En ce jour, cette semaine

Dans l’aujourd’hui en cours,

il se passe quelque chose :

– la tempête fait rage,

– le soleil est radieux,

– je reçois la photo d’un nouveau-né,

– j’apprends le décès d’un être cher,

 – le feu détruit un édifice important,

– on inaugure un centre fort apprécié,

– la journée s’étire en longueur,

– il surgit une visite improvisée …

Le temps qui passe

n’est ni terne, ni banal, ni ennuyeux.

Le temps, c’est le lieu de la «création».

Pour moi, est-ce que chaque jour,

chaque matin est neuf ?

Est-ce que je suis attentive, attentif

à cet évènement qui risque de me surprendre ?

Aujourd’hui, il va se passer quelque chose de neuf !

Le temps, c’est le lieu de la «créativité».

Chaque matin est neuf ; chaque semaine est neuve !

Bonne journée, bonne semaine !

Colette

Publicités

Oui, cet enfant a du prix

Oui, cet enfant a du prix_11822803_10153566237196457_4494948504593311615_n

Pour :

LE PARADIS DES POÈTES

~

Édith, son ami a perdu.

Quand ce souvenir ressurgit,

à ses yeux, une larme luit,

dès que tout autour s’assombrit.

~

C’est dans le désert de son cœur,

ce lieu le plus profond d’elle-même,

qu’elle se réfugie sans problème,

et adoucit sa grande douleur.

~

Lorsque les flots sont en furie,

seulement la lumière du fort,

est son guide et son réconfort,

jusqu’à ce que tout lui sourit.

~

Sa vie, oui, la mer lui a pris,

mais sait bien que tout continue.

Du bébé, prépare la venue,

car oui, cet enfant a du prix !

~

N.B. : Ce soir, on débranche mon ordi, demain, c’est le déménagement de mes meubles
et on me rebranche mardi soir … j’espère !

~

À bientôt !

Bon mois d’août tout entier !

Colette

Thème de mai chez ABC

Thème de mai chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

http://jardin-des-mots.eklablog.com/nid-des-mots-a117184706

« Racontez votre rencontre avec une fée »

~

Cette année là, à différentes reprises, ma titulaire de classe, me souhaitait tout simplement de manquer mon certificat de fin d’année. C’était, tel un clou qui s’enfonçait de plus en plus profondément, au fil des jours. Un soir, entre chien et loup, assise sur le banc de la galerie, je me remémorais ma journée, me disant : Est-ce vraiment un mauvais sort, ou bien une idée en l’air, qu’elle me lance comme ça, parce que je ne lui reviens tout simplement pas ! J’en étais à la toute fin de mes études secondaires, et c’était là, dans le temps, que se décidait, ce en quoi nous nous lancerions, plus tard, dans la vie. J’essayais, tant bien que mal, de me chasser cette pensée de la tête, mais c’était plus fort que mon bon vouloir. Je le dis ouvertement, cela m’enlevait pas mal de pep. L’année passa ainsi, et la période d’examens arriva. Les premiers jours, tout allait comme il se doit, ce n’était certes pas toujours ce que je souhaitais, parce que continuellement hantée par ce fait. Toujours est-il, que lorsqu’arriva le test de la matière que je possédais sur le bout des doigts, un blanc presque total me fit sécher presque radicalement. Ce qui devait se produire d’enclencha. Cette matière, je devais la reprendre en suivant des cours d’été. Mon professeur en question, me dit, en me remettant mes notes : Moi, je ne serai pas par ici de l’été, je reviendrai seulement en fin d’août, pour le début des classes. Dans la vie, nous avançons toujours par étapes, les expériences se succèdent. Un pas nouveau s’offre à nous, et un évènement merveilleux se produit et donne le courage d’avancer. C’est à ce moment significatif, que je rencontrai ma première fée, que je nommerai ici, Lulu. Ah ! elle n’avait pas d’ailes, mais près d’elle, j’ai senti une grande paix m’envahir. Titulaire au même niveau que mon professeur, dans la paroisse voisine, elle s’offrit de me venir en aide. Le tout se passa dans une seule et unique rencontre ; mais quelle rencontre ! Elle me dit avoir pris connaissance de mes bulletins mensuels et que cela était impossible que je ne sache pas répondre adéquatement aux questions de cet examen. Retournez à la maison, et révisez  quotidiennement la matière, puis revenez à telle date, pour l’examen de reprise ; je suis certaine que ça ira. Elle ajouta : C’est moi qui en est la surveillante, alors, confiance et bonne chance ! Ainsi, ce fut fait. En fin d’août, je me rendis auprès de ma titulaire en question, qui en avait la bouche ouverte, car ma note était parfaite, et je me retrouvai en mesure de poursuivre ma route, comme si rien de cela ne s’était produit. Merci encore, Fée Lulu ! Je vous en serai éternellement reconnaissante !

~

Bonne fin de semaine

à

chacune et chacun !

Colette

Accoudée à ma fenêtre

POUR LA COMMUNAUTÉ DES PASSEURS DE MOTS

cté_les_passeurs_de_mots

http://lacommunautedespasseursdemots.apln-blog.fr/

~

Thème d’avril

(Sur une photo de Martine)

http://martinemrichard.fr/blog/?p=9481

Accoudée à ma fenêtre

~

Ce soir, fatiguée,  accoudée à ma fenêtre,

Bercée par le glapissement des mouettes rieuses ;

De leur vol si rapide, je me sens très nerveuse.

En cette fin de jour, je frémis de tout mon être.

~

Ah ! Ces barques immobiles, silencieuses dans le noir !

Sur ce rivage, où tu marchais, si sereinement,

De ce moment trop calme et fort de sentiments ;

Se peut-il qu’il soit temps de te dire au revoir !

~

Quand baisse l’astre du jour, et trop vite à mon goût,

L’angoisse me surprend et m’envahit à tout coup.

Mais en ces moments, ta présence est là, toujours.

~

Ce beau soleil couchant, de ses chaudes couleurs,

M’apporte réconfort et grande joie au cœur.

Forte est ma foi, de te revoir vivant un jour.

~

Bon vendredi,

suivi d’un agréable week-end !

Colette

Sous le doux chant de la pluie

Ce dimanche se déroule sous la pluie.

Je me laisse donc bercer par ces gouttes qui tombent lentement,

tout comme autant de petits bonheurs se déversant sur moi.

Et pourquoi pas, hein !

Ne pouvant alors, rien y changer, n’est-ce-pas !

∼ ∼ ∼

J’ai donc le goût de vous partager  :

ce poème : Sous la pluie

Il tombe de l’eau, plic, ploc, plac,

Il tombe de l’eau plein mon sac.

Il pleut, ça mouille,

Et pas du vin !

Quel temps devin

Pour le grenouille !

Il tombe de l’eau, plein mon sac.

Après la pluie

Viendra le vent.

En arrivant

Il vous essuie.

Il tombe de l’eau, plic, ploc, plac,

Il tombe de l’eau, plein mon sac.

Jean Richepin

(1849-1926)

∼ ∼ ∼

Bonne semaine

à

chacune et chacun !

Son mal en patience

L’ATELIER DE GHISLAINE

Année 4, N°1

Son mal en patience 

Deux choix s’offrent à nous :

Une image et ou dix mots, lesquels je choisis :

 

PATIENCE, DÉFIANCE, RÉPIT, COMPRIS,

VERTU, LISIÈRE, COCHÈRE, TRANSI,

SOUCI, PERDU.

 

Passant la porte cochère, d’où elle l’attendit en vain, soucis en tête ; à la lisière du bois, transie jusqu’à l’os, de ce répit de larmes, Eve a enfin compris qu’elle avait bel et bien perdu son Rémi. En vertu de quoi, elle sut avec assurance que sa défiance était vraiment fondée. Elle revint cependant sur ses pas, résignée à prendre son mal en patience.

 

Pour participer :

http://ghislaine53.eklablog.com/l-atelier-no-1-de-l-annee-4-a108052530

 

Bonne poursuite de ce week-end

à

chacun et chacune de vous mes ami(e)s,

et

agréable mois de juin tout entier !

