Les défis de la Plume d’Evy, thème : De tout et de rien

LA PLUME D’EVY

N°283

Cette semaine, du 13/09/20 au 20/09/20

Le thème :

De tout et de rien

Les mots :

Parler, mélange, musique, son, rythme,

cérébrale, troubler, recommencer, nuit, inspiration.

~

Ce n’est bien que de parler DE TOUT ET DE RIEN, de ma part, que de vous dire que je ne suis pas du tout fière de moi, lorsque j’ouvre ma penderie et que j’y aperçois un vêtement sur lequel je n’arrive pas à en finir la réparation et ce, tenez-vous bien, d’une saison à l’autre.

À chacun(e) son rythme, me direz-vous, mais mes activités cérébrales me tiennent pas mal plus à cœur. Réflexion faite, je constate, que de jouer avec les mots, les introduire dans une association cohérente, afin de satisfaire nos si agréables ateliers hebdomadaires me stimule et m’amuse bien davantage.

Il faut dire aussi, que ce ne sont pas des esprits incultes que nous y croisons. On ne risque pas non plus de s’endormir debout à les côtoyer. Les reconnaissez-vous ? C’est-à-dire, vous vous reconnaissez-vous ?

Que ce soit chez l’un(e) ou l’autre, quel beau mélange d’inspiration : en musique, en mots ou en créations ; cela va jusqu’à troubler la longueur de mes nuits. Je souhaite toujours y remédier mais, je recommence car, quel attrait et quelle bonne détente créative !

Merci à toutes et tous pour cela.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Thème de juin chez ABC : Mon chemin d’écriture de cette année

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

Au départ, ce fut une bien belle aventure : Partie en voyage, sans tambour ni trompette, sans entendre le loup, un soir de pleine lune et n’ayant pour seul bagage que son trousseau de clés, Ciboulette se retrouva dans une sombre grotte préhistorique à une température de 9°. Il faisait si sombre ! Son pied heurta soudain une chaude fourrure. Les pieds glacés, attirée par cette douce chaleur, elle s’y étendit de tout son long et, s’endormit profondément sans s’apercevoir que c’était le loup. Au petit matin, un joueur de violon se fit entendre. Réveillée, elle aperçut son compagnon de fortune. Ses yeux étaient si doux qu’elle se sentit en toute confiance. Ils sortirent tout deux et prirent un petit sentier menant à la route. Ils saluèrent le joueur d’accordéon au passage. Quelques pas plus loin, une vendeuse de chaussure mit aux pieds de Ciboulette une belle paire de bottes doublée en mouton. Puis, silencieusement, le loup la reconduisit jusque dans son grand lit blanc et mystérieusement disparut. Ce fut la fin de cette belle aventure.

.

Lorsqu’ensuite, nous eûmes une grande surprise, quand au petit matin, nos trois arbres avaient sauté … mais, où alors nicheront nos petits oiseaux !

Forte est la nature

Que s’envole la tristesse

Rien n’arrive pour rien

~

Les petits oiseaux

De peur ne se cachent

Iront sur les fleurs

.

C’est alors que, nous firent un petit plongeon dans la mythologie :

Conte légendaire

Le récit du merveilleux

Imagination

~

Héros fascinants

Mythes légendes contes

Courage exemplaire

.

Puis là, ce fut un moment de solitude :

« La solitude est absolument essentielle

à l’équilibre d’une personne. »

Nikiki Gemmell

La solitude,

pour : laisser jaillir

ce qu’il y a de meilleur en soi.

.

La solitude,

pour découvrir tout ce monde en soi ;

source jaillissante d’équilibre et de paix.

.

 Et, nous voilà derrière la grille :

Derrière le grillage

Sur la branche d’un arbre

Un petit oiseau

~

Le guetteur

Mine de rien aux aguets

Des chuchotements de mots

~

Pattes de velours

Des croquettes Wildcat pour toi

Adieu fixation

La chaleur de la maison

La douceur de mes caresses

.

Tout doucement, je me retrouve au pied de mon arbre :

Ses fruits sont de paix

Sa présence me plaît

De leur chant angélique

Les oiseaux il abrite

.

Puis, voilà qu’arrive le printemps :

Avec l’arrivée du printemps,

nous revient aussi le soleil.

Tout, soudain, et d’un même élan,

de cette renaissance se réveille !

.

Et là, nous sommes convié(e)s à observer une photo en lien avec la pandémie : ces jours sombres de l’humanité jusqu’à ce que tombe les entraves. Invitation au respect de ce temps de calme et de repos de notre nature qui se refait et reprend petit à petit ses droits.

.

À la fin de cette année du Nid des Mots, nous nous glissons dans la tête d’un enfant (11 – 12 ans) :

La tortue :

« La tortue qui se promène de vers en vers

S’arrête quelque fois pour goûter à une lettre ou à un mot.

Je l’ai même déjà vue sauter dans un étang appelé dictionnaire.

Elle mettait la pagaille partout où elle passait.

Cette tortue, c’est la mienne.

Et je me dis que si elle mange tous ces mots

Un jour elle parlera. »

Frédérik B. Gendron (11 – 12 ans)

 Poème tiré : « Les plus beaux poèmes des enfants du Québec »

.

N.B. : N’ayant pu participer ce samedi de mai, voici ma participation en ce jour :

La grenouille

.

La grenouille si heureuse au ruisseau

attrapée pour fumer la cigarette :

Éclater, je l’ai vue.

Puis, une fois l’une, une fois l’autre,

de vous dire,

j’en avais le cœur gros.

Dans mon calepin, chacune d’elle,

dessinée de ma main est entrée.

Aujourd’hui, ces dessins oubliés,

de me dire,

rempliront à nouveau le ruisseau

dans un monde nouveau.

.

Merci Annick pour cette belle et bonne année bien remplie ! Merci aussi aux autres personnes qui y ont pris part ! De bonnes vacances et, en septembre pour de nouvelles aventures à ce Nid des Mots !

~

En toute amitié,

Colette

Détesté / Aimé

deteste-aime_maski-grustno-veselo-1

PAR ICI

Chaque dernier samedi du mois (donc ce 29 février), Renée nous demande de lui parler un peu d’un évènement ou moment que nous avons détesté et aussi de lui parler de ce que nous avons particulièrement aimé.

~

😥 😀 Tout au cours de ce mois, nous avons eu plusieurs tempêtes de neige. Cela vous surprend ! Bien non, nous avons un pays de neige et ce pays, nous l’aimons ainsi. Vive la belle neige blanche !

😀 Du 7 au 16 février, ce fut le Carnaval.

😥 Le 12 février au matin, devant l’intensité des vents et des chutes de neige, l’organisation du 65e Carnaval de Québec a été contrainte d’interrompre les festivités de ce jour ; festivités qui se poursuivront tout de même jusqu’au dimanche 16 comme prévu.

😀 Samedi le 22 février : En visite chez une amie qui a nouvellement aménagée dans un nouveau logis. Ce fut super ! Très agréable journée.

😀 Le 28 février, comme vous le savez, c’est MON ANNIVERSAIRE.

100_9160 (2)

😥 Bien oui ! La journée s’ouvrit dès 6h 20 par l’alarme de feu. J’étais déjà debout, le lit fait mais en pyjama. J’enfile donc mon manteau, foulard et bottes et hop ! Je file vers la cage d’escalier. À ce moment, nous ne savions pas de quoi il s’agissait. Parfois, ce sont de fausses alarmes mais, une chose est sûre : Il n’y a pas de chance à prendre !

😀 Tout de même en descendant, on me souhaitait déjà bon anniversaire 😀

Visite des pompiers etc. … ils ont vite mis un stop. Il s’agissait d’une laveuse à linge défectueuse. Oui, fumée et vrai feu mais petit tout de même, pas de gros dégâts, parce qu’ils arrivent très vite : Mille bravos à eux !!!

😀 Même chose en remontant les escaliers : Bon Anniversaire. Une fois à la cafétéria, tout recommence. À la sortie aussi. Une rencontre en après-midi à cette occasion à mon secteur de travail. Je puis affirmer que ce fut une journée vraiment spéciale pour moi ! Un 78e anniversaire sans pareil !!!

😀 Je profite de ce billet pour vous remercier toutes et tous pour vos bons souhaits :

Par vos cartes postales, cartes virtuelles, créations, appels téléphoniques, fêtes familiales, Facebook, Messenger et WordPress …

Ce fut vraiment plaisir et joie pour moi.

MERCI et RECONNAISSANCE à toutes et tous !

Sincèrement et de tout .

Colette

 

Les défis de la plume d’Evy : La voix

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°233

Cette semaine :

« La voix »

Les mots :

Première, murmure, puissante, flots, sentir,

cause, début, gardé, flamme, courage.

~

Les défis de la Plume d'Evy_La voix

Un doux murmure, je sentis,

de l’intérieur, si petit.

Ce fut un début subit,

de cette première fois.

.

Quand, plus puissante  «Sa voix»

me causa tout un émoi.

Puis mon secret bien caché ;

Gardant ma flamme allumée,

Pleine de courage, suis entrée.

.

Dans cette vie appréciée.

Flots de joie, cette voie choisie !

De ce qui s’est accompli,

je ne puis que dire merci.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Les défis écriture de Ghislaine, N°96

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Elle nous propose 8 mots :

Assez, confondre, verdure, entendre,

vouloir, comme, pourquoi, parler.

Ou le thème « Rouge »

~

Rouge de colère, elle lance une litanie de mots ni doux, ni gracieux. À l’entendre, c’est assez évident ; elle est furieuse. Tel un hérisson, elle fonce tout droit vers le parc où comme à chaque dimanche, des flâneurs sont assis sur la verdure, à l’ombre des gros arbres, seuls ou en famille. À la voir, c’est à croire qu’elle en veut à tout l’monde. Et, pourtant !

Pourquoi parler si fort, madame ! Surtout, ne confondez pas ce lieu de calme et de repos avec un champ de bataille !

Subitement, changeant complètement de physionomie, elle se confond en excuses. À l’instant même, surgissent d’où on ne sait d’où, deux jeunes hommes portant chacun une grosse boîte contenant de belles roses rouges auxquelles est attaché ce petit mot gentil :

Pour votre don de la vie,

pour votre force et courage de chaque jour :

Merci

Bien entendu, l’on en distribue à chacune des mamans présentes sur le site.

~

Bonne semaine,

Colette

Merci !

merci

Oui, merci à toutes et tous,

pour vos bons voeux à l’occasion de mon anniversaire de naissance

et ce, malgré mon absence ;

que ce soit par courrier postal,

téléph0ne,

courrier électronique,

création,

rencontre fraternelle,

sur Facebook,

sur l’Annuaire des Nuls,

sur WordPress …

ce fut vraiment plaisir et joie pour moi :

MERCI et RECONNAISSANCE

à

chacune et chacun !

Colette

Mille mercis !

gaetan-chouinard-pj

La mort est un «accomplissement»

mais,  c’est aussi un «enlèvement»

c’est tout le mystère pascal qui en est invoqué.

En ce lendemain des funérailles de mon frère Gaétan,

je viens vous remercier de tout coeur

pour vos nombreux messages de sympathie.

Sincèrement,

Colette

Pantaléon

Pantaléon

Pantaléon,

Mon p’tit fanfaron,

T’as la volonté du lion.

Comme ton patron,

Tu n’es pas poltron.

Pourvu d’une grande détermination,

De tous, t’as la vénération.

Agréable avec les compagnons,

Et aussi à la maison.

Réchauffer les cœurs, t’as le don.

Avec toi se termine la saison,

De la cour de récréation.

C’est bien ainsi, de toute façon,

Puisque t’es gentil garçon.

Et à Madame JB, t’offres cette chanson :

♪  C’est un M, un E, un R,

C’est un C avec un I ;

Rassemblez toutes ces lettres,

Vous aurez le mot :

MERCI, MERCI, MERCI

Bon et bel été Madame JB !

Pour participer :

http://jill-bill.eklablog.com/liste-des-prenoms-du-mercredi-a113378960

Agréable mercredi !

Colette

2015 en révision /Merci

rapport 2015

https://colettedc.wordpress.com/2015/annual-report/

Merci beaucoup WordPress !

Merci beaucoup mes ami(e)s !

Colette

Thème de mai chez ABC

Thème de mai chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

http://jardin-des-mots.eklablog.com/nid-des-mots-a117184706

« Racontez votre rencontre avec une fée »

~

Cette année là, à différentes reprises, ma titulaire de classe, me souhaitait tout simplement de manquer mon certificat de fin d’année. C’était, tel un clou qui s’enfonçait de plus en plus profondément, au fil des jours. Un soir, entre chien et loup, assise sur le banc de la galerie, je me remémorais ma journée, me disant : Est-ce vraiment un mauvais sort, ou bien une idée en l’air, qu’elle me lance comme ça, parce que je ne lui reviens tout simplement pas ! J’en étais à la toute fin de mes études secondaires, et c’était là, dans le temps, que se décidait, ce en quoi nous nous lancerions, plus tard, dans la vie. J’essayais, tant bien que mal, de me chasser cette pensée de la tête, mais c’était plus fort que mon bon vouloir. Je le dis ouvertement, cela m’enlevait pas mal de pep. L’année passa ainsi, et la période d’examens arriva. Les premiers jours, tout allait comme il se doit, ce n’était certes pas toujours ce que je souhaitais, parce que continuellement hantée par ce fait. Toujours est-il, que lorsqu’arriva le test de la matière que je possédais sur le bout des doigts, un blanc presque total me fit sécher presque radicalement. Ce qui devait se produire d’enclencha. Cette matière, je devais la reprendre en suivant des cours d’été. Mon professeur en question, me dit, en me remettant mes notes : Moi, je ne serai pas par ici de l’été, je reviendrai seulement en fin d’août, pour le début des classes. Dans la vie, nous avançons toujours par étapes, les expériences se succèdent. Un pas nouveau s’offre à nous, et un évènement merveilleux se produit et donne le courage d’avancer. C’est à ce moment significatif, que je rencontrai ma première fée, que je nommerai ici, Lulu. Ah ! elle n’avait pas d’ailes, mais près d’elle, j’ai senti une grande paix m’envahir. Titulaire au même niveau que mon professeur, dans la paroisse voisine, elle s’offrit de me venir en aide. Le tout se passa dans une seule et unique rencontre ; mais quelle rencontre ! Elle me dit avoir pris connaissance de mes bulletins mensuels et que cela était impossible que je ne sache pas répondre adéquatement aux questions de cet examen. Retournez à la maison, et révisez  quotidiennement la matière, puis revenez à telle date, pour l’examen de reprise ; je suis certaine que ça ira. Elle ajouta : C’est moi qui en est la surveillante, alors, confiance et bonne chance ! Ainsi, ce fut fait. En fin d’août, je me rendis auprès de ma titulaire en question, qui en avait la bouche ouverte, car ma note était parfaite, et je me retrouvai en mesure de poursuivre ma route, comme si rien de cela ne s’était produit. Merci encore, Fée Lulu ! Je vous en serai éternellement reconnaissante !

~

Bonne fin de semaine

à

chacune et chacun !

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 753 autres abonnés