Pour ce jeudi 23 mai : à notre imagination

ICI

N°221

À la barre :

ZAZA

À votre imagination, qu’elle nous dit.

Alors, voici une chanson déjantée :

Bon jeudi,

Colette

 

Publicités

Le jeu de l’acrostiche chez Lenaïg : Fleur de cactus

cZGk7DsLIQZOxbqO9r85YegADZw

PAR ICI

~

N. B. : Pour cette semaine, ce sera un acrostiche simple.

~

... un beau dimanche après-midi de février ...

Fleurs jolies et si délicates,

Les rouges, les blanches, les roses,

Elles sont aussi de couleur pêche.

Une vraie beauté pour les yeux ;

Rien ne saurait les égaler !

.

D’une digne révérence,

Elles se penchent vers nous.

.

Cactus de Noël,

Ah ! Que je t’aime !

Cher à mon cœur,

Tu es si chaleureux.

Un décor d’intérieur,

Suspendu ou en pot ;

             tu es si beau !

cactus_noël

~

Bon mercredi,

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne, thème : Maman

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

~

MAMAN, thème proposé par Zaza

~

Je t’aime maman.

Recueil : Les poèmes, odes et épitres (1823)

.

Rappelle-toi l’instant où je vis la lumière :
Le besoin de t’aimer fut ma première loi.
À mon amour tu t’offris la première,
Et mes premiers regards ne cherchèrent que toi.
.
Combien de temps tu me vis, attendrie,
Me jouer sur ton sein, ma première patrie ;
Nourri par toi, sur tes genoux bercé,
Ton nom fut le premier que prononça ma bouche.
.
La nuit, le jour, dans ta paisible couche,
Je veillais, sommeillais en tes bras enlacé.
Ma première chanson a célébré ta fête,
Et pour toi seule alors j’étais poète ;
.
Mes vers dureront peu, mais ton nom, tes bienfaits,
Sont gravés dans mon cœur et vivront à jamais ;
Oui, le seul sentiment qui n’est point éphémère,
C’est l’amour que ressent et qu’inspire une mère ;
.
Immortel comme l’âme, un sentiment si beau
Ne peut s’éteindre, s’oublier et disparaître :
Je t’aimais follement bien avant que de naître ;
Je t’aimerai toujours, maman, dans le tombeau.

 

.
Xavier Boniface

~

Xavier Boniface dit Saintine, est le frère cadet du pédagogue Alexandre Boniface. Il est un poète français, écrivain, et dramaturge. Il est né à Paris en 1798 et décédé à Paris en 1865.

~

Bon mardi,

Colette

Pour ce lundi 20 mai : Petite histoire «zazatesque»

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°221

À la barre :

ZAZA

Elle nous dit : Je vous propose de concocter

une petite histoire « zazatesque »,

faites travailler vos méninges,

vous connaissez mon esprit déjanté !

Parfois, je me demande ce qui se passe en moi. J’essaye de ne pas trop me poser la question ! C’est si courant que je n’ose pas me l’expliquer clairement.

Exemple : Pas plus tard qu’hier, je sors mon sac à main de ma garde-robe, je le pose sur ma chaise et je l’ouvre. Préoccupée par ma lessive sur le point de finir son cycle j’y cours. Je suspends mes vêtements et hop, je descends au pas de course les trois escaliers menant à mon bureau.

Là, je m’aperçois que je n’ai pas pris mes notes dans mon sac à main. Mais, au fait, où est-il passé, celui-là ? Ah ! Oui, je me souviens, que j’me dis comme ça. Il faut bien que je me le dise car, je suis toute seule, à ce moment-là.

Je reprends donc mon chemin en sens inverse à la même vitesse. Arrivée à mon point de départ, je rencontre une copine. Où vas-tu de ce pas qu’elle me dit ! – Je vais à la rencontre de mon sac à main. Ça tombe bien ajoute-t-elle je viens d’en voir un sur le bras de l’escalier au sous-sol. – Au sous-sol !!!

Me voilà repartie en descendant ces trois étages plus les deux suivantes pour me rendre au lieu en question. Pas l’ombre d’un sac à main !!! Mais au fait, qu’est-ce que je serais allé faire au sous-sol !

Vous me suivez toujours !

Je remonte donc les cinq étages pour m’apercevoir que finalement, j’ai mon sac à main en bandoulière, toujours ouvert, sur l’épaule. Comment est-il arrivé là ? Peut-être bien qu’il m’a suivi à la buanderie ou peut-être que je l’ai repris à mon point de départ avant de croiser ma copine … mystère !

Bon, j’arrête mes sornettes, je vois bien que vous n’allez pas me croire ! Je ne vous en veux pas, parce que cela, je le sais si bien, n’a ni queue ni tête et n’a pas le moindre intérêt pour vous !

Une petite question avant de vous laisser : savez-vous où est mon sac à main présentement ? C’est tellement simple que je vais vous le dire : dans ma garde-robe. Plus que cela, je crois bien qu’il n’a pas bougé de là depuis le début de ce récit.

Bonne semaine,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy : Rêves d’enfant

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°213

Du 12/05/19 au 19/05/19

C’est « Rêves d’enfant »

… Curieux et innocent

… Devenir soi

… Déployer son imagninaire

~

Exceptionnellement, cette semaine,

je choisis le texte d’un auteur

~

Les rêves de mon enfance.

Recueil : Les poésies et sonnets (1869)

.

