

Vie et couleur

Vie et couleur_11130263_10153292355006457_3735569181100065796_n

Cher vieux piano, tes notes résonnent à mon oreille,

Depuis ce temps, où dans la maison, tu trônais.

Fortement, au charme de ta musique, je tenais.

Autour de toi, nous bourdonnions, bruyantes abeilles.

.

Remisé, faute de joueurs actifs parmi nous ;

Partitions jaunies, non oubliées, j’en suis fière.

Cachées par les livres et protégées des poussières ;

De jours en jours, on a dû s’y faire, malgré tout.

.

Avec les beaux jours, et le ménage du printemps,

Tout reprit vie et couleur, en un rien de temps.

À notre grande satisfaction, comme de raison.

.

Orné de fleurs, au pied de l’arbre, tu resplendis.

Aux jets de l’eau, encore vivantes, tes notes sourient.

Rassemblements joyeux autour de la maison.

.

Bon mardi mes ami(e)s !

Colette

C’était pour : LE PARADIS DES POÈTES

Fidèle compagnon

Fidèle compagnon_11156345_10153292158191457_6952051690436948531_n

À quelques décennies d’ici, heureuse, sereine,

Dix-neuf ans à peine, je notais à ma manière,

Bien modestement, sans histoires particulières,

Dans ce recueil des citations à pages pleines.

.

Petit à petit, de faits de vie le remplit :

De ceux de mon enfance dont je garde bonne mémoire,

Et ceux du temps présent, relatés chaque soir.

À plein couvert un jour d’apparence me surprit.

.

De là, de documents à l’appui fut pourvu,

Et de mon étagère, me sourit tout dodu.

Maintenant, que vais-je faire me semble-t-il dire !

.

À mon poids se trouve aussi celui de tes jours,

Relis-moi, et à ta source, oui, reviens toujours.

Je suis ton compagnon, pour le mieux, pour le pire.

.

Bon vendredi à toutes et tous,

Colette

C’était pour : LE PARADIS DES POÈTES

Accoudée à ma fenêtre

POUR LA COMMUNAUTÉ DES PASSEURS DE MOTS

cté_les_passeurs_de_mots

http://lacommunautedespasseursdemots.apln-blog.fr/

~

Thème d’avril

(Sur une photo de Martine)

http://martinemrichard.fr/blog/?p=9481

Accoudée à ma fenêtre

~

Ce soir, fatiguée,  accoudée à ma fenêtre,

Bercée par le glapissement des mouettes rieuses ;

De leur vol si rapide, je me sens très nerveuse.

En cette fin de jour, je frémis de tout mon être.

~

Ah ! Ces barques immobiles, silencieuses dans le noir !

Sur ce rivage, où tu marchais, si sereinement,

De ce moment trop calme et fort de sentiments ;

Se peut-il qu’il soit temps de te dire au revoir !

~

Quand baisse l’astre du jour, et trop vite à mon goût,

L’angoisse me surprend et m’envahit à tout coup.

Mais en ces moments, ta présence est là, toujours.

~

Ce beau soleil couchant, de ses chaudes couleurs,

M’apporte réconfort et grande joie au cœur.

Forte est ma foi, de te revoir vivant un jour.

~

Bon vendredi,

suivi d’un agréable week-end !

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 498 autres abonnés