Pour ce jeudi 26 septembre : Passé-Poussière d’hier

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

Défi N°224

À la barre :

MARTINE (QUAI DES RIMES)

Elle nous dit :

Partagez un poème ou une chanson que vous aimez sur un thème proposé.

Le passé

Sophie D’Arbouville (1810-1850)

.

Oh ! comment retenir cet ange qui s’enfuit ?
Comme il est sombre et pâle ! il ressemble à la nuit.
Comme il s’envole vite !… et de ma main tremblante
S’échappe malgré moi son aile impatiente.
« Reste encore ! il me semble, ange au triste regard,
Qu’avec toi, de mes jours fuit la meilleure part !
Quel est ton nom ? réponds

.

— Tu dis vrai, je suis triste ;
Et pourtant, à mes lois jamais rien ne résiste ;
Je dépouille en passant les arbres de leur fleur,
L’âme, de son espoir, le cœur, de son bonheur ;
Je prends tous les trésors, jamais rien ne m’arrête ;
Je ne vois pas les pleurs… je détourne la tête.
Sur mon nom, interroge un cœur que j’ai blessé :
« Hélas ! s’écrira-t-il, c’est l’ange du passé ! »

.

— Le Passé !! devant toi mon âme est sans prière,
Et je lâche ta main froide comme la pierre.
Contre toi, tout effort demeure superflu…
De mes biens les plus chers, ange, qu’emportes-tu ?

.

J’emporte loin de toi l’heureuse insouciance
Dont le calme est si doux qu’on dirait l’espérance ;
J’emporte la gaîté, ce bonheur sans motif
Qui répand à l’entour son parfum fugitif ;
J’emporte ces doux chants, rêves de poésie,
Enivrant en secret l’âme qu’ils ont choisie ;
J’emporte ta jeunesse et ton joyeux espoir
Se brisant le matin pour renaître le soir ;
J’emporte ces pensers, qui, dans la solitude,
Donnent un but qu’on aime aux efforts de l’étude ;
J’emporte les bonheurs qui jadis te charmaient,
Car j’emporte avec moi tous les cœurs qui t’aimaient.

.

— Qu’ai-je fait pour les perdre ?

.

— Hélas ! rien… mais j’appelle ;
Nul à mes volontés ne peut être rebelle.
Et ne savais-tu pas qu’incertain en son cours,
Tout bonheur doit passer… peut-être en quelques jours !
Que tel est le pouvoir qui gouverne la terre :
Une joie, un regret ; l’ombre après la lumière.
Quand j’ai dit : C’est assez ! en vain on crie : « Encor ! »
Je veux ceux qui l’aimaient… j’emporte mon trésor !

.

— Oh ! rends-moi quelque instant, ou d’espoir, ou de doute !
Et puis, me dépouillant, tu poursuivras ta route.

.

— Je ne puis.

.

— Mais alors, pour mes jours à venir,
Que me laisses-tu donc, mon Dieu !

.

— Le souvenir.

.

 Extrait de : Poésies et nouvelles (1840)

Bon jeudi,

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 746 autres abonnés