Thème de janvier chez ABC : Écrire un pantoum français

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

~

Voir les explications pour le pantoum :

Ici

Bien avant que tombe le jour,

Bientôt se dressent les ombres.

De ta chaise, à contre-jour ;

Lumière du soleil t’inonde.

.

Bientôt se dressent les ombres,

Symbiose de chaleur-douceur.

Lumière du soleil d’inonde ;

Bonheur éphémère à ton cœur.

.

Symbiose de chaleur-douceur,

Les oiseaux gazouillent en roi.

Bonheur éphémère à ton cœur ;

Lumière du soleil pour toi.

.

Les oiseaux gazouillent en roi,

La nature, y jetant des fleurs.

Lumière du soleil pour toi ;

Qui te fait danser de bonheur.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Mon mois émoi décembre 2021 : vendredi le 31 décembre

ob_05a4bb_diary-3119831-480

PAR ICI

1er décembre : Nous sommes en début d’Avent, car le 28 novembre dernier, nous en étions au premier dimanche.

2 décembre : Décès d’une de nos compagnes, qui justement, ce 28 novembre était la lectrice à la messe télévisée de Radio-Canada. Elle n’était pas en parfaite santé, bien entendu. Ses poumons étaient complètement finis. Elle a tenu debout jusqu’au bout. À 17 heures et quelques minutes, ce 2 novembre, elle était encore assise dans son fauteuil et répondait aux questions posées. Peu de temps après, on l’a mise au lit, et elle est décédée tout doucement, pendant l’angélus du soir, alors que moi, j’étais à ma fenêtre ouverte, pour l’entendre de l’église toute proche de notre maison, tel que je vous l’ai déjà expliqué. Ces funérailles ont eu lieu le 16 décembre.

8 décembre : Au souper, repas festif, pour souligner en grand nos jubilaires de l’année.

24 décembre : Tout comme l’an dernier, c’est à la TV de nos chambres, hélas, que nous suivons la messe de 21 heures (dites de minuit), et il en est encore ainsi à ce jour …

101_0557

101_0529

30 décembre : De quatre à table de quatre personnes, à deux à table de quatre personnes, nous passons ce 31 au matin de 1 par table de quatre personnes. Nous improvisons cette fois seulement une autre cafétéria temporaire. Les mesures sanitaires se resserrent à cause de la progression des cas de Covid au Québec. De plus, cela évolue rapidement ; c’est pour cela, qu’il est mieux d’agir maintenant. À partir de ce 31 décembre, les rassemblements dans les maisons ne sont plus permis, et il y a bien d’autres fermetures aussi. Le couvre-feu sera rétabli de 22 heures à 5 heures du matin. Ce n’est pas une fin d’année souhaitée, mais c’est pour le bien de toutes et tous.

De bons vœux reçus au cours du mois :

Martine Martin

De Martine Martin

Merci beaucoup Martine, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

Renée Gasser

De Renée Gasser

Merci beaucoup Renée, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

Rose Pomeyrol

Rose63

De Rose Pomeyrol

Merci beaucoup Rose, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

Liliane Demoulin

De Liliane Demoulin

Merci beaucoup Liliane, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

Chantal et Rémy Bernier

Rémy et Chantal

Chantal_Rémy

De Chantal et Rémy Bernier

Merci beaucoup à vous deux, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖 💖💖💖

Ghislaine Gruson

De Ghislaine Gruson

Merci beaucoup Ghislaine, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

Yolande Zayer

De Yolande Zayer

Merci beaucoup Yolande, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

Mireille Dupin

De Mireille Dupin

Merci beaucoup Mireille, c’est tout à fait gentil,

gros becs 💖💖💖

101_0659

BONNE ANNÉE 2022

à

chacune et chacun,

Colette

C’était lettre au Père Noël chez les Croqueurs de Mots 🎅

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

Résultats :

ICI

Père-Noël-2-image

N.B. : Les mots imposés sont en LETTRES MAJUSCULES.

Ma lettre :

Cher Père Noël,

.

