L’Atelier de Ghislaine, N°143

ChynIyrKrNmcEVJPJO_32ibofaI

GHISLAINE

Avec les mots :

Armure, ancien, accoutrement, costume,

temps, jeu, paraître, long.

Ou

Un texte avec au moins 5 mots commençant par P.

~

Là, mon cher !

.

Sans force et sans armure, cet ancien PROFESSEUR du temps jadis, ne se PLIE pas au jeu du paraître.

Dans son vieux costume élimé, changé au soleil, vêtement long et sans éclat, il arpente les rues de son accoutrement peu PRÉSENTABLE, selon ses vénérables collègues.

PAUVRE Charlot, PENSES-tu PASSER inaperçu, ainsi habillé, et te faire oublier de tous ?

« Des goûts et des couleurs, il ne faut pas discuter :

Chacun est libre d’avoir ses préférences » d’accord, mais là, mon cher, tu exagères !

~

Bon mardi,

Colette

Hé, le chat

Chez Mil et une

Sujet 07/2021 – du 13 au 20/02/2021

Le mot à insérer facultativement est : CANARI

clic

image_0555900_20210211_ob_d1ec24_sujet-07-2021whitehousepets-valentine

Image Paul Morse – clic et clic 

Hé, le chat

💗💗💗

Hé, le chat,

C’est la St-Valentin !

Un p’tit bécot par-ci,

Un p’tit bécot par-là,

Un p’tit bécot tout chaud,

De ces deux gros museaux.

💗💗💗

Hé, le chat,

C’est la St-Valentin !

Un p’tit bécot par-ci,

Un p’tit bécot par-là,

L’amour, c’est si beau,

De ces deux gros museaux.

💗💗💗

Hé, le chat,

P’tit CANARI en cage,

Pour toi, cet avantage ;

Ne fais pas le sauvage !

C’est la St-Valentin,

Mon doux petit malin !

💗💗💗

Bon dimanche de la St-Valentin,

Colette

Thème de février chez ABC : «La cage est vide, l’oiseau s’est envolé !!!»

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

100_8965 (3)

Photo : Colettedc

🦅

Mon bel oiseau

.

Vide est la cage ;

l’oiseau a déployé ses ailes,

 l’oiseau n’est plus sous tutelle.

Vide est la cage ;

 l’oiseau est parti sans bruit,

l’oiseau a fui au bocage.

Vide est la cage ;

mon bel oiseau s’est envolé,

pour chanter à bec déployé.

Vide est la cage ;

l’oiseau a choisi la liberté,

un jour, j’irai le retrouver.

🦅

Bonne fin de semaine,

Colette

Atelier d’écriture d’Evy, N°303

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Cette semaine du 07/02/21 au 14/02/21

Thème :

Les mains

Les mots :

Rien, geste, déposer, émouvoir, secret,

bout, créer, détruire, unique, traverser.

~

Mes mains, tes mains, nos mains

.

Les mains sont uniques, elles traversent le cri profond du cœur et peuvent émouvoir par tout geste ; si petit qu’il soit.

Elles guident dans la transmission d’un secret. Qui, un jour, n’a pas posé sa main près de sa bouche pour ce faire, de manière à ne pas être entendu de l’entourage !

Rien n’est plus précieux que nos mains et ce, jusqu’au bout de nos doigts. Tant de tâches elles accomplissent ! Elles construisent, tout comme autant, malheureusement, elles peuvent détruire, hélas !

Avec elles, que d’objets, nous pouvons saisir et déposer pour aider les autres. Avec elles, nous pouvons aussi créer la beauté, tel l’artiste dans la manipulation du pinceau.

De la main, nous pouvons inviter et bénir. Nous pouvons serrer la main du mourant pour l’aider à partir.

Nous pouvons aussi joindre les mains pour prier et s’unir à la peine de notre monde en détresse.

En ce jour, mes ami(e)s, ayons le cœur sur la main !

~

Bon week-end,

Colette

Chez Lenaïg, thème : Gants et moufles

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

De jolis flocons

La brillance des cristaux

Mes gants étoilés

❄❄❄

De chaudes moufles

Foulard bonnet de laine

Dans le froid d’hiver

❄❄❄

Bottes et gants chauds

Sur  la  neige  qui  crisse

L’hiver au Québec

❄❄❄

Tes deux mains gelées

Là souffle dans tes moufles

Pour les réchauffer

❄❄❄

Bon vendredi,

Colette

Pour ce jeudi 11 février, enfance

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

FANFAN

L’enfance

Gérard de Nerval

.

Qu’ils étaient doux ces jours de mon enfance
Où toujours gai, sans soucis, sans chagrin,
je coulai ma douce existence,
Sans songer au lendemain.
Que me servait que tant de connaissances
A mon esprit vinssent donner l’essor,
On n’a pas besoin des sciences,
Lorsque l’on vit dans l’âge d’or !
Mon cœur encore tendre et novice,
Ne connaissait pas la noirceur,
De la vie en cueillant les fleurs,
Je n’en sentais pas les épines,
Et mes caresses enfantines
Étaient pures et sans aigreurs.
Croyais-je, exempt de toute peine
Que, dans notre vaste univers,
Tous les maux sortis des enfers,
Avaient établi leur domaine ?

.

Nous sommes loin de l’heureux temps
Règne de Saturne et de Rhée,
Où les vertus, les fléaux des méchants,
Sur la terre étaient adorées,
Car dans ces heureuses contrées
Les hommes étaient des enfants.

.

Gérard de Nerval, Poésies de jeunesse

N.B. : Il y a justement 59 ans, un dix février, je quittais ces doux jours de mon enfance

où je vivais ma douce existence, afin de rejoindre ma communauté. Le ciel était gris et

la brume était à fendre au couteau. J’étais accompagnée de mon père, de ma mère et

aussi de mon frère, qui lui, n’avait que seize ans. Quant à moi, il me manquait 18 jours

pour mes vingt ans. Je ne l’ai jamais regretté, et j’y vis heureuse dans cette voie.

Mes réoinses à sauriez-vous dire ...

Photo : Colettedc

10 février 1962

Bon jeudi

à toutes et tous,

Colette

Rodolphe

Q3rTW6MLlDPyUonamlXC4budKHI@250x167

ICI

Rêve d’une école parfaite,

où tous s’entendent,

en classe et en cour de récré.

.

Quel idéal, cher Rodolphe,

tu seras un grand homme.

.

Ne calcule pas son temps,

aime, partage, donne ;

en invente les raisons.

.

Quelle générosité, cher Rodolphe

toi, petit marchand de bonheur.

.

Messager en herbe,

de données fort intéressantes,

si imprévisibles, parfois.

.

Quel petit loup adorable,

 pour tous tes copains.

.

Le prénom Rodolphe est d’origine germanique.

Il est un dérivé du prénom Hrodwolf

Hrod

pour

«gloire»

et

Wolf

pour

«loup»

Source internet

.

Bon mercredi,

Colette

Pour ce lundi 8 février : Bon et gai souvenir

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°245

FANFAN

Elle nous dit :

À partir d’une photo ou d’un objet,

d’une odeur ou d’un lieu,

racontez en quelques lignes,

un souvenir bon, gai ou triste

ou

une anecdote de votre enfance …

Bon et gai souvenir

.

C’était à l’Expo Québec, au mois d’août 1956. Je m’en souviens comme si c’était hier. Pourtant, il y a tout de même 64 ans de cela et bientôt 65 ans, à l’été qui vient.

Tout souvenir vécu à fond, il va sans dire, reste à jamais gravé bien solidement dans notre mémoire.

Toujours est-il que par ce beau dimanche, nous voilà en route pour une centaine de kilomètres à parcourir. Tenez-vous bien, mon oncle, ma tante, ma mère et mon père dans la cabine du camion, et nous, les dix enfants des deux familles réunis, tous dans la boîte arrière de ce même véhicule, comme cela, en plein air ; les plus vieux tenant les plus jeunes pour ne pas qu’ils tombent. Inimaginable, de nos jours, de voyager ainsi sur nos routes et pour cause bien entendu.

Ce retour en arrière, serrés l’un contre l’autre, serait vraiment une superbe photo, qui n’a malheureusement jamais été prise, hélas ! Si elle existait, je vous l’aurais partagée, et ce, de bon cœur.

En arrivant à Québec, dans la paroisse St-Esprit, de la demeure de la sœur de ma tante, nous traversons la rue en direction de l’église, dans le but d’assister à la messe dominicale, suivie du repas, avant de nous rendre sur le terrain de l’exposition.

De cette visite, je conserve toujours actuellement un petit morceau de tissu sur lequel est brodé mon prénom, d’une machine à coudre « Singer » en démonstration, en vue de nous faire voir le progrès du produit à ce jour.

Je goûte, encore pleinement aussi, le retour à la maison dans les mêmes conditions qu’à l’aller. Pas besoin de vous dire, que l’on n’a pas eu à nous bercer pour nous endormir, ce soir-là, avec tout cet air que nous avions respiré à pleins poumons.

Je signe mon texte, avec cette broderie ci-haut mentionnée, qui d’abord fut posée sur mes jeans, ensuite sur mon sac à dos et qui trône maintenant sur mon bas de Noël :

Si elle existait ; je l'aurais !

Liens

Chez Mil et une

Sujet 05/2021 – du 30/01 au 06/02

Le mot à insérer facultativement est :

CONTEMPLATION

clic

image_0555900_20210129_ob_79c855_mrzyk-moriceau-1000-dessins0381

Mrzyk & Moriceau – clic – clic  et clic 

Liens

.

De grands intérêts

Des liens d’amour d’amitié

Proches dans le temps

.

Un très bon accueil

Un débordement de doigts

Un lien fort d’union

.

Ces mains en papier

Un petit panier tressé

En CONTEMPLATION

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Pour ce jeudi 4 février, souvenirs

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°245

À la barre :

FANFAN

TE SOUVIENS-TU DE CE MATIN D’HIVER

PAR ALBERT MÉRAT

.

Te souviens-tu de ce matin d’hiver,
De la dernière et chère promenade ?
Il faisait beau, le soleil était clair :
C’était un temps d’heureux ou de malade.

.

C’était aussi notre pays charmant,
Le fleuve lent et sa rive un peu plate ;
Et les coteaux qui dressent finement
Au bord du ciel leur forme délicate ;

.

Et je pensais : les pentes de velours
Verront encore la belle promeneuse.
Aux mois si doux où l’été fait les jours
Longs et pareils à l’âme lumineuse.

 

Extrait de : 

 L’Adieu (1873)

Bon jeudi,

Colette

 

Previous Older Entries Next Newer Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 777 autres abonnés