Mon moi émoi septembre 2020 : mercredi le 30 septembre

PAR ICI

– Septembre est déjà du passé. Nous avons eu droit à de bonnes températures de saison avec des variantes de 26° à 14° approximativement et des ressentis bien au-dessus, certains jours. Un peu de pluie aussi bien entendu mais, pas tant que cela.

– Après avoir goûté en juillet et août à de bonnes sorties à l’extérieur selon les normes établies par les mesures d’urgence en temps de pandémie, voilà que nous passons du jaune à l’orange et de l’orange au rouge, en ce mois de septembre. À ce jour, les données émises par le Ministère de la Santé et des Services sociaux nous obligent à prendre des mesures supplémentaires, ce qui est tout à fait normal en pareil cas. Pas de sorties si elles ne sont pas vraiment urgentes ; ce qui peut attendre attendra.

ob_00911f_je-dis-ca-mais

– Le jeudi 10 septembre, je reçois par courriel de Martine Martin-Cosquer la version PDF de son livre : Je dis ça mais je ne dis rien. Comme c’est gentil Martine ! Grand merci à toi ! Je n’ai pas terminé ma lecture, j’en suis seulement à la deuxième partie. Super ! Ça se lit bien et c’est intéressant. J’ai bien hâte d’en connaître le coupable, tu sais ! Si mes journées étaient plus longues ; je le saurais depuis longtemps mais ça vient …

100_9819 (2)

– Le vendredi 25 septembre, ce fut le changement de la timbreuse de mon bureau. Tous les 4 ou 5 ans, c’est ce qui est la coutume pour un ajustement selon les besoins et pour un bon fonctionnement.

le-jour-de-seigneur-eglise-ange

Photo Radio-Canada

– Dimanche le 27 septembre, à 10 h 00, j’assumais les deux lectures des épîtres à la messe télévisée de Radio-Canada ainsi que les prières universelles et le transport du livre de la Parole au début de l’homélie. Port du masque pour le déplacement de la nef au chœur et aussi au moment de la communion. Ce jour-là, l’assistance est passée de 50 personnes à 25 seulement et ce, avec toujours une distanciation de 2 mètres entre nous.

– Comme il y a un bon Dieu pour les fous, comme on le dit ici, j’ai encore pu en bénéficier. Tout comme il en fut pour la première vague de la Covid , voilà, qu’en début de cette deuxième vague j’ai pu encore cette fois, de justesse avoir ma coupe de cheveux. Oui, la chance est vraiment pour la canaille 😀 ! Mon rendez-vous était à 10 h 30 et la coiffeuse a appris à l’heure du repas de midi, que c’était son dernier jour jusqu’à nouvel ordre, vu que nous voici en confinement en date de ce 30 septembre à minuit.

– Le jardin lui, reste là pour nous accueillir avec ses belles couleurs automnales :

Bon mois d’octobre,

Colette

Pour ce 1er octobre, tout autre lien avec l’électricité

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

 Jeanne Fadosi

Les poteaux télégraphiques
.
Au long des routes granitiques,
Voyageurs maigres et perclus
Vont les poteaux télégraphiques,
En caravane énigmatique
Vers les lointains irrésolus.
.
Ils vont droit devant eux, géants anachorètes,
Meurtris, gercés, leur interminable chemin,
Stoïques, le front haut insulté des tempêtes,
Et les soleils couchants enveloppent leur tête
D’une auréole de carmin.
.
Par les dunes, les bois, les falaises arides,
les landes et les champs, les villes et les bourgs,
ils vont, des couchants d’or aux orients livides,
acharnés, jamais las, sans mules et sans guides
droit devant eux ils vont toujours.
.
Portant leurs fils pesants où la bourrasque miaule,
En file indienne, lents, pensifs, silencieux,
Immensément ils vont d’un pôle à l’autre pôle.
Quel cordier monstrueux trame sur leurs épaules
Son jeu de fils mystérieux ?
.
Ils sont les vagabonds des routes incertaines,
Tranquilles, franchissant rivières et maisons ;
Ils s’en vont colportant les gloires et les haines,
Les douleurs, les amours, les bonheurs et les peines,
Par au-delà les horizons…
.
Ils sont les chemineaux efflanqués, maléfiques,
Qu’on voit marcher sans fin sur le bord du chemin.
Ils sont les pèlerins hâves, mélancoliques,
Qui s’en vont, poursuivant leur tâche apostolique
De répandre le verbe humain.
.
Albert Paul Granier

Quand les poètes chantent la science

Dans : Les coqs et les vautours (1917)

Bon jeudi,

Colette

Georgina

Q3rTW6MLlDPyUonamlXC4budKHI@250x167

ICI

Généreuse       comme     il     n’y     en  a   pas,

Envers        vous,        portée,        elle       sera.

