Pour ce lundi 22 octobre : Écrire un texte selon l’image (en vers ou en prose)

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

Défi N°210

À la barre :

MARTINE (QUAI DES RIMES)

Pour ce lundi 22 octobre_Écrire un texte selon l'image_ob_f515ed_p1170169

Photo de Martine elle-même

Moustaches, que titille le vent ;

Vroum, vroum, vroum en voyage tout l’temps !

Sois prudente ma souricette,

Attention au chat qui te guette !

.

Je vois que tu braves le temps

Et, toujours tu vas de l’avant.

Vroum, vroum, vroum sur ton p’tit tricycle !

Des saisons, couvre bien le cycle.

.

Les deux pattes sur le guidon,

Les deux roues en accordéon.

Surveille-moi au prochain tournant ;

Vroum, vroum, vroum car, j’ai tout mon temps.

.

Te voilà gros chat aux aguets ;

Toi, mon pire ennemi inquiet !

Vroum, vroum, vroum, j’t’aurai le caquet ;

Bon voyage à toi mon coquet !

.

Vroum, vroum, vroum en  voyage tout l’temps ;

J’ai gagné, attendant mon temps !

Pour toi ces jolies fleurs des champs,

On s’prépare pour ton enter’ment !

Bonne semaine

à

toutes et tous !

Colette

À vos plumes chez Arlette 2018, N°22

a-vos-plumes-1-fevrier-20181

CHEZ ARLETTE

Avec les mots :

Amie, weekend, monotonie, anecdotes,

réserver, entendre, incruster, raconter, pouvoir,

catimini.

~

En ce samedi, weekend d’automne plutôt pluvieux, quoi de mieux que de recevoir une amie à dîner. En catimini, dans une salle réservée à cette fin, on se raconte des anecdotes de ces moments piquants incrustés tout au long des années où nous avons œuvré ensemble au sein d’un organisme communautaire. On ne se lasse pas de les entendre répétés à tour de rôle par l’une et l’autre. Il est bon, de pouvoir ainsi se les raconter à l’occasion. Cela rompt la monotonie du quotidien des jours de pluie et, surtout cela réchauffe le cœur.

Photo prise en toute fin d’après-midi avant d’écrire mon texte.

~

Bon dimanche mes ami(e)s !

Colette

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Le premier jour

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°183

~

Les défis de la Plume d'Evy, thème_Le premier jour

Des décennies de ça ;

une photo bien d’ce temps.

Je n’sais pas trop pourquoi ;

pas l’goût d’le faire avant.

L’annonce d’un p’tit voyage

alors, tout bascula.

Un grand lac convoité,

ne pas savoir nager

non, pas question de ça.

Sans personne pour m’aider ;

j’leur faisais pas confiance.

Une vraie tête de co … ;

voulant apprendre toute seule.

En moi, j’avais confiance.

Tout au bord, pas si loin,

les genoux écorchés ;

à tout prix m’faut flotter,

Ce jour-là, j’décidai,

ce fut le premier jour.

La têtue a gagné,

de nager, de flotter

en toute sécurité.

Et puis, un jour enfin,

de largeur en longueur,

le lac je traversai.

Ces instants merveilleux,

en groupe partagés :

Merveille réalisée ;

la victoire sous leurs yeux.

~

Bonne fin de semaine,

Colette

Chez Lenaïg, thème : Du raisin

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Chez Lenaïg, thème_Du raisin

Un simple regard

La grappe de l’appétit

L’eau à la bouche

~

Grappe bien mûre

Oui un grain pas sans l’autre

Quel bon raisin bleu

~

Un jus de raisin

Seul(e) ou en bonne compagnie

Ma soif apaisée

~

Vigne plantureuse

Parfumé et délicat

Le vin du raisin

~

Vigne fructueuse

Tout au cœur de ta maison

Voilà ton épouse 😉

~

… et d’ABC :

fruit de la vigne

et du travail des hommes

en partage

~

Bon vendredi

à

chacune et chacun,

Colette

Pour ce jeudi 18 octobre : La bicyclette

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

MARTINE (QUAI DES RIMES)

Chanson de Pierre Barouh, immortalisée par Yves Montand.

A bicyclette (Pierre Barouh)

 .

Quand on partait de bon matin

Quand on partait sur les chemins, à bicyclette

Nous étions quelques bons copains

Y avait Fernand y avait Firmin

Y avait Francis et Sébastien, et puis Paulette

 .

On était tous amoureux d’elle

On se sentait pousser des ailes, à bicyclette

Sur les petits chemins de terre

On a souvent vécu l’enfer

Pour ne pas mettre pied à terre, devant Paulette

 .

Faut dire qu’elle y mettait du cœur

C’était la fille du facteur, à bicyclette

Et depuis qu’elle avait huit ans

Elle avait fait en le suivant

Tous les chemins environnants, à bicyclette

.

Quand on approchait la rivière

On déposait dans les fougères, nos bicyclettes

Puis on se roulait dans les champs

Faisant naître un bouquet changeant

De sauterelles, de papillons, et de rainettes

 .

Quand le soleil à l’horizon

Profilait sur tous les buissons, nos silhouettes

On revenait fourbus contents

Le cœur un peu vague pourtant

De n’être pas seul un instant, avec Paