Comme un poisson dans l’eau

CHEZ MUMU

 

Avec cette idée qui vient de germer dans sa tête, Adrienne se sent comme un poisson dans l’eau. C’est sûr, elle va se satisfaire et en plus, peut-être qu’elle grimpera dans l’estime des commères qu’elle rencontre à la boucherie toutes les semaines. Qui sait, se dit-elle ! D’ailleurs, un p’tit vernis me ferait du bien dans l’moment ! Même si l’argent ne fait pas l’bonheur, si bien employé, et pour une bonne cause, ça ne l’enlève pas non plus ; au contraire ! Je brave l’opinion qu’on s’fait de moi, j’exerce ce droit de m’exprimer comme je l’entends, et oui, j’écris mes mémoires. Ce livre, ce sera mon bébé. Vas-y ma belle ; avec l’humour qu’on te connaît, ça s’vendra comme des p’tits pains chauds dans la région.

 

Pour participer :

http://mumulagrenouille2.wordpress.com/2014/05/15/plaisir-decrire-n-12/

 

Bon et agréable week-end

à

tous et toutes !

Colette

Contraintes de la vie

Nous avons tous et toutes une ligne de vie
que personne ne peut vraiment
réaliser pour nous.
Parfois, une contrainte peut nous conduire
là où nous ne voudrions pas aller …
et pas du tout ! …
ou bien
c’est tout le contraire qui se présente.
Nous voudrions bien faire quelque chose,
participer … mais, les circonstances font
qu’on ne veut absolument pas nous y conduire …
et pas du tout ! …
C’est à ce moment précis, que je peux intervenir
dans ma manière d’accepter
ces contraintes de la vie.
Bien évidemment,
je peux me considérer comme martyr(e) …
c’est souvent notre première réaction
malheureusement
mais aussi,
je peux avoir une deuxième réaction
et rebondir
de manière à ce que tout se transforme
en témoignage d’amour
et faire de cette contrainte une petite
ou
une grande victoire.
 
En  ce dimanche de la Pentecôte,
« Laissons-nous conduire par l’Esprit »
(Galates 5, 25)
tout en demandant pour tous et toutes
la grâce de vivre notre destinée personnelle ,
celle  choisie pour nous de toute éternité !
Bon et excellent dimanche dans la confiance !
Colette

désespérance / espérance

Chaque jour, nous attendons
du bulletin des nouvelles
de «bonnes nouvelles» …
  
Le plus souvent malheureusement,
nous entendons
de «mauvaises nouvelles» …
  
Ce qui est encore plus désespérant,
c’est que nous avons tendance
à les répéter sans cesse …
  
alors, notre humeur peut s’aigrir
notre regard peut devenir négatif
et notre coeur peut s’assombrir …
  
… mais, nous sommes faits (faites)
pour plus que cela …
  
… si je suis inconfortable dans cela
et que je rebondis …
 
 

alors, c’est que j’ai l’espérance en moi  …

Gardons la porte ouverte à l’espérance

et ne laissons pas nos désespérances

avoir le dernier mot …

Chant : À LES ENTENDRE DIRE De Robert Lebel

À les entendre dire, on croirait que la mer N’a rien pour nos filets.

À les entendre dire, on croirait que l’hiver Ne finira jamais

On croirait que les fleurs n’ont plus jamais de fruits.

Que les choses du coeur n’ont de sens ou de prix

À les entendre dire … à les entendre dire …

Pourtant nous croyons qu’il existe Une espérance pour le monde d’aujourd’hui

Comment ne plus voir l’invisible Dans la semence qui s’endort et qui grandit ?

À les entendre dire, on croirait que demain N’a plus aucun espoir

À les entendre dire, On croirait que plus rien Ne mène nulle part

On croirait que l’amour n’a plus qu’une raison

On croirait que l’amour n’a plus qu’une saison

À les entendre dire … à les entendre dire …

À les entendre dire on croirait que la nuit Ne croit plus au soleil

À les entendre dire, on croirait que la vie N’attend plus rien du ciel

On croirait que le feu ne peut se rallumer

Et que le ciel de Dieu a aussi renoncé !

À les entendre dire … à les entendre dire  

Bon dimanche dans la joie,

la liberté et la vie !

 

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 708 autres abonnés