Pour ce jeudi 2 avril : Un poème où se trouve le mot noir

ICI

Défi N°234

À la barre :

DURGALOLA

Entre tous mes tourments entre la mort et moi

Entre mon désespoir et la raison de vivre

Il y a l’injustice et ce malheur des hommes

Que je ne peux admettre il y a ma colère

.

Il y a les maquis couleur de sang d’Espagne

Il y a les maquis couleur du ciel de Grèce

Le pain le sang le ciel et le droit à l’espoir

Pour tous les innocents qui haïssent le mal

.

La lumière toujours est tout près de s’éteindre

La vie toujours s’apprête à devenir fumier

Mais le printemps renaît qui n’en a pas fini

Un bourgeon sort du noir et la chaleur s’installe

.

Et la chaleur aura raison des égoïstes

Leurs sens atrophiés n’y résisteront pas

J’entends le feu parler en riant de tiédeur

J’entends un homme dire qu’il n’a pas souffert

.

Toi qui fus de ma chair la conscience sensible

Toi que j’aime à jamais toi qui m’as inventé

Tu ne supportais pas l’oppression ni l’injure

Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre

.

Tu rêvais d’être libre et je te continue.

.

Dit de la force de l’amour

Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Bon jeudi,

Colette

Pour ce lundi 30 mars : Ville que je souhaiterais connaître

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

Défi N°234

À la barre :

DURGALOLA

Elle nous dit :

Avec le coronavirus, nous sommes contraints à limiter nos déplacements.

J’en connais qui devaient découvrir Milan, d’autres New York et d’autres peut-être Vesoul, alors je vous propose d’écrire une courte histoire (30 lignes au maximum) sur une ville, une région, une montagne, tout simplement un endroit que vous connaissez ou que vous souhaiteriez connaître.

Seule contrainte, vous mentionnez le nom d’un poète ou une poétesse dans votre texte.

~

Lorsque j’ai fait mon voyage en France, la première question que j’ai voulu savoir a été la distance et la direction où se trouvait la ville de Rome, en rapport du lieu où je me situais. Alors, c’est là que je vous conduis et, particulièrement sur le parvis de la basilique Saint-Pierre en temps de tempête qu’est cette pandémie du coronavirus.

C’est Théophile Gautier qui nous dit dans sa poésie : Pendant la tempête que,

« La barque est petite et la mer immense »

« Le ciel nous renvoie au flot en démence »

« De nous à la tombe, il n’est qu’une planche »

 « Peut-être ce soir, dans un lit amer »

 « Sous un froid linceul fait d’écume blanche, »

 « Irons-nous dormir, veillés par l’éclair » !

Oui, nous sommes bien petit(e)s, dans notre coin de pays, en effet, face à cette pandémie qui se répand sur toute la planète.

Nous en sommes à la croisée des chemins nous dit le pape François. C’est le temps comme jamais de réorienter notre route vers l’auteur de la vie et vers les autres.

Donc, c’est un important « temps de choix » Prier et servir discrètement ; à aller vers Lui et à s’y fier. C’est aussi le temps d’écouter le cri de notre planète. Nous avons attendu d’être sur une mer en furie avant d’agir. L’invitation nous est lancé de « saisir ce temps d’épreuve comme un temps de choix ».

Sous ce toit des ténèbres, « nous nous retrouvons apeurés et perdus ». Oui, cette tempête furieuse et inattendue nous a tous pris au dépourvu.

« Fragiles et désorienté», chacune et chacun dans notre petite barque, ramons ENSEMBLE dans le même sens.

Face à la tempête, nous sommes toutes et tous vulnérables. Retrouvons la Vie qui nous attend. N’éteignons pas la flamme qui faiblit ; laissons-la rallumer l’espérance qui fait vivre.

Point n’est besoin de vous dire que j’aurais bien aimé être là, présente sous l’auvent de la Place Saint-Pierre déserte mais, plus précisément au bout de la Via della Conciliazione, Place, Pie Xll, où quelques personnes étaient venues à ce « moment de prière extraordinaire en temps de pandémie » et de profiter sur place de la bénédiction Urbi et Orbi.

Voici ma courte histoire de la ville de Rome, que je souhaiterais connaître.

Bonne semaine,

Colette

Détesté / Aimé

deteste-aime_maski-grustno-veselo-1

PAR ICI

Chaque dernier samedi du mois (donc ce 28 mars), Renée nous demande de lui parler un peu d’un évènement ou moment que nous avons détesté et aussi de lui parler de ce que nous avons particulièrement aimé.

~

😥 Détesté l’arrivée de ce fameux coronavirus COVID-19 !

Le 1er mars, on nous informait de 4 nouveaux cas confirmés, ce dimanche, en Ontario, la plupart dans la région de Toronto. Bon, le Canada est grand, c’était loin de nous encore …

Le 3 mars, nous apprenions que de plus en plus de Montréalais portaient des masques dans les autobus et dans le métro. Pas mal plus proche, alors l’inquiétude monte d’un cran et pour cause.

Le 27 mars, la COVID-19 a tué 18 québécois jusqu’à maintenant. 141 personnes sont hospitalisées dans les établissements de soins au Québec. 50 se trouvent aux soins intensifs. 35 hospitalisations de plus que la veille et demain, ce sera encore davantage pour jusqu’à quand !!! … Il y a près de 1000 personnes infectées à la COVID-19 à Montréal et, au total 2021 au Québec.

Le Canada compte 4043 cas de COVID-19 et 39 décès liés à la maladie. François Legault admet que la semaine de relâche scolaire est arrivée «au plus mauvais moment», ce qui explique en partie le nombre élevé de cas de COVID-19 dans la province.

Il a par ailleurs annoncé que 12 000 nouveaux bénévoles ont été mis en contact avec des organismes communautaires au Québec depuis jeudi. Le Québec reste la province la plus affectée avec 2021 personnes atteintes et 18 décès, selon le plus récent bilan annoncé vendredi par le premier ministre François Legault. En 24 heures, on est passé de 35 décès à l’échelle du pays à 53 vendredi.

😀 Le 8 mars, j’ai fait les prières universelles à la messe télévisée de Radio-Canada.

😀 Le 17 mars, je vous le dis, la chance est pour la canaille : j’ai eu le temps d’avoir ma coupe de cheveux à la veille de notre confinement !!! Youpi mais, comme je l’écrivais en commentaire à Marie des Vignes, si cela se prolonge longtemps, tout comme elle, je reviendrai à la queue de cheval. D’ailleurs, nous l’avons portée en même temps, dans le temps.

😀 Le 21 mars, en cette journée mondiale de la trisomie 21, j’ai porté avec fierté mes chaussettes dépareillées.

100_9192

😀 Ce vendredi à 13 heures par le truchement des ondes, le Pape était dans nos murs.

9b3bda60-705a-11ea-9f34-d9ef8032bba1_ORIGINAL

Photo TVA Nouvelles : Agence France-Presse|Publié le 27 mars 2020 à 14 : 53

C’est une première historique: seul sur le parvis désert de la basilique Saint-Pierre, le pape François a présidé vendredi une prière face à « la tempête » de la pandémie, exhortant le monde « apeuré et perdu » à revoir ses priorités et à renouer avec la foi.

😀 Pour terminer, voici cette beauté intérieure sur mon étage de bureau :

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Pour ce jeudi 26 mars : Le courage

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

Défi N°234

À la barre :

DURGALOLA

LE COURAGE EST DE VAINCRE SA PEUR

PAR JEAN-MICHEL BOLLET

.

La porte est fermée à l’indigne lâcheté
Chagrinée de devoir tuer l’ennemie veule
Au trophée avoué d’avoir même acheté
Une gorge nouée désolée d’être seule.

.

La témérité veut ne pas laisser sa peur
Envahir son cœur et s’installer dans son âme
Mais veut lutter avec la hargne du sapeur
Jusqu’à la déloger pour éviter le drame

.

Une fois exfiltrée, elle aura bien du mal
A oser pénétrer dans une forteresse
Aux entrées contrôlées par un soin maximal
Afin que chaque ami-mal s’en désintéresse.

.

Le courage affronte la peur en la fixant
Droit dans ses yeux craintifs qui baissent leurs paupières
Et s’en vont malheureux mais jamais en risquant
D’être énucléés par une lance ou des pierres.

.

La peur, ancêtre des malheurs, d’anciennes mœurs,
Aime être combattue comme un être sadique
Éprouvant du plaisir et hurlant « ah je meurs
D’être torturée par une arme fatidique. »

.

Le courage n’est qu’un petit pas à franchir,
Un éclair fulgurant réduisant en poussière
Le visage apeuré commençant à blanchir
Qui s’inscrit ainsi dans une image grossière.

.

Le vrai courage est de vaincre sa peur dit Char
Et par la volonté de toiser la narine
Du nez d’acier glacé dardant d’un maudit char
Qui sidérée devant un révolté marine.

.

L’auras-tu dit, brave poète René Char
Avec la fougue qui sied à une âme vive :
Il n’est pas de salut au vassal pleurnichard
Qui a peur de sa peur et qui veut qu’elle vive.

.

Bon jeudi,

Colette

 

Imagecitation 49, N°2

Imagecitation

C’EST ICI

Partir d’une citation proposée,

trouver une photo

accompagnée ou non d’un texte.

Alors, voici ma participation

avec ces photos :

100_3966 (2)

Photo prise sur la Promenade Samuel-De Champlain

avec vue sur le Pont de Québec.

~

« Les nuages sont comme les pensées, les rêveries,

les cauchemars du ciel »

Jules Renard

~

100_3126

Photo prise de ma paroisse natale

à l’orée du bois,

du banc où aimait se retirer mon frère

(décédé à l’automne 2016).

~

« La solitude est une tempête de silence

qui arrache toutes nos branches mortes »

Khalil Gibran

~

Bonne poursuite de ce mardi,

Colette

 

Pour ce jeudi 19 mars : Choix libre

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

MARIE CHEVALIER

RÊVE

PAR CHARLES CROS

.

Oh ! la fleur de lys !
La noble fleur blanche,
La fleur qui se penche
Sur nos fronts pâlis !

.

Son parfum suave
Plus doux que le miel
Raconte le ciel,
Console l’esclave.

.

Son luxe éclatant
Dans la saison douce
Pousse, pousse, pousse.
Qui nous orne autant ?

.

La rose est coquette ;
Le glaïeul sanglant
Mais le lys est blanc
Pour la grande fête.

.

Oh ! le temps des rois,
Des grands capitaines,
Des phrases hautaines
Aux étrangers froids !

.

Le printemps s’apprête ;
Les lys vont fleurir.
Oh ! ne pas mourir
Avant cette fête.

.

Extrait de: 

 Le collier de griffes (posthume, 1908)

Bon jeudi,

Colette

Pour ce lundi 16 mars : Rêve inachevé

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

MARIE CHEVALIER

Elle nous dit :

Il nous est arrivé sans doute à toutes et tous d’être plongés dans un doux rêve et de nous réveiller en sursaut.

Comme nous aurions aimé poursuivre ce rêve inachevé !

Décrivez-nous ce que vous ressentez et surtout parlez-nous de ce rêve dans un petit texte court.

C’est un chaud après-midi d’été, je ne m’ennuie pas du tout car, tant de choses à faire. L’idée me vient de faire disparaître de mes fenêtres de chambre ces tâches d’eau sèches laissées par la dernière pluie. Un genou que le rebord de la fenêtre et un pied sur l’escabeau (je souris, oui, me rappelant ma chute de l’automne dernier), j’admire nos gros arbres. De là, je ne vois aucunement la ligne d’horizon. Je me sens si paisible devant ce magnifique paysage quand, tout à coup, mon regard plonge vers le bosquet tout en bas où se dissimule tant bien que mal ce bizarre d’inconnu, un écureuil sur la tête et un autre sur l’épaule. S’ils peuvent lui mordre les oreilles, que j’me dis ! Son accoutrement sort tellement de l’ordinaire qu’on se croirait un jour l’Halloween (ce qui me replonge davantage dans ma chute d’escabeau de ce lendemain de déguisement). Halte-là, toi … et sans plus réfléchir, je lui verse mon seau d’eau tout droit sur la tête. Puis, je ferme tranquillement la fenêtre d’où je suis et, je retourne calmement à mon bureau. S’il sonne pour se plaindre, personne ne pourra imaginer que ce puisse être moi la coupable … à ce moment précis, mon cadran me signale que c’est bien le moment de me lever … je ne souhaite pas poursuivre mon rêve car pas si doux que cela, vous constatez mais, de demeurer au lit encore un peu de temps pour me détendre et remercier le ciel que ce ne soit par vrai …

Bonne semaine,

Colette

Imagecitation 49

Imagecitation

C’EST ICI

Partir d’une photo proposée,

trouver une citation

accompagnée ou non d’un texte.

Alors, voici ma participation

avec ces photos :

p6240051_thumb

Quand le navire doit sombrer, les rats

sont les premiers à le quitter.

Fedor Dostoïevski

Dès qu’on dort, les rats passent.

Alex Martial

imgp7882_thumb

Agir dans la colère, c’est

s’embarquer dans la tempête.

(proverbe allemand)

p6103981_thumb

Chassez la contrariété,

elle reviendra vous hanter à la une des journaux.

Jean Dion / Le Devoir – 13 septembre 1997

~

Bon mardi,

Colette

Détesté / Aimé

deteste-aime_maski-grustno-veselo-1

PAR ICI

Chaque dernier samedi du mois (donc ce 29 février), Renée nous demande de lui parler un peu d’un évènement ou moment que nous avons détesté et aussi de lui parler de ce que nous avons particulièrement aimé.

~

😥 😀 Tout au cours de ce mois, nous avons eu plusieurs tempêtes de neige. Cela vous surprend ! Bien non, nous avons un pays de neige et ce pays, nous l’aimons ainsi. Vive la belle neige blanche !

😀 Du 7 au 16 février, ce fut le Carnaval.

😥 Le 12 février au matin, devant l’intensité des vents et des chutes de neige, l’organisation du 65e Carnaval de Québec a été contrainte d’interrompre les festivités de ce jour ; festivités qui se poursuivront tout de même jusqu’au dimanche 16 comme prévu.

😀 Samedi le 22 février : En visite chez une amie qui a nouvellement aménagée dans un nouveau logis. Ce fut super ! Très agréable journée.

😀 Le 28 février, comme vous le savez, c’est MON ANNIVERSAIRE.

100_9160 (2)

😥 Bien oui ! La journée s’ouvrit dès 6h 20 par l’alarme de feu. J’étais déjà debout, le lit fait mais en pyjama. J’enfile donc mon manteau, foulard et bottes et hop ! Je file vers la cage d’escalier. À ce moment, nous ne savions pas de quoi il s’agissait. Parfois, ce sont de fausses alarmes mais, une chose est sûre : Il n’y a pas de chance à prendre !

😀 Tout de même en descendant, on me souhaitait déjà bon anniversaire 😀

Visite des pompiers etc. … ils ont vite mis un stop. Il s’agissait d’une laveuse à linge défectueuse. Oui, fumée et vrai feu mais petit tout de même, pas de gros dégâts, parce qu’ils arrivent très vite : Mille bravos à eux !!!

😀 Même chose en remontant les escaliers : Bon Anniversaire. Une fois à la cafétéria, tout recommence. À la sortie aussi. Une rencontre en après-midi à cette occasion à mon secteur de travail. Je puis affirmer que ce fut une journée vraiment spéciale pour moi ! Un 78e anniversaire sans pareil !!!

😀 Je profite de ce billet pour vous remercier toutes et tous pour vos bons souhaits :

Par vos cartes postales, cartes virtuelles, créations, appels téléphoniques, fêtes familiales, Facebook, Messenger et WordPress …

Ce fut vraiment plaisir et joie pour moi.

MERCI et RECONNAISSANCE à toutes et tous !

Sincèrement et de tout .

Colette

 

Les défis d’écriture de Ghislaine, N°113

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Elle nous propose deux choix :

Les mots :

Solitude, refrain, sarabande passeur,

prologue, astrale, chauve, cerveau.

Ou le thème

« Souvenir »

Je choisis ce dernier.

~

«J’étais en prison et vous êtes venus jusqu’à moi.»

(Matthieu 25,36)

Pendant une quinzaine d’années,

j’ai fait du bénévolat dans un centre

de détention fédéral à sécurité maximale

et, j’en ai conservé un très bon souvenir.

C’est un milieu très austère mais,

de rencontrer ces beaux jeunes tous en grande majorité

dans la vingtaine et la trentaine

qui continuent de vivre dans leur âme,

c’est super!

Leur accueil est extraordinaire car disent-ils

si nous n’avions pas les bénévoles,

nous n’aurions jamais de visite ou très peu.

Ils ajoutent ceci de spécial : vous venez ici

gratuitement, chaleureusement

et avec votre coeur.

Vous essayez de nous encourager d’un sourire,

d’un regard …

et ce, malgré vos problèmes quotidiens …

 .

Je termine par un petit témoignage

parmi tant d’autres :

… J’AI AIMÉ T’ENTENDRE PARLER,

CAR TOUT CE QUI SORT DE TOI QUAND TU PARLES

C’EST COMME UN MESSAGE DE DIEU …

C’EST TELLEMENT BEAU ET ATTENDRISSANT À ENTENDRE

C’EST CE QUI NOUS MANQUE LE PLUS

NOUS LES PRISONNIERS …

MERCI DU FOND DU COEUR!

.

N.B. : Étant quelque peu en retard, je choisis ce texte paru sur ce blog en 2008

Amicalement,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 700 autres abonnés