Oui,   mais   si  vous, vous   ne tranchez pas !

Rien      à       dire   ;     elle,        le     décidera.

Grand bien vous fasse ;  elle est  comme ça !

Infatigable     ;       ne               lâche           pas !

Nourrir     ses      plantes       au      jardin    là ;

Avec       joie,   elle     vous     y         conviera !

.

Georgina :

Celle qui tranche, celle qui décide.

Le prénom Georgina est une variante

 du prénom Georgia (le féminin de Georges)

qui vient du terme grec

 «gheorghios»

qui signifie

«travailleur de la terre»

«labourer le sol»

Trouvé sur Internet

.

Bon mercredi,

Colette

Pour ce lundi 28 septembre : Quand la fée électricité prend congé

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À le barre :

JEANNE FADOSI

Elle nous invite à écrire un petit texte en prose ou en vers portant sur un moment (passé, présent, à venir, réel ou imaginaire) particulier (joyeux, saugrenu, étrange, stressant, agréable …) dans lequel l’électricité (ou son absence) y a joué un rôle important.

Mots imposés à inclure :

(ambre, ampoule, appareil).

Quand la fée électricité prend congé

.

Bien oui, elle y a droit car, si sollicité de toutes parts ; la pauvre !

Alors, voici ma petite histoire d’un passé pas trop éloigné mais, de l’année dernière, plus précisément le premier du mois de novembre. Plusieurs se souviennent certainement de ma chute du grand escabeau. Ouille ! Rien de cassé mais, que cela a fait bobo longtemps !

Toujours est-il, faut croire que ce n’était pas suffisant pour remplir cette journée. Voilà que sans m’en avertir, la bonne petite fée me quitte en début de soirée pour en revenir seulement le lendemain midi.

Quant à ne rien faire de valable, je décide d’aller prendre ma douche. Mais, la pièce est sans fenêtre alors, vous voyez comme j’y vois ! Une chance brille légèrement le grand miroir. Je me dis, comme cela, je vais attendre jusqu’à ce que mes yeux s’y fassent. Voilà qui est fait ! Petit à petit, je distingue la douche ; je m’y aventure en prenant toutes les précautions voulues car souvenez-vous, je ne suis pas en parfaite condition. À ma grande satisfaction, tout s’est bien passé. Je regagne alors ma chambre. À tâtons, de mon armoire, située au-dessus de ma table de chevet, j’y saisis ma petite lampe de poche dont l’ampoule est si petite ; cette couleur ambre ne m’éclaire guère. Tout de même, je m’en accommode. Mon pied droit me fait mal encore plus que tout mon côté gauche. Je me rends alors dans ma toute petite salle d’eau attenante à ma chambre, pour en sortir mon bassin blanc de l’armoire, sous mon évier. Je fais couler l’eau jusqu’à ce qu’elle soit assez chaude, de manière à m’y faire tremper les pieds ; façon de soigner mon pied droit. Mais là, je n’ai que deux mains et ma toute petite lampe ne suit pas. Tant bien que mal, ayant bien pris soin d’apporter une grande serviette sur l’épaule, afin de pourvoir m’essuyer les pieds, je dépose le bassin devant mon fauteuil. Réussi, sans une goutte d’eau par terre autant pour l’activité que pour vider le bassin dans la toilette où était demeurée ma petite lampe de poche.

Pas question de me mettre immédiatement au lit, voyons. Moi, qui n’ai pas tellement de temps pour lire, une idée s’allume dans ma tête. J’ouvre la porte de ma chambre, tire tant bien que mal, mon fauteuil un peu dans le corridor et, ce à quoi vous ne vous attendiez sûrement pas : c’est un clin d’œil de la bonne fée électricité car là, c’est branché sur la génératrice ; appareil si utile, en pareils cas ; n’est-ce pas ! Alors j’ai pu m’installer tout sourire en saluant la bonne fée électricité qui est oui, vraiment, de tout secours !

~

Bonne semaine

à

toutes et tous,

Colette

Chez Lenaïg, thème : Les petites bêtes de l’été

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Les petites bêtes de l'été

Ajout de gifs Internet

~

Éclat du soleil

Ta toile dépareillée

Brave araignée

~

Instant de bonheur

Agréable promeneur

Gentil papillon

~

La calamité

De notre mouche noire

Tout près du boisé

~

De toi maringouin

Le soir à la brunante

Piquant souvenir

~

Dans la nuit noire

Toi    chère     libellule

Joie de nos regards

~

… et d’ABC …

Beaucoup de mouches

leurs traces sur les abats-jour

les vaches broutent au pré

~

Bon vendredi,

Colette

Pour ce jeudi 24 septembre, l’électricité dans ses usages purement ludiques

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N.B. : Pas encore reçu la newletter …

À la barre :

JEANNE FADOSI

Le Chat

.

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate.

.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

.

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

.

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum
Nagent autour de son corps brun.

.

Charles Baudelaire (1821-1867) – Les fleurs du mal (1857)

Bon jeudi,

Colette

Jupiter

Q3rTW6MLlDPyUonamlXC4budKHI@250x167

ICI

Jeune,    et   déjà    bien  autoritaire ;

Un  vrai  petit  dieu  très  volontaire.

Puis, de ses ami(e)s, se croit le père.

Il n’est  pas  toujours très populaire !

Très,      très    difficile   à     satisfaire

Et,     réfractaire     à      son   titulaire

Robert      essaie    de    le     satisfaire.

.

Le prénom Jupiter

vient du latin

«Juppiter ou Jupiter»

Le père du ciel et roi des dieux

de la mythologie romaine.

Le prénom Jupiter est aussi un nom de famille.

Trouvé sur Internet

.

Bon mercredi,

Colette

Les défis d’écriture de Ghislaine, N°134

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Avec les mots :

Pour, avec, mon, dans, car, oeil, voir, ma.

Ou le thème :

Texte avec 5 mots commençants par J

~

Salut joli petit écureuil de chez-nous !

Tu viens jouer à cache-cache dans notre jardin.

Tu fais des bonds, tu montes, tu descends car,

tu es un véritable acrobate !

Gentil fripon à l’oeil si vif, voilà que

tu attrapes maintenant une feuille morte.

Pourtant, c’est avec des noix, des noisettes ou des glands

que tu l’approvisionnes !

Aurais-tu déjà une réserve à recouvrir en cachette !

C’est à voir, pour y croire !

C’est ça, va ; je te laisse en paix.

Merci beaucoup pour ta gentille visite.

Avec ton air si jovial

tu fais ma joie et celle du voisinage mon petit coquin.

~

L’automne est entré. Qu’il vous soit bon et agréable

dès ce premier jour !

Avec toute mon amitié,

Colette

 

Les défis de la Plume d’Evy, thème : La brume

LA PLUME D’EVY

N°284

Du 20/09/20 au 27/09/20

Le thème :

LA BRUME

Les mots :

Exquise, fraîcheur, marcher, pleine, voile,

Poser, lentement, danser, entend, contempler.

~

Brume sur ma ville

.

Exquise fraîcheur ; LA BRUME du matin étend son beau voile transparent. Lentement, se pose la clarté et bientôt, nous marcherons, danserons pour ainsi dire allégrement vers cette nouvelle journée pleine de nouveaux défis à relever.

Pour le moment, contemplons en silence toute cette beauté ; faisons le plein d’énergie avant cette mise en route de nos activités journalières.

Chut ! Déjà, au loin, s’entend l’angélus !

~

Bonne semaine,

Colette

 

Un amour des livres

Chez Mil et une

Sujet 34/2020 – au 19 au 26/06

clic

Wieslaw Smetek – clic et clic

Le mot à insérer facultativement est : GÉOMÉTRIE

~

Un amour des livres

.

Une bibliothèque dans sa tête !

Elle tourne autour de ses livres.

Pour elle, non, pas un mal de tête

mais, bien plus ; un amour des livres.

.

Elle ne vit que de GÉOMÉTRIE.

Veut en résoudre tous les problèmes.

Dans sa tête, point de dilemme ;

de tous ses livres se réjouit.

.

La géométrie, toute sa vie !

Ces ami(e)s en ont pris leur parti,

s’y exercent à y voir le bon côté ;

c’est mieux pour la fraternité

.

Une bibliothèque dans sa tête !

Elle tourne autour de ses livres.

Pour elle, non, pas un mal de tête

mais, bien plus ; un amour des livres.

.

Bon dimanche,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 753 autres abonnés