Pour ce jeudi 26 novembre, thème : Un vent mauvais

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Défi N°241

ICI

À la barre :

LENAÏG

Le Vent

.

Il fait grand vent, le ciel roule de grosses voix,
Des géants de vapeur y semblent se poursuivre,
Les feuilles mortes fuient avec un bruit de cuivre,
On ne sait quel troupeau hurle à travers les bois
.
Et je ferme les yeux et j’écoute. Or je crois
Ouïr l’après combat qui nuit et jour, se livre :
Cris de ceux qu’on enchaîne et de ceux qu’on délivre,
Rumeur de liberté, son du bronze des rois …
.
Mais je laisse aujourd’hui le grand vent de l’histoire
Secouer l’écheveau confus de ma mémoire
Sans qu’il éveille en moi des regrets ni des vœux,
.
Comme je laisse errer cette vaine tempête
Qui passe furieuse en flagellant ma tête
Et ne peut, rien sur moi qu’agiter mes cheveux.

.

Sully Prudhomme

Les Épreuves

Bon jeudi,

Colette

Pour ce jeudi 19 novembre, thème : Un doux zéphyr

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Défi N°241

ICI

À la barre :

Lenaïg

ÉLÉVATION SUR LE ZÉPHYR

FRANCOIS MALAVAL

1627-1719

.

Très doux zéphyr qui caresses les fleurs,

Viens modérer les trop vives chaleurs

Que je souffre en mon cœur pour le Dieu qui t’anime :

La douceur de sa paix en ta fraîcheur s’exprime.

.

Non, Dieu n’est point dans un orage affreux

Qui brise un roc et le cèdre orgueilleux ;

Sans troubler son amour s’insinue en notre âme,

Et sans la travailler, la parfume et l’enflamme.

.

Dis-moi, zéphyr, d’où vient ton mouvement ?

D’où vient l’odeur qui te rend si charmant ?

Tu parfumes les champs sans connaître ta course ;

Et moi, de mes douceurs, je ne vois point la source.

.

Va du Seigneur poursuivre les desseins,

Vent des amours, n’emporte que des saints

Et fais sentir partout où ton souffle repose

Que les charmes parfaits, c’est Dieu seul qui les cause.

 Francois Malaval

Bon jeudi,

Colette

Bonne poursuite de ce samedi et bon dimanche !

https://fb.watch/1tvATacCZ7/

Halloween-30-19-20_3

Halloween-30-10-20_2

Colette

Pour ce jeudi 15 octobre : Un poème ou une chanson d’amour d’une femme à un homme

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°240

ICI

À la barre :

 Martine (Quai des rimes

Le serment

.

Idole de ma vie,

Mon tourment, mon plaisir,

Dis-moi si ton envie

S’accorde à mon désir ?

Comme je t’aime en mes beaux jours,

Je veux t’aimer toujours.

.

Donne-moi l’espérance ;

Je te l’offre en retour.

Apprends-moi la constance ;

Je t’apprendrai l’amour.

Comme je t’aime en mes beaux jours,

Je veux t’aimer toujours.

.

Sois d’un cœur qui t’adore

L’unique souvenir ;

Je te promets encore

Ce que j’ai d’avenir.

Comme je t’aime en mes beaux jours,

Je veux t’aimer toujours.

.

Vers ton âme attirée

Par le plus doux transport,

Sur ta bouche adorée

Laisse-moi dire encor :

Comme je t’aime en mes beaux jours,

Je veux t’aimer toujours.

.

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)

Romances

Bon jeudi,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Liberté

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°286

Du 04/10/20 au 11/10/20

Le thème :

Liberté

Les mots :

Abri, espace, musique, peuple, survivre,

brise, joindre, tendre, jeune, amour.

~

Un bon désennui

.

Sur nos espaces, nous nous pavanons dans nos mots en toute liberté d’esprit :

Liberté d’esprit

Le don de la fantaisie

Brin d’optimisme

Puis, d’une brise légère :

Le bien être chez soi

Douce et tendre musique

Un bon désennui

Des commentaires nous y joignons :

Abri de bonheur

Peuple de jeunes et de moins jeunes

D’amour d’amitié

Des mots qui font vivre et survivre.

~

Amicalement,

Colette

Mon moi émoi septembre 2020 : mercredi le 30 septembre

PAR ICI

– Septembre est déjà du passé. Nous avons eu droit à de bonnes températures de saison avec des variantes de 26° à 14° approximativement et des ressentis bien au-dessus, certains jours. Un peu de pluie aussi bien entendu mais, pas tant que cela.

– Après avoir goûté en juillet et août à de bonnes sorties à l’extérieur selon les normes établies par les mesures d’urgence en temps de pandémie, voilà que nous passons du jaune à l’orange et de l’orange au rouge, en ce mois de septembre. À ce jour, les données émises par le Ministère de la Santé et des Services sociaux nous obligent à prendre des mesures supplémentaires, ce qui est tout à fait normal en pareil cas. Pas de sorties si elles ne sont pas vraiment urgentes ; ce qui peut attendre attendra.

ob_00911f_je-dis-ca-mais

– Le jeudi 10 septembre, je reçois par courriel de Martine Martin-Cosquer la version PDF de son livre : Je dis ça mais je ne dis rien. Comme c’est gentil Martine ! Grand merci à toi ! Je n’ai pas terminé ma lecture, j’en suis seulement à la deuxième partie. Super ! Ça se lit bien et c’est intéressant. J’ai bien hâte d’en connaître le coupable, tu sais ! Si mes journées étaient plus longues ; je le saurais depuis longtemps mais ça vient …

100_9819 (2)

– Le vendredi 25 septembre, ce fut le changement de la timbreuse de mon bureau. Tous les 4 ou 5 ans, c’est ce qui est la coutume pour un ajustement selon les besoins et pour un bon fonctionnement.

le-jour-de-seigneur-eglise-ange

Photo Radio-Canada

– Dimanche le 27 septembre, à 10 h 00, j’assumais les deux lectures des épîtres à la messe télévisée de Radio-Canada ainsi que les prières universelles et le transport du livre de la Parole au début de l’homélie. Port du masque pour le déplacement de la nef au chœur et aussi au moment de la communion. Ce jour-là, l’assistance est passée de 50 personnes à 25 seulement et ce, avec toujours une distanciation de 2 mètres entre nous.

– Comme il y a un bon Dieu pour les fous, comme on le dit ici, j’ai encore pu en bénéficier. Tout comme il en fut pour la première vague de la Covid , voilà, qu’en début de cette deuxième vague j’ai pu encore cette fois, de justesse avoir ma coupe de cheveux. Oui, la chance est vraiment pour la canaille 😀 ! Mon rendez-vous était à 10 h 30 et la coiffeuse a appris à l’heure du repas de midi, que c’était son dernier jour jusqu’à nouvel ordre, vu que nous voici en confinement en date de ce 30 septembre à minuit.

– Le jardin lui, reste là pour nous accueillir avec ses belles couleurs automnales :

Bon mois d’octobre,

Colette

Pour ce 1er octobre, tout autre lien avec l’électricité

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

 Jeanne Fadosi

Les poteaux télégraphiques
.
Au long des routes granitiques,
Voyageurs maigres et perclus
Vont les poteaux télégraphiques,
En caravane énigmatique
Vers les lointains irrésolus.
.
Ils vont droit devant eux, géants anachorètes,
Meurtris, gercés, leur interminable chemin,
Stoïques, le front haut insulté des tempêtes,
Et les soleils couchants enveloppent leur tête
D’une auréole de carmin.
.
Par les dunes, les bois, les falaises arides,
les landes et les champs, les villes et les bourgs,
ils vont, des couchants d’or aux orients livides,
acharnés, jamais las, sans mules et sans guides
droit devant eux ils vont toujours.
.
Portant leurs fils pesants où la bourrasque miaule,
En file indienne, lents, pensifs, silencieux,
Immensément ils vont d’un pôle à l’autre pôle.
Quel cordier monstrueux trame sur leurs épaules
Son jeu de fils mystérieux ?
.
Ils sont les vagabonds des routes incertaines,
Tranquilles, franchissant rivières et maisons ;
Ils s’en vont colportant les gloires et les haines,
Les douleurs, les amours, les bonheurs et les peines,
Par au-delà les horizons…
.
Ils sont les chemineaux efflanqués, maléfiques,
Qu’on voit marcher sans fin sur le bord du chemin.
Ils sont les pèlerins hâves, mélancoliques,
Qui s’en vont, poursuivant leur tâche apostolique
De répandre le verbe humain.
.
Albert Paul Granier

Quand les poètes chantent la science

Dans : Les coqs et les vautours (1917)

Bon jeudi,

Colette

Pour ce jeudi 24 septembre, l’électricité dans ses usages purement ludiques

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N.B. : Pas encore reçu la newletter …

À la barre :

JEANNE FADOSI

Le Chat

.

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate.

.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

.

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

.

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum
Nagent autour de son corps brun.

.

Charles Baudelaire (1821-1867) – Les fleurs du mal (1857)

Bon jeudi,

Colette

Pour ce jeudi 17 septembre, poésie «Drôle et rigolo»

N°238

À la barre :

DÔMI elle même !

Le pélican

.

Le Capitaine Jonathan,

Etant âgé de dix-huit ans

Capture un jour un pélican

Dans une île d’Extrême-Orient.

.

Le pélican de Jonathan

Au matin, pond un œuf tout blanc

Et il en sort un pélican

Lui ressemblant étonnamment.

.

Et ce deuxième pélican

Pond, à son tour, un œuf tout blanc

D’où sort, inévitablement

Un autre, qui en fait autant.

.

Cela peut durer pendant très longtemps

Si l’on ne fait pas d’omelette avant.

Robert Desnos

Recueil : Chantefables

Bon jeudi

à

chacune et chacun,

Colette

Pour ce jeudi 10 septembre, poésie «Saveur d’automne»

Défi N°238

À la barre

DÔMI elle même !

N.B. : N’ayant pas reçu la newletter, voilà, ce qui explique mon retard !

L’Automne

Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil,
Embrase le coteau vermeil
Que la vigne pare et festonne.

.

Père, tu rempliras la tonne
Qui nous verse le doux sommeil ;
Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil.

.

Déjà la Nymphe qui s’étonne,
Blanche de la nuque à l’orteil,
Rit aux chants ivres de soleil
Que le gai vendangeur entonne.
Sois le bienvenu, rouge Automne.

.

Théodore de Banville (1823-1891)
Les cariatides

Bonne poursuite de ce lundi,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 753 autres abonnés