Mardi poésie chez Lady Marianne : L’ivresse

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

L’IVRESSE, thème proposé par moi-même

~

Un matin

.

Emile Verhaeren

.

Dès le matin, par mes grand’routes coutumières
Qui traversent champs et vergers,
Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.

.

Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
C’est fête et joie en ma poitrine ;
Que m’importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit sous mes talons poudreux ;

.

Je marche avec l’orgueil d’aimer l’air et la terre,
D’être immense et d’être fou
Et de mêler le monde et tout
A cet enivrement de vie élémentaire.

.

Oh ! les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
Je m’enfouis dans l’herbe sombre
Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.

.

Les bras fluides et doux des rivières m’accueillent ;
Je me repose et je repars,
Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.

.

Il me semble jusqu’à ce jour n’avoir vécu
Que pour mourir et non pour vivre :
Oh ! quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !

.

Dites, est-il vrai qu’hier il existât des choses,
Et que des yeux quotidiens
Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s’exalter les roses !

.

Pour la première fois, je vois les vents vermeils
Briller dans la mer des branchages,
Mon âme humaine n’a point d’âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil.

.

J’aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
Et mes cheveux amples et blonds
Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l’espace entier pour en gonfler ma force.

.

Oh ! ces marches à travers bois, plaines, fossés,
Où l’être chante et pleure et crie
Et se dépense avec furie
Et s’enivre de soi ainsi qu’un insensé !

.

Emile Verhaeren, Les forces tumultueuses

.

CatégoriesEmile VerhaerenIvresseNatureVoyage

~

Emile Verhaeren est un poète belge flamand

d’expression française

née à Anvers en 1875 et mort à Rouen en 1916.

~

Bon mardi,

Colette

Publicités

52 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. jill bill
    Jan 28, 2019 @ 18:21:08

    Bonjour soeur Colette, ah un de mes compatriotes belges… c’était une plume qu’il est agréable à lire, voire à découvrir, merci, bises

    Réponse

    • colettedc
      Jan 28, 2019 @ 19:14:29

      Bien oui, Jill … j’ai justement pensé à toi en le choisissant … comme tu le dis, fort agréable à découvrir en effet … bon matin de ce mardi … bises♥ … amitié …

      Réponse

  2. jamadrou
    Jan 28, 2019 @ 21:43:00

    Magnifique poésie
    j’aime particulièrement: Je suis parti clair et léger,
    Le corps enveloppé de vent et de lumière.
    C’est fête et joie en ma poitrine
    Avec mon guide : le hasard
    Tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil
    (comme une première fois)
    Et je voudrais, par mes poumons,
    Boire l’espace entier pour en gonfler ma force
    (Et m’enivrer de ça ainsi qu’un insensé)

    (Colette, toi qui a bien lu l’article « ça » tu comprendras pourquoi….)

    Réponse

  3. Rose63
    Jan 28, 2019 @ 22:04:03

    Cet auteur est remarquable
    Merci Colette de l’avoir mis à l’honneur ce matin
    Bises
    Bonne journée

    Réponse

  4. sevylivres
    Jan 29, 2019 @ 00:53:26

    Beau poème, bon mardi.

    Réponse

  5. mireille du sablon
    Jan 29, 2019 @ 01:10:46

    ..l’ivresse, loin de celle de l’alcool, celle de vivre des lendemains à découvrir….
    Bises de Mireille du sablon

    Réponse

  6. patricias
    Jan 29, 2019 @ 01:42:47

    bon mardi dans la joie et l allégresse et non l ivresse c est bon la vie jolie poésie bravo beau choix bisous bisous

    Réponse

  7. ANNE GUILLARD
    Jan 29, 2019 @ 01:47:55

    ivresse dans la contemplation de la nature… merveilleux poème Colette.
    Bises et bon mardi

    Réponse

  8. Michelle Dornberger
    Jan 29, 2019 @ 03:21:16

    Superbe choix, s’enivrer de nature au grand air et certes une excellente ivresse, bon mardi, bisous !

    Réponse

  9. Martine
    Jan 29, 2019 @ 03:42:24

    Quel superbe poème, tout empli d’un enthousiasme débordant pour la vie !
    Merci pour ce magnifique partage, chère Colette.
    Excellente journée de mardi !
    Bisous du matin,
    Martine

    Réponse

  10. écureuil bleu
    Jan 29, 2019 @ 03:51:33

    Bonjour Colette. J’adore cette ivresse là. Ce poème est magnifique : un bel hymne à la Nature ! Bonne journée et bisous

    Réponse

  11. Georges 2679
    Jan 29, 2019 @ 04:16:18

    Un très beau poème…Bon mardi…Amitiés

    Réponse

  12. trezjosette2
    Jan 29, 2019 @ 04:22:58

    C’est une belle ivresse Colette j’aurai choisie une semblable surtout pas celle de la bouteille !
    je t’embrasse

    Réponse

  13. mamienicole
    Jan 29, 2019 @ 04:51:44

    coucou Colette
    j’espère que tu vas bien
    moi ça commence à aller mieux
    bonne semaine
    bisous

    Réponse

  14. bernierchantal
    Jan 29, 2019 @ 04:53:20

    Oh comme c’est beau cet écrit-poême ! J’ai l’impression ,en le lisant ,que je suis celui qui marche dans les champs et les sous-bois ,que je respire le vent ,j’entends les feuilles bruisser au dessus de moi …je me sens libre ,ivre d’air et de vent ,de soleil à travers les branches des arbres …C’est vraiment beau ce poême ,chacun de nous a ,un jour ressenti cela…Emile Verhaeren était un magnifique homme de l’art écrit . Merci Colette pour ces jolis vers . Bon mardi ,Bisous ravis .

    Réponse

    • colettedc
      Jan 29, 2019 @ 09:58:01

      Comme c’est gentil Chantal … grand merci à toi … c’est vraiment le genre d’ivresse que j’aime aussi … bonne et belle poursuite de ce mardi … gros bisous♥ … amitié …

      Réponse

  15. claudielapicarde
    Jan 29, 2019 @ 05:33:39

    C’est ce poème que j’avais appris à l’école du même auteur.
    Encore une fois passe un très bon anniversaire.

    Titre : Le vent
    Poète : Émile Verhaeren (1855-1916)
    Recueil : Les villages illusoires (1895).
    Sur la bruyère longue infiniment,
    Voici le vent cornant Novembre ;
    Sur la bruyère, infiniment,
    Voici le vent
    Qui se déchire et se démembre,
    En souffles lourds, battant les bourgs ;
    Voici le vent,
    Le vent sauvage de Novembre.

    Aux puits des fermes,
    Les seaux de fer et les poulies
    Grincent ;
    Aux citernes des fermes.
    Les seaux et les poulies
    Grincent et crient
    Toute la mort, dans leurs mélancolies.

    Le vent rafle, le long de l’eau,
    Les feuilles mortes des bouleaux,
    Le vent sauvage de Novembre ;
    Le vent mord, dans les branches,
    Des nids d’oiseaux ;
    Le vent râpe du fer
    Et peigne, au loin, les avalanches,
    Rageusement du vieil hiver,
    Rageusement, le vent,
    Le vent sauvage de Novembre.

    Dans les étables lamentables,
    Les lucarnes rapiécées
    Ballottent leurs loques falotes
    De vitres et de papier.
    – Le vent sauvage de Novembre ! –
    Sur sa butte de gazon bistre,
    De bas en haut, à travers airs,
    De haut en bas, à coups d’éclairs,
    Le moulin noir fauche, sinistre,
    Le moulin noir fauche le vent,
    Le vent,
    Le vent sauvage de Novembre.

    Les vieux chaumes, à cropetons,
    Autour de leurs clochers d’église.
    Sont ébranlés sur leurs bâtons ;
    Les vieux chaumes et leurs auvents
    Claquent au vent,
    Au vent sauvage de Novembre.
    Les croix du cimetière étroit,
    Les bras des morts que sont ces croix,
    Tombent, comme un grand vol,
    Rabattu noir, contre le sol.