Amour, divine flamme,
Doux soutien du malheur ;
Toi qui donne à notre âme
L’ivresse et le bonheur,
Oh ! que ta voix chérie
Vienne charmer ma vie !
À toi seul je confie
Les secrets de mon cœur.

.

Rêves de mon enfance,
Songes toujours parés
D’amour et d’innocence,
Et de noms adorés :
Venez pleins d’espérance
Adoucir ma souffrance ;
À mon adolescence
Donnez des jours dorés.

.

Vous dont la souvenance
Rappelle d’heureux jours,
Amis de mon enfance,
Parlons, parlons toujours :
Des fêtes du village,
Des plaisirs du jeune âge,
De nos premiers amours !

.

Jean Lacou

~

Bon dimanche,

Colette

Thème de mai chez ABC : « En Creuse, vacances heureuses »

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

~

Image : musees.regioncentre.fr/les-musees/musee-de-la-vallee-de-la-creuse

~

En Creuse, vacances heureuses ;

Une ambiance chaleureuse.

Et, pas seulement qu’à la rivière ;

Ici et là, tout saura vous plaire.

Son patrimoine, ses sites enchanteurs,

Ses paysages, ses jardins en fleurs,

Châteaux et musées à découvrir,

Sites naturels ou parcs de loisirs.

Que ce soit la vallée des peintures,

Lieu de découverte je vous l’assure.

La cité tapisserie, parc au loup,

En effet de tout, de tout pour vous.

Une ambiance chaleureuse ;

En Creuse, vacances heureuses.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Chez Lenaïg, thème : La peinture

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

~

100_8508

Photo : Colettedc

~

Surréaliste

Peinture aux mille visages

Parfois abstraite

~

Poésie sans voix

Portée en solitude

Rêve de chacun(e)

~

Improvisation

D’une vie en mouvement

Vivante peinture

~

Miroir de beauté

Un passeur de la nature

Remplace les mots

~

Simple perfection

Un travail harmonieux

Accord des couleurs

~

Un plaisir goûté

Appréciation des gens

Efface le temps

~

Bon vendredi,

Colette

Pour ce jeudi 16 mai : La lettre Z à l’honneur

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°221

À la barre :

ZAZA

Elle nous dit : Pourquoi pas un poème personnel ou d’auteur, mettant à l’honneur la lettre Z.

Un jour, Anne-Marie devint Zaza.

Cela aurait pu être Zinia,

Zéline, Zonora ou bien Zahias !

Rien à dire, c’est celui qu’elle zouma.

.

Nez levé vers l’azur de son Île,

Tribu zieute et cohabite.

Farouk, Théo ; Pupuce l’agile ;

Dans cette zone, chacun a son gîte.

.

Allez, de jolies fleurs trouverez :

Rhododendrons, massif d’azalées,

Des roses, des zinnias espérés.

Tailler les haies, participerez !

N.B. : Je suis persuadée que Pupuce trouvera son comble à ton Île Zaza et bonne chance en juin pour la taille de tes haies d’elaeagnus ebbingei.

Bon jeudi,

Colette

Le jeu de l’acrostiche chez Lenaïg : Enluminure

cZGk7DsLIQZOxbqO9r85YegADZw

PAR ICI

~

En      une        jolie     miniatuE

Non  seulement   c’est mignoN

Lettre  ;    scène         du      cieL

Un       motif        bien      connU

Manuscrit          bel          albuM

Inscris   en    début   tout minI

Nouvelle  lettre à chaque coiN

Une        parure ;          un bijoU

Ravissant          à         regardeR

En  tout temps ;  à toute heurE

GRANDES HEURES Livre

Carte Education . fr  –  L’enluminure au Moyen âge

~

Bon mercredi,

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne, thème : Rivière, l’eau

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

RIVIÈRE, L’EAU, thème proposé par Monica Breiz

~

Titre : La petite rivière

Poète : Albert Mérat (1840-1909)

Recueil : Le Parnasse contemporain, III (1876).

.

La petite rivière, bleue
Si peu que le ciel ait d’azur,
D’ici fait encore une lieue,
Puis verse au fleuve son flot pur.
.
Plus grande, elle serait moins douce,
Elle n’aurait pas la lenteur
Qui dans les herbes mène et pousse
Son cours délicat et chanteur.
.
Elle n’aurait pas de prairies
Plus vertes si près de la main,
Non plus que ces berges fleuries
Où marque à peine le chemin.
.
Ni le silence si paisible,
Ni parmi les plantes des eaux
L’étroit chenal presque invisible
Entre les joncs et les roseaux.
.
Et le moulin qui sort des branches
N’aurait pas à bruire ailleurs
Plus d’eau dans ses palettes blanches,
Ni plus de mousses et de fleurs.
.
La petite rivière est gaie
Ou mélancolique, suivant
Qu’un oiseau chante dans la haie
Ou qu’il pleut et qu’il fait du vent.
.
Selon l’heure, joyeuse ou triste,
Couleur du soir ou du matin,
Comme une charmeuse elle insiste,
Lorsque l’œil la perd au lointain,
.
Derrière le saule incolore
Ou le vert des grands peupliers,
A montrer une fois encore
Ses caprices inoubliés.

.

Albert Mérat.

.

Albert Mérat est un poète français, né à Troyes le 23 mars 1840 et décédé à Paris le 16 janvier 1909.

~

Bon mardi,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 581 autres abonnés