Pour ce jeudi 11 février, enfance

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

FANFAN

L’enfance

Gérard de Nerval

.

Qu’ils étaient doux ces jours de mon enfance
Où toujours gai, sans soucis, sans chagrin,
je coulai ma douce existence,
Sans songer au lendemain.
Que me servait que tant de connaissances
A mon esprit vinssent donner l’essor,
On n’a pas besoin des sciences,
Lorsque l’on vit dans l’âge d’or !
Mon cœur encore tendre et novice,
Ne connaissait pas la noirceur,
De la vie en cueillant les fleurs,
Je n’en sentais pas les épines,
Et mes caresses enfantines
Étaient pures et sans aigreurs.
Croyais-je, exempt de toute peine
Que, dans notre vaste univers,
Tous les maux sortis des enfers,
Avaient établi leur domaine ?

.

Nous sommes loin de l’heureux temps
Règne de Saturne et de Rhée,
Où les vertus, les fléaux des méchants,
Sur la terre étaient adorées,
Car dans ces heureuses contrées
Les hommes étaient des enfants.

.

Gérard de Nerval, Poésies de jeunesse

N.B. : Il y a justement 59 ans, un dix février, je quittais ces doux jours de mon enfance

où je vivais ma douce existence, afin de rejoindre ma communauté. Le ciel était gris et

la brume était à fendre au couteau. J’étais accompagnée de mon père, de ma mère et

aussi de mon frère, qui lui, n’avait que seize ans. Quant à moi, il me manquait 18 jours

pour mes vingt ans. Je ne l’ai jamais regretté, et j’y vis heureuse dans cette voie.

Mes réoinses à sauriez-vous dire ...

Photo : Colettedc

10 février 1962

Bon jeudi

à toutes et tous,

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 777 autres abonnés