L’Atelier d’écriture d’Evy, N°341

image_0580098_20210130_ob_a62caa_0

EVY

Les mots :

Crier, lire, échapper, bizarre, douleurs,

gris, effacer, fil, professeur, univers.

Le thème :

Les émotions

~

Que d’émotions

.

Sous les poutres du grenier, dans un lit de poussière, sous la lucarne gisait tout un univers. Au fil des ans, des objets de toutes sortes, des écrits multiples et des notes de cours de certains professeurs qui finissent par s’effacer dans l’oubli ; même volontaire parfois.  C’est bizarre, mais c’est ainsi.

Ce jour-là, le ciel était tout gris, et il faisait très froid. Un froid qui persistait depuis plusieurs jours, ce qui n’aidait pas Léa aux prises avec tant et tant de douleurs, dues à son âge. Un fort vent balayait tout sur son passage.

Cet après-midi-là, tout de même, assise au salon, elle lisait paisiblement son journal. Elle se sentait toute détendue. Pour ajouter à son plaisir, un petit rayon de soleil filtra de dessous la porte d’en avant, jusqu’à ses pieds.

Soudain, un terrible bruit la fit sursauter. Un bruit venant d’en haut, qui laissa s’échapper un sifflement aigu, et un courant d’air qui la glaça sur place ; incapable de crier.

Remise momentanément de ses émotions, Léa monta tant bien que mal à l’étage. Ah ! Non, s’exclama-t-elle à haute voix en apercevant la porte menant au grenier toute grande ouverte.

Vingt ans s’étaient écoulés depuis son passage au grenier. C’est qu’elle y avait déposé une enveloppe bleue, bien spéciale sur une poutre près de la lucarne le soir même ou son compagnon de vie l’avait quittée pour son grand départ. Il lui avait dit, une semaine à peine avant ce triste soir :

Ainsi, Léa, avec cela en ta possession, je serai toujours près de toi. À ce moment-là, elle ne se sentait pas le courage d’en prendre connaissance se disant :

J’y retournerai lorsque je serai plus forte, mais cet instant n’était jamais venu et ce, après tant d’années.

Hésitante, elle posa le pied sur la première marche, puis sur la seconde, ainsi jusqu’au grenier. Elle se précipita d’abord vers la fenêtre afin de la fermer, et de redescendre au plus vite, lorsque ses yeux fixèrent brièvement là, à même le sol, cette enveloppe bleue.

Sans plus tarder, elle l’ouvrit lentement. Une larme coula lorsqu’elle découvrit une mèche de ses cheveux.

~

Bon mardi,

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 856 autres abonnés