Les défis d’écriture de Ghislaine, N°119

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Elle nous propose 10 mots :

Face, regard, fuir, peur, réserver,

donner, énergie, famille, cap, stimuler.

Elle ajoute :

Vous pouvez n’en prendre que 8.

Ou le thème :

«Face à face»

~

Face à face

.

Tu fuis notre regard, aucune œillade en face, tu te crois le mouton noir de la famille ; ton agissement me fait peur.

L’énergie, tu l’as, donne-toi une chance, réserve-toi du temps pour te stimuler.

Face à toi-même, tu atteindras le cap de cette curieuse habitude. Fais-toi confiance et tu t’en trouveras gagnant et, nous, nous profiterons de la beauté de des jolis yeux face à face.

~

Bonne semaine,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Balade printanière

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

Défi N°261

Cette semaine, le thème :

Balade printanière

Les mots :

Jolie, groupe, radieux, oiseaux, odorant,

envoûtant, enivrent, velours, chamarré, yeux.

~

Balade printanière

.

Dans un joli bijou de cabriolet, orné de velours chamarré, Ludo se joua bien de Mado, en ce matin radieux, suivi d’un petit groupe de cousines et de cousins ; moment bien spécial de son mariage avec sa belle où ils se jurèrent fidélité au doux chant des oiseaux tout en s’enivrant de l’odeur  envoûtante et odorante des premières fleurs du printemps. Odorat comblé pour tous ces jeunes lurons aux yeux riants de bonheur. Un vrai conte d’amour vécu en toute rapidité ; le temps d’une balade et de prendre engagement.

Quelques heures plus tard à peine, la bagarre éclata devant le poste de police. Pas moyen de se disculper ni cependant de se faire mettre à l’amande car, ce n’était qu’un jeu d’enfant. Ils auraient bien du temps devant eux pour se former un jugement solide puisqu’à l’automne, ils entreraient à la maternelle.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Voilà que je pige

Chez Mil et une

Sujet 15/2020 – du 11 au 18/04

Le mot à insérer facultativement : PLUME

clic

ob_da7a48_sujet-15-2020-emma-d

Idées à écrire proposées par Emma D – clic

~

Voilà, que je pige

.

– Madame Georgette,

PLUME à votre chapeau,

le silence assourdissant, c’est une connerie !

– Non, non, mon Jojo et d’abord, sois poli !

Ce n’est pas une connerie ;

c’est un oxymore !

– S’il vous plaît, rangez votre règle.

– Tu me crains parce que tu veux me dire des imbécilités !

– Non, je veux tout simplement comprendre

ce que c’est qu’un silence assourdissant.

– Bon, voilà qui est mieux !

Écoute-moi bien :

Si je te parlais d’un nain géant

ou bien

d’un jeune vieillard,

ça te dirait quelque chose ?

– Tiens, tiens, tiens,

voilà que je pige, madame Georgette :

deux mots qui veulent dire le contraire

comme confinement et liberté

– Bravo mon p’tit homme !!!

Bon, maintenant, ça va bien aller !

Bonne fin de semaine Jojo ;

on se revoit lundi.

– À lundi madame Georgette !

~

Bon week-end

à

toutes et tous,

Colette

Chez Lenaïg, thème tercets : Aller dans l’espace

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Pour les tercets, il doit y avoir deux vers qui riment à l’intérieur de chaque tercet et une rime commune entre un vers de chaque tercet. Autre aspect essentiel de chaque tercet : compter les syllabes. En principe, chaque vers doit contenir le même nombre de syllabes.

Les défis de la Plume d'Evy, thème_Flot d'émotions

Proche des étoiles

Rêve toujours

L’espace d’un jour

~

Surprise ma brune

Départ la lune

Bientôt retour

~

Levée du voile

Bonjour la terre

Salut mes frères

~

Mieux sur la terre

Plus jovial

Et cordial

~

… et d’ABC …

Tête dans les étoiles

et pied sur terre

la lune en clin d’œil

~

Bon vendredi,

Colette

Pour ce jeudi 16 avril : Choix libre

ICI

Défi N°235

À la barre :

DOMINIQUE – MES ANTIDOTES

Elle nous dit :

Aucune contrainte particulière, ce sera un libre choix.

L’Écureuil

.

Paul Fort (1872-1960).

.

Ballades françaises, Éd. Flammarion

.

Écureuil du printemps, écureuil de l’été, qui domines la terre avec vivacité, que penses-tu là-haut de notre humanité ?
— Les hommes sont des fous qui manquent de gaieté.
.
Écureuil, queue touffue, doré trésor des bois, ornement de la vie et fleur de la nature, juché sur ton pin vert, dis-nous ce que tu vois ?
— La terre qui poudroie sous des pas qui murmurent.
.
Écureuil voltigeant, frère du pic bavard, cousin du rossignol, ami de la corneille, dis-nous ce que tu vois par-delà nos brouillards?
— Des lances, des fusils menacer le soleil.
.
Écureuil, cul à l’air, cursif et curieux, ébouriffant ton col et gloussant un fin rire, dis-nous ce que tu vois sous la rougeur des cieux ?
— Des soldats, des drapeaux qui traversent l’empire.
.
Écureuil aux yeux vifs, pétillants, noirs et beaux, humant la sève d’or, la pomme entre tes pattes, que vois-tu sur la plaine autour de nos hameaux ?
— Monter le lac de sang des hommes qui se battent.
.
Écureuil de l’automne, écureuil de l’hiver, qui lances vers l’azur, avec tant de gaieté ces pommes… que vois-tu ?
— Demain tout comme Hier.
Les hommes sont des fous et pour l’éternité.

Bon jeudi,

Colette

Jarno

Q3rTW6MLlDPyUonamlXC4budKHI@250x167

ICI

Jarno est un ado.

A ( À) la chorale est alto.

Roi, mais du gâteau !

Navré de ses kilos,

Opte vers le poireau !

.

Maigre comme un poireau !

Alors là, Jarno, mange et sers-toi du râteau ; le jardin t’y convie !

.

Jarno (prénom rare). Jarno ; L’homme qui dort au soleil. Jarno est un prénom peu populaire. Ceux ayant porté ce prénom peuvent être originaires de : Finlande, Pays-Bas. Jarno est aussi un nom de famille. Il est un dérivé de Jérémie.

Trouvé sur le net

.

Bon mercredi,

Colette

Les défis d’écriture de Ghislaine, N°118

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

Elle nous propose 8 mots :

Empreinte, visible, brume, froisser,

envers, légendaire, clapotis, frimas,

ou

le thème

« Temps »

N.B. : Je choisis la deuxième proposition :

~

Le temps

.

Le temps, il est là,

là, juste devant toi.

Cueille-le au passage ;

il ne reviendra pas !

Hier est fini ;

Demain n’est pas là !

Des peurs à combattre,

un mal-être, peut-être !

Écoute ton cœur,

mets-y tout ton temps !

Savoure chaque instant ;

tes joies et tes peines.

Ce temps est précieux ;

L’éternel présent !

Espoir emballant,

pour qui fonce dedans.

Fais ce que tu peux,

Sème de l’amour,

pour qu’aux cheveux blancs,

comme ça brusquement,

ce vol de jeunesse,

ne soit que liesse.

~

Bon mardi

à

chacune et chacun,

Colette

Pour ce lundi 13 avril : «Improbable dialogue»

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

Défi N°235

À la barre :

DOMINIQUE – MES ANTIDOTES

Elle nous propose de faire dialoguer deux personnages connus réels ou fictifs mais, n’ayant pas vécu la même époque.

improbable-dialogue

Sur un œuvre de Jaume Plensa

« Improbable dialogue »

.

– Bonjour grand-père Gustave. Enfin, je vous rencontre ! Mes parents m’ont bien parlé de vous, cependant …

– C’est toi, cher Gabriel ! Moi de même, je suis bien fier de te croiser en ce jour. Paraît-il que vous vivez un temps de pandémie !

– Oui, grand-père et, c’est terrible ; nous sommes tous en confinement.

– Approche un peu, je vais te révéler un secret car t’es bien jeune encore enfin, si je me compare à toi. J’avais à peu près la moitié de ton âge lorsque nous avons vécu la pire épidémie de l’histoire ; la plus meurtrière au 20e siècle.

– Pire que le coronavirus, grand-père ?

– Je ne saurais te dire mon garçon car il y a longtemps déjà que j’ai quitté cette terre mais la grippe «espagnole», elle a emporté en quelques mois entre 50 millions et 100 millions de personnes. Elle a pris tout le monde de court. On ne savait pas du tout quel microbe blâmer et on n’était pas équipé du tout pour y faire face non plus.

– Je vois, c’était différent de ce que nous vivons présentement !