C’est dans une ATMOSPHÈRE de joie et de paix, que je t’écris ces mots. Je te le dis franchement, je n’ai pas toujours été obéissante. Souvent, j’ai refusée de manger mes HARICOTS. Tout de même, j’ai bien hâte que tu passes, tu sais, je garde tellement de bons SOUVENIRS des années passées. N’attends pas tout un MILLÉNIUN ; mets ton masque et entre chez moi. Pour y accéder, tu ne sentiras pas le PÉTRICHOR, car la terre est toute recouverte de belle neige à PERTE de vue. Aussi, la cheminée est bien nettoyée de toutes ses ORDURES ; tout est propre.

SURPRISE, je n’ai pas d’ATTRAPE RÊVE accroché à la tête de mon lit, mais j’ai une petite CRÈCHE sur ma commode. Le DIVIN enfant y est couché sur la paille entre son père et sa mère. Un bœuf et un âne tentent de le réchauffer.

Dommage que tu ne passes pas au Jour de l’An, car ma mère a acheté une très grosse DINDE. Tu aurais pu en avoir un bon morceau. Cependant, il ne faut rien changer à la tradition ; c’est mieux comme ça.

Ah ! J’oubliais, surtout, ne crains pas le CHIEN ; il est doux comme un agneau, et il ne te fera aucun mal. Donc, fais comme chez toi. Sur la crédence, tu verras une cafetière, et le CAFÉ y sera bien chaud. La boîte de biscuits est toute proche. Sers-toi !

Comme je ne pourrai te voir, je te dis un gros merci, et n’oublie pas ma petite voisine, car elle n’a pas la chance que j’ai, sinon je partagerai mes cadeaux avec elle, Tu vois, cela me tient à cœur, et je t’en serais très reconnaissante.

Je t’aime, Père Noël,

Colette

🎅

Podium ( 12 participantes)

1) Marie Chevalier 7 votes. Félicitations !

2) Jill Bill 6 votes. Bravo !

3) Anne, Jeanne Fadosi, Colette (moi) ( j’en attendais pas tant), Zaza, M’amzelle Jeanne

toutes 4 votes. Bravo !

Bravo à toutes les participantes, nous sommes toutes gagnantes !!!

🎅

Bonne semaine,

Colette

Mon mois émoi novembre 2021 : 30 novembre

ob_05a4bb_diary-3119831-480

C’EST ICI

Voici quelques photos de ce mois :

Le 1er novembre, à l’heure du midi, nous accueillons les urnes de nos sept compagnes décédées depuis le 18 janvier 2021.

Le 2 novembre, commémoration des morts, en présence des urnes accompagnées de la photo de chacune.

Le 5 novembre, par la poste, je reçois le livre :

CCI20211130

Que j’ai aimé au tout début, marcher dans l’allée centrale bordée de platanes plus que centenaires, donnant accès au domaine. Peu après, le petit rouquin du jardin a eu tout pour me plaire … je ne l’ai pas terminé, j’en suis à la page 92, dans le moment … c’est tellement agréable de lecture, Monique. C’est certain, oui, que je vais le terminer avant mes 99 ans 😃, ce superbe conte de Léo le papillon à nul autre pareil.

C’est vraiment gentil : grand merci à toi.

Le 14 novembre, j’ai fait les lectures à la messe télévisée de Radio-Canada.

Le 18 novembre, funérailles de nos compagnes :

https://funeraweb.tv/diffusions/athos/40407

On m’y voit au moment de la communion. Je porte un chemisier lilas et un ensemble gris.

Le 19 novembre, je reçois mon 3e vaccin Pfizer.

Du 15 au 26 novembre, nous avons un petit peu de neige, fine, folle, emportée par le vent …

Mais le 26 novembre, neige au sol :

Le 28 novembre, c’est déjà le 1er dimanche de l’Avent, donc en route vers Noël.

Bon mois de décembre,

 Colette

Pour ce jeudi 18 novembre 2021

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

Colette (moi)

Pour ce jeudi poésie, poème d’auteur :

mon mois émoi juil 20 2

Roses d’automne

Nérée Beauchemin

.

Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore,
Comme par un prodige inouï du soleil,
Avec plus de langueur et plus de charme encore,
Les roses du parterre ouvrent leur cœur vermeil.

Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :
Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.
Mais voici que, soudain, les touffes printanières
Embaument les matins de l’arrière-saison.

Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne
De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,
Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,
Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

En ces fleurs que le soir mélancolique étale,
C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,
Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,
Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

Tardives floraisons du jardin qui décline,
Vous avez la douceur exquise et le parfum
Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine
De l’illusion morte et du bonheur défunt.

Nérée Beauchemin

Grand merci pour vos participations durant cette quinzaine.

Bon jeudi,

Colette

Café Thé N°138 : Mouette rieuse

image_1331329_20210103_ob_dae984_logo-ct
Logo créé par Renée du blog «Envie de »

CAFÉ THÉ

Elle nous propose de délirer autour de cette photo d’une mouette rieuse, décoiffée, au bord du Bassin d’Arcachon, au Cap-Ferret :

image_1331329_20211002_ob_daceda_mouette-rieuse-2

Mouette rieuse

.

Au gré du temps,

d’où viens-tu ?

Au gré du vent,

où vas-tu ?

.

Au-devant du prince charmant,

peut-être !

.

Ajuste tes plumes.

Ta souplesse dans le vent,

n’est que grâce et aise.

.

Avec ton petit air farceur,

remplie de charme,

tu es source de bonheur.

.

Avec toi, au gré du temps,

dans le vent,

moi aussi je ris

~

Bon mardi,

Colette

Annonce des Croqueurs de Mots : Défi N°256

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

Défi N°256

Aux matelots des Croqueurs de Mots :

Étant à la barre, cette quinzaine, voici ma proposition.

Pour le lundi 15 novembre :

À partir de phrases de chansons, n’importe lesquelles, d’un ou de plusieurs chanteurs, sur l’automne ou le thème de votre choix, assemblez ces phrases pour en faire un texte cohérent.

Pour les jeudis poésie des 11 et 18 novembre, chanson ou poésie sur le choix de votre thème.

ou

libre, bien entendu :

Poème personnel, choix de poème, haïkus,

acrostiche, citations etc. …

Bonne quinzaine,

Colette

Mon mois émoi octobre 2021 : 31 octobre

ob_05a4bb_diary-3119831-480

C’EST ICI

Avant tout, je tiens à vous informer du grand retard que j’ai pour répondre en commentaires sous vos billets. Ce n’est pas par mauvaise volonté, mais par manque de temps, pour ce faire. Je m’en excuse. Je fais mon gros possible, mais hélas. Je ne puis, dans le moment être à jour.

Le 21 octobre : Je fus très heureuse de recevoir, par la poste, le 2e recueil de poésie de Solène Vosse :

CCI20211030

Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été … ainsi qu’un marque-page dédicacé.

Merci et reconnaissance aussi pour ceci, Solène :

CCI20211030_0001

Le 29 octobre : Entre 9 h15 et 9 h 30, j’ai reçu le vaccin contre la grippe. Il est bon de se donner les meilleures des chances surtout en ces temps que nous traversons. Par contre, cela fait une vingtaine d’années que je le reçois, sauf deux ans dans le lot, j’en fus toujours satisfaite.  

Le 30 octobre : C’est jour de fête pour nous. Nous soulignons en grand les

50e, 60e, 70e et 75e anniversaires de profession religieuse.

Messe solennelle suivie d’un repas festif.

Aussi, au cours de l’après-midi, je suis allée voter par anticipation à l’élection municipale. Choix d’un maire et du candidat de district électoral.

Je termine avec quelques photos prises au cours de ce mois :

Bon mois de novembre

à

chacune et chacun,

Colette

Pour ce lundi 18 octobre 2021

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°255

À la barre :

 Martine (Quai des Rimes)

Décrivez un de vos défauts (mes dents croches) ou atouts physiques ou de personnalité en utilisant le plus possible d’adjectifs en gras dans l’extrait de la tirade du nez de Cyrano de Bergerac. Vous pouvez aussi utiliser d’autres adjectifs.

Amusez-vous, Amusez-vous, qu’elle nous dit !

Amusons-nous, alors :

Agressif : Moi, Madame, si j’avais de telles dents,

Je crois bien qu’illico, je m’arracherais la face !

Amical : Bouche fermée, elles dépassent sûrement de vos lèvres !

Pour y remédier faites-vous poser un zipper !

Descriptif : Se chevauchent ! … mal placées ! … manquent d’espace !

Que dis-je, un gros désalignement !

Curieux : À quoi servent, les deux qui s’avancent de chaque côté ?

D’indicatif, Madame, ou de quelques signaux ?

Gracieux : Ça vous plaît que l’on vienne vers vous !

Que gentiment, l’on vous en questionne !

Que l’on vous encourage ?

Truculent : Madame, lorsque vous souriez, ces dents

sortent de votre bouche sans que quelqu’un

s’esclaffe de rire aux éclats ?

Prévenant : Gardez-vous votre bouche fermée

pour ce phénomène des plus intrigants !

Tendre : Faites-vous donc faire un rideau protecteur,

de peur qu’un malaise de quelqu’un ne survienne !

Pédant : Les morses mâles, seuls, Madame,

portent ces deux dents avec dignité.

Comment se fait-il que vous en êtes arrivée là !

Cavalier : Croyez-vous que c’est de mise ?

Pour attirer l’attention, où quelque chose d’autre !

Dramatique : Mais, c’est à vous jeter dans l’Atlantique !

Admiratif : Pour une bonne annonce au petit journal,

Quelle nouvelle !

Naïf : Cet écrit, quand le lira-t-on ? Ah ! ça non !

Respectueux : Prenez plutôt des photos, Madame,

ce sera ce que l’on nomme savoir s’accepter !

Pratique : Voulez-vous faire la manchette !

Vos photos publiez-les et dites tout simplement que sur la glace,

vous, vous en servez pour vous hisser.

La voilà donc cette phrase qui m’a libérée de mon intimidation scolaire sur ce sujet :

Bien oui, j’ai des dents de morse mâle, et je m’en sers l’hiver pour me hisser sur le glace.

L’ensemble des filles s’est éclaté de rire et la coupable a fait rire d’elle 😃.

Bonne semaine,

Colette

Pour ce jeudi 14 octobre 2021

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

N°255

À la barre :

 Martine (Quai des Rimes)

Portrait d’un homme ou d’une femme (célèbre ou pas) ou un autoportrait

Ô jeune Florentine

Théodore de Banville (Mai 1842)

.

Ô jeune Florentine à la prunelle noire,
Beauté dont je voudrais éterniser la gloire,
Vous sur qui notre maître eût jeté plus de lys
Que devant Galatée ou sur Amaryllis,
Vous qui d’un blond sourire éclairez toutes choses
Et dont les pieds polis sont pleins de reflets roses,
Hier vous étiez belle, en quittant votre bain,
À tenter les pinceaux du bel ange d’Urbin.
Ô colombe des soirs ! moi qui vous trouve telle
Que j’ai souvent brûlé de vous rendre immortelle,
Si j’étais Raphaël ou Dante Alighieri
Je mettrais des clartés sur votre front chéri,
Et des enfants riants, fous de joie et d’ivresse,
Planeraient, éblouis, dans l’air qui vous caresse.
Si Virgile, ô diva ! m’instruisait à ses jeux,
Mes chants vous guideraient vers l’Olympe neigeux
Et l’on y pourrait voir sous les rayons de lune,
Près de la Vénus blonde une autre Vénus brune.
Vous fouleriez ces monts que le ciel étoilé
Regarde, et sur le blanc tapis inviolé
Qui brille, vierge encor de toute flétrissure,
Les Grâces baiseraient votre belle chaussure !

Bon jeudi,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 839 autres abonnés