L’Atelier de Ghislaine, N°159

ChynIyrKrNmcEVJPJO_32ibofaI

GHISLAINE

Les mots :

Silence, ruban, chemisier, gamine,

jouer, savoir, pouvoir, miner.

~

Thème à notre choix, mais inclure

la phrase « Tu sais ce que … »

~

Ressenti sur cette image.

TEroNZM8mnnHkqLX1KhPiHkg3r0@500x334

Tout est bleu

.

Sur le chemin du bocage, c’est pur silence ; tout est calme.

Bientôt, passera le gamine, rubans bleus aux cheveux et chemisier du même ton, celui de ses yeux. Elle est toute candeur.

Tu sais ce que c’est à cet âge ; ce ne sont pas les gros soucis qui minent nos jours.

Cependant, par ce petit raccourci, elle peut éviter le gros chien du boucher dont elle a une peur bleue.

Oui, je le sais, tout est bleu comme son regard, mais, sans jouer avec ce mot, l’enfant ne possède-t-il pas les plus beaux yeux du monde !

~

Bonne semaine,

Colette

Liste 11

hPupEbdGIjz_1mu5zO1JFcZoTDo@500x207

Marie-Lise et ses amies

Calamitié, poisson rouge, mémorial, horaire, espacement,

cuisine, astronomie, parangon, grommeler.

~

Demain sera un autre jour

.

Pas de veine pour Hector aujourd’hui. Levé tôt, pour attaquer de front sa journée, le voilà qui s’enfarge dans son pied de lit. Enfile ses vêtements, le talon de sa chaussette droite présente un gros trou. Arrive dans la cuisine, le bocal est vide. Son poisson rouge est sauté, Dieu sait où, impossible de mettre la main dessus.

À la vue de son livre d’astronomie, posé sur son siège côté passager, il se surprend à grommeler : suis-je vraiment né sous une bonne étoile ? Avec l’horaire que j’ai, en ce jour, pas le temps de m’apitoyer sur mon sort. Il stationne sa voiture dans l’espacement restant.

Descend la côte de la Potasse, tourne le coin, échappe sa clef de bureau dans la bouche d’égout. À l’heure du repas, sort sa portion de macaroni en coudes … calamité, il a oublié d’ajouter son fromage.

J’ai beau être un parangon de vertu, là, j’ai mon voyage ! Il y a vraiment de quoi à en faire un mémorial.

Ne t’en fais pas, Hector, demain sera un autre jour.

~

Bon week-end,

Colette

Atelier d’écriture d’Evy, N°325

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Du 18/07/21 au 25/07/21

Thème :

Impulsion

Les mots :

Œuvre, abondance, rendre, resplendir, frissonner,

graphique, porter, ravir, parfums, tendresse.

~

Redressons-nous

.

L’œuvre de la création resplendit sous nos yeux. Elle est toute tendresse pour nous, elle porte tous les parfums saisonniers qui nous font tant frissonner de bonheur.

D’elle, nous recevons tout en abondance ; tout pour nous ravir et rendre grâce à son auteur.

Cependant, j’ai nettement l’impulsion que nous faisons passablement en sorte que le graphique de la courbe de l’engourdissement l’emporte, hélas.

Redressons-nous, peut-être est-il encore temps !

~

Bon jeudi

à

toutes et tous,

Colette

Un Barbon un Bourricot

Mil et une

ICI

Sujet 22/2021 – Quinzaine « jeu de l’été » – du 10 au 24/07

image_0555900_20210709_ob_6bf691_sujet-22-2021

Réécriture de la fable de JEAN DE LA FONTAINE « Le Vieillard et l’Âne »

avec la contrainte du lipogramme, c’est-à-dire en supprimant la lettre « e »

~

Un Barbon un Bourricot

.

Un Barbon sur son Bourricot vit là passant

Un champ garni au gazon alors florissant.

Il y lâcha l’animal, alors grison s’y rua

Au ras du gazon fin,

S’y vautrant, grattant, puis frottant,

Gambadant, chantant puis broutant,

Puis faisant moult fi pour tous.

L’opposant arriva là alors :

Fuyons, dit alors Barbon.

– Pourquoi ? riposta mauvais paillard.

Mais faudra pour moi pair bât, pair poids ?

– Non pas, dit Barbon, qui prit d’abord champ.

– À quoi bon donc dit Bourricot, qui soit mon boss ?

– Part, pour moi alors la Paix :

– Son opposant, d’abord son boss :

– Moi vous dit ça dans bon François.

~

Pour ce « jeu de l’été »,

 bon dimanche,

Colette

Atelier d’écriture d’Evy, N°324

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Du 11/07/21 au 18/07/21

Thème :

Vestige

Les mots :

Poser, relier, subtil, livre, délirer,

pousser, inventer, déployer, imbibe, aléas.

~

Au plus profond de l’âme

.

Les souvenirs de notre enfance sont des vestiges qui resteront à jamais gravés en nous, tels des marques indélébiles qui ne pourront s’effacer. De simples objets de notre passé, posés ici et là, un livre, une photo ; un mot tant soit peu subtil, dépendamment de nos aléas de la vie, nous imbibent d’émotion qui déploie des troubles passagers, jusqu’à nous faire délirer et nous plonger dans une nostalgie des plus profondes. Nous n’avons pourtant rien inventé, mais tout cela nous pousse à relier certains évènements, agréables ou malheureux, nous touchant au plus profond de l’âme.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

L’Atelier de Ghislaine, N°158

ChynIyrKrNmcEVJPJO_32ibofaI

GHISLAINE

 Les mots :

Nuit, verdure, langue, colère,

contempler, couper, sourire, monter.

Le thème :  Crise

Ressenti sur cette image

~

Y25jZ9hK54res2CMicjP92lHquo@500x375

Quand vient la fin du jour

.

Quand disparaît toute verdure, que s’installe le soir, et la fin du jour, que sous son poids, nous ne pouvons plus rien ; suivent les heures de la nuit où tombent presque dans l’oubli bien des soucis.

Toute cette colère à n’en couper le souffle proche de la crise de nerfs, de ces discours de langues mal pendues s’efface soudain lorsque données à contempler, de jolies étoiles dorées auréolent la voûte céleste.

Lorsque dame lune parcourt son royaume à la rencontre de l’aurore, tout bruit cesse d’exister et monte en nous le sourire d’un autre jour que l’on espère au goût d’éternité.

~

Bon jeudi,

Colette

Liste 10

hPupEbdGIjz_1mu5zO1JFcZoTDo@500x207

Marie-Lise et ses amies

Évaluation, amortir, débarquement, intégration, nombreuses,

fantômes, saveurs, émouvant, contraint, inestimable.

.

Thème proposé mais non obligatoire :

Un voyage mouvementé

~

À bord du train

.

Il y a de nombreuses années de cela, parties en voyage contraint à bord du train, en début de soirée, en plein hiver, lorsqu’au cours de la nuit, un bruit sinistre se fit entendre en plusieurs secousses qui peu à peu s’amortirent.

La nuit, à la grande noirceur, c’est toujours plus émouvant. Seules, de petites lumières jaunes de spots dansent tels des fantômes à nos fenêtres. Nous en concluons que c’est une tentative d’évaluation de près des dégâts, s’il y en a. Cela exige de notre part, une intégration la plus positive possible à la situation.

Toujours est-il, qu’on rentre nous dire que notre wagon est bel et bien détaché des autres wagons, et que nous n’avons pas à nous inquiéter, que tout est sous contrôle, que le train qui suit est arrêté, que tout va bien se passer mais que nous devons mettre au moins dix heures d’attente avant de repartir.

Le jour levé, c’est toujours assis sur nos sièges que nous devons demeurer. Cependant, nous avons droit à de bons repas aux saveurs appropriées en de telles situations, Quoi faire, à part se raconter des histoires. Je vous en fait grâce ici, cependant.

Point n’est besoin de vous dire que de ce voyage mouvementé, le débarquement à la gare, fut une joie inestimable ressentie par toutes, de mettre pieds au sol, et de se dégourdir les jambes.

Qui ne pourrait ne pas s’en souvenir !

~

Bonne semaine

à

toutes et tous,

Colette

La poule et la souris

Mil et une

ICI

Sujet 22/2021 –  Quinzaine « jeu de l’été » – du 10 au 24/07

image_0555900_20210709_ob_6bf691_sujet-22-2021

Pour ce premier jeu de l’été nous vous invitons à nous proposer des textes ayant trait, de près ou de manière détournée, à l’univers des contes et des fables.

Nouvel écrit ou texte personnel plus ancien qui vous tient à cœur, ancré dans la modernité ou dans le passé, tous les textes sont les bienvenus pour célébrer à notre façon le quatre centième anniversaire de

Jean de la Fontaine.

Participation illimitée !

~

La poule et la souris

.

Petite souris grise eut la hardiesse de prendre un tout petit grain tombé de sous le nid de la vieille poule rousse, qui de sa suffisance, y alla de son bruyant cot ! cot ! cot ! qui mit tout le poulailler en alerte. Les autres volailles, en effervescence, battirent des ailes, reprenant en chœur la même ritournelle, de ce bavardage inutile. Pendant ce branle-bas de combat, la courageuse Grisette, par son discret passage, profita à plein bord du plaisir d’avaler moult grains, jetés sur le pavé. Audacieusement de son i … i … i … salua respectueusement la Rougette et toute la compagnie, en partance de ce lieu. Plus du tout volubile, la vieille poule rousse regagna son perchoir suivi de près de ses congénères aphones.

~

Pour ce « jeu de l’été »,

Colette

Atelier d’écriture d’Evy, N°323

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Du 04/07/21 au 11/07/21

Thème :

Juste endormie

Les mots :

Ronger, ombre, obscurité, compter, effacer,

moment, fond, errer, profond, franchir.

~

La tombée du mur

.

Touchée au plus profond de son être, elle erre sans but, rongée d’inquiétude. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. C’est l’obscurité totale au fond de son cœur, depuis qu’il l’a effacée de sa vie.

Juste endormie, dans un court moment de lucidité ; la voilà qui rebondit ! Comme je ne puis compter que sur moi-même, non, je ne sombrerai pas dans le désespoir. Cet obstacle, je vais le franchir ; ce mur, il tombera.

~

Bon vendredi,

Colette

Au théâtre il entra

Mil et une

ICI

Le mot à insérer facultativement :

OPÉRA

image_0555900_20210703_ob_55e98b_sujet-21-2021vol-montgolfiere-oiseaux

source image : clic

~

Au théâtre il entra

.

Tout comme le petit rat de l’OPÉRA,

trottinant, le tout petit Gabriel,

à petits pas, au théâtre, il entra.

Oh ! Que c’est haut, l’on dirait un gratte-ciel !

Mais lorsqu’au guichet il se présenta,

qu’on n’le voit, le mit bien dans l’embarras.

Voilà, voilà, le sommeil le gagna ;

à Saint-Flour, son rêve le téléporta.

Dans une montgolfière se retrouva,

entouré de bernaches, de grues et d’oies.

N’cessait de dire : Ah ! C’que la vie est belle !

Un coup d’vent le ramena au réel.

Qu’fais-tu ici, dit maman Anaëlle ?

Ne m’gronde pas, maman, j’étais au ciel !

~

Bon jeudi,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 806 autres abonnés