– Tu peux le dire, oui, mon cher ! Nous, on n’a pas eu le temps de compter les malades ; on avait à peine le temps de les enterrer, nos morts. C’est pour cela que dans les années 1920 et suivantes, on a mis en place des mesures comme la pasteurisation du lait et on a fait des efforts pour contrer la mortalité infantile etc. … l’épidémie en question a catalysé notre volonté d’agir.

– Vous vous en êtes sortis, alors, grand-père !

– Oui, mais pas tous, malheureusement ! Les gens tombaient comme des mouches alors que le monde sortait à peine de quatre années de guerre. Le tiers de la population mondiale a été infectée, le taux de mortalité atteignit 50% dans certains pays. Exemple : Des îles du Pacifique aux villages inuits du Nord Canadien, aucune région de la planète ne sera épargnée. Nous savons qu’au début de l’hiver 1918, les premiers cas ont été rapportés dans les fermes isolées du Kansas.

– Grand-père est-ce que c’était comme maintenant ? Je veux dire les personnes âgées étaient les plus à risque !

– Bien non, Gabriel, surprenant mais la moitié des morts étaient des adultes de 20 à 40 ans et que la grippe classique décimait les bébés et il faut le dire aussi les personnes âgées.

– Est-ce que cela a duré longtemps, grand père Gustave ?

– Cela s’est fait en trois vagues. À l’hiver 1919, le virus s’évanouit dans la nature sauf ici, au Québec avec un nouvel assaut  très meurtrier au printemps 1920. Le bilan fut épouvantable, si lourd, qu’au Canada, on a dénombré 50 000 victimes, dont 14 000 au Québec.

– Alors, grand-père, ce n’est pas terminé, si je comprends bien, cette pandémie pour nous !

– Je ne le crois pas mon jeune ! Arme-toi de patience, respecte bien les consignes si bien définies pour vous et, sois confiant. Je veille sur toi et sur vous tous !

– Merci grand-père ! Je serai courageux comme vous !

– Au revoir !

Bonne semaine,

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Le grand voyage

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

Défi N°260

Cette semaine, le thème :

Le grand voyage

Les mots :

Déjà, yeux, faucheuse, échappée, monter,

année, cœur, jour, traversée, réentendre.

Le grand voyage

Le grand voyage

.

Cher frère, il y a déjà presque quatre ans que tu as fait la grande traversée. Tes yeux, se sont à jamais fermé à toute la beauté de cette nature que tu aimais tant contempler. L’automne n’avait jamais été aussi flamboyant cette année 2016 où passa la faucheuse ce matin du 31 octobre. Oui, ton âme s’est échappée de ton corps pour monter si l’on veut ; c’est une belle image, rejoindre nos parents. Mon cœur s’est serré, ce jour-là, car seule de la famille du temps de notre enfance, je reste sur cette terre. Comme j’aimerais réentendre ta voix ! Ce ne sera pas ici-bas mais, aux cieux, si faire se peut. Ce qui me console, c’est que tu es encore plus vivant qu’avant puisque tu vis en moi.

Le grand_voyage

~

JOYEUSES PÂQUES

à

toutes et tous,

Colette

Thème d’avril chez ABC : Regardez bien cette photo et racontez

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

Elle nous dit :

Regardez bien cette photo et racontez :

mc2VJUWb_Zza8MzWPwkkj9jcLk0@500x232

(Photo ABC prise à Evian en août 2009)

Distance appropriée entre les fauteuils et les petites tables ; pas de rencontres prévues en ces jours sombres de l’humanité jusqu’à ce que tombe les entraves.

Cependant, ne démissionnons pas, face à ce que nous avons provoqué en obscurcissant la terre, en élargissant l’abîme, en avilissant l’histoire en cours par notre manque de respect envers notre maison commune : notre belle terre.

Ce lieu est tout silence pour le moment. Respectons ce temps de calme et de repos de notre nature qui, (c’est déjà commencé), se refait et repend petit à petit ses droits.

Oui le bon moment

Ce retour à notre source

Moment opportun

Que sautent les chaînes et que tout revive, que viennent les beaux jours !

Oui, tout va revivre ; on va s’en sortir ! Les meilleurs jours sont à venir !

« Ça va bien aller » ; remettons-nous en marche vers cette vie nouvelle, ce changement en nous, autant du point de vue intérieur qu’extérieur. Avançons vers ce monde de paix et de liberté. La vie continue, ces rencontres de toutes sortes reprendront mais, rien ne sera plus comme avant.

tout_simplement

Bonne fin de semaine,

Colette

Previous Older Entries Next Newer Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 791 autres abonnés