Colette

Agréable + et – …

agréable+et-...

L’imprévu, il me visite chaque jour

parfois dans de grands évènements

mais le plus souvent dans de toutes petites choses.

Cet imprévu, il peut être agréable

et aussi moins agréable …

Je peux le croiser :

– lors de la rencontre d’une personne …

– lors d’un besoin à combler …

– lors d’une nouvelle tâche à accomplir …

– lors d’un changement d’horaire … etc. …

L’imprévu, il me place dans toutes sortes

de situations différentes.

À travers tout cela,

j’ai la possibilité de grandir

ou

de me refermer …

Cet imprévu, lorsque je l’accueille

quand il se présente à moi,

j’accueille l’autre et je deviens « autre » aussi ! 

Oui, la vie se charge de nous ouvrir

à cette belle aventure de l’imprévisible accepté …

Aujourd’hui, ouvrons notre cœur

à ces visites qui nous font sortir de notre ordinaire !

+ – + – + – + –

 Agréable journée à tous et toutes !

Bien amicalement,

Colette

Le printemps

 

Renouveau

 

Stéphane Mallarmé

 

Le printemps maladif a chassé

 tristement

L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver

 lucide,

Et, dans mon être à qui le sang morne

préside

L’impuissance s’étire en un long

 bâillement.

 

Des crépuscules blancs tiédissent sous

mon crâne

Et triste, j’erre après un rêve vague

et beau,

Par les champs où la sève immense

se pavane

 

Puis je tombe énervé de parfums

 d’arbres,

las,

Et creusant de ma face une fosse

à mon rêve,

Mordant la terre chaude où poussent

les lilas,

 

J’attends, en m’abîmant que mon ennui

s’élève …

Cependant l’Azur rit sur la haie et

 l’éveil

De tant d’oiseaux en fleur

gazouillant au soleil.

 

Et bien, s’il y a de la pluie au

 printemps,

il y a aussi de la neige au printemps !

 

Du moins chez-nous … oui, oui, oui …

 

Nous en attendons en fin

d’après-midi .

 

Cependant, on a l’assurance

de dame météo elle-même

qu’il fera beau demain !

 

Bonne fin de journée

de ce premier jour printanier

à chacun et chacune !

Agréable continuation de cette

 semaine !

 

Avec tout le ☼ de mon ♥,

Sous la pluie …

Décembre, c’est le mois qui annonce la saison

intérieure par excellence.

C’est le mois au sein duquel débute l’hiver. Ce

temps qui favorise les tête-à-tête, les soirées

familiales, les rassemblements soit dans la

cuisine ou le salon.

Ici, aujourd’hui, à Québec, ce mois fait son

entrée sous la pluie.

Le temps est tout gris et notre belle neige n’y

est presque plus … pour le moment … elle

reviendra bien en force reprendre sa place …

c’est certain !

Il ne faut surtout pas avoir un coeur chagrin

pour autant mais garder notre coeur joyeux

car :

«Coeur joyeux améliore la santé, esprit déprimé dessèche les os»

(Pr 17,22)

Bon et agréable mois de décembre à tous et

toutes avec toute mon amitié,

C☼lette

   

En mouvement

 

 Joie

  

Acceptation  

  

Douceur

 

  

Détachement 

  

 

 

  Dépassement

 

«La parole qui dit l’amour n’est pas la parole

qui en parle,

c’est la parole qui en donne qui dit vraiment l’amour».

  

Si je rêve humainement, je veux sortir de la masse,

gagner, arriver, m’installer

Tandis que le rêve de mon Créateur

c’est que je sois en marche

car Lui, il est en continuel mouvement …

  

Oui, il y eut un soir …

il y eut un matin …

Et le soir et le matin d’hier n’y sont plus …

c’est aujourd’hui que je marche

  

C’est ce qui rend merveilleuse notre histoire à nous

qui n’est certes pas parfaite

mais porte continuellement une possibilité de renouveau …

  

Bonne journée toute réinventée !

C☼lette

 

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 509 autres abonnés