    Le vent sauvage de Novembre,
    Le vent,
    L’avez-vous rencontré le vent,
    Au carrefour des trois cents routes,
    Criant de froid, soufflant d’ahan,
    L’avez-vous rencontré le vent,
    Celui des peurs et des déroutes ;
    L’avez-vous vu, cette nuit-là,
    Quand il jeta la lune à bas,
    Et que, n’en pouvant plus,
    Tous les villages vermoulus
    Criaient, comme des bêtes,
    Sous la tempête ?

    Sur la bruyère, infiniment,
    Voici le vent hurlant,
    Voici le vent cornant Novembre.
    Émile Verhaeren.

    Réponse

    • colettedc
      Jan 29, 2019 @ 10:01:18

      Merci beaucoup pour ce magnifique partage, Claudie … c’est vraiment gentil … mais, mon anniveraire, c’est dans un mois 😀 bonne et belle poursuite de ce jour … amitié♥ …

      Réponse

  16. kowkla123
    Jan 29, 2019 @ 05:46:36

    oh wie schön, ich hoffe, es war ein guter Start in die Woche?

    Réponse

  17. giselefayet
    Jan 29, 2019 @ 06:39:06

    L’ivresse de la nature a de quoi enchanter , il a bien raison de la chanter Emile Verhaeren.
    Bonne journée Colette
    Bises

    Réponse

  18. marie
    Jan 29, 2019 @ 07:23:55

    Coucou Colette, une très belle poésie. Bisous MTH

    Réponse

  19. casa06
    Jan 29, 2019 @ 07:32:10

    C’est un remarquable auteur, merci pour ce poème.
    bonne journée, bises

    Réponse

  20. Renée
    Jan 29, 2019 @ 08:54:55

    On est jamais déçu avec lui ces poèmes sont très beaux..Merci de l’avoir choisi. Bisous Colette douce journée

    Réponse

  21. Lydie Hanesse-Ancel
    Jan 29, 2019 @ 09:33:16

    un beau poème sur ton thème- je ne connaissais pas celui-ci de ce poète-
    une belle découverte- merci-
    bisous-

    Réponse

  22. etoiledesneiges
    Jan 29, 2019 @ 10:09:00

    Bonjour Colette
    un très beau poème et jamais déçu par la nature nous apporte tant de bienfait bisou Colette moi je poursuis mon escapade mais le froid sévis pas trop de sortie nous sommes bien dedans et les blabla et le Pc, bisou Colette bonne journée ❤

    Réponse

    • colettedc
      Jan 29, 2019 @ 10:38:54

      Bonjour Manik,
      Merci beaucoup à toi … la nature, quelle merveille, en effet … oui, nous sommes si bien à l’intérieur par ces grands froids … bonne poursuite de ce jour … bisous ❤ … amitié …

      Réponse

  23. Gyslaine LE GAL
    Jan 29, 2019 @ 11:00:34

    Un très beau poème ! Merci pour ce partage !
    Bonne fin de semaine 🙂

    Réponse

  24. renejeanine
    Jan 29, 2019 @ 11:36:59

    l’ivresse des beautés de la nature, c’est quand meme mieux que l’ivresse de l’alcool ! merci chere Colette pour ce beau poème, amitiés et gros becs

    Réponse

  25. cristane54
    Jan 29, 2019 @ 13:18:00

    Bonsoir chère Colette,
    bien beau ce poème je connaissais pas du tout et un bel hommage a notre nature si belle pour cela qu’il faut la présever la seule chose belle et bonne gratuit bisou mon amie bon mercredi ❤

    Réponse

  26. bizak
    Fév 01, 2019 @ 07:23:20

    Il faut un grand souffle d’âme pour se déployer avec tant d’envolées lumineuses pour nourrir ses rêves et chanter l’ivresse .
    Sublime poème. Merci

    Réponse

Un plaisir pour moi, que de vous lire en commentaire : Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 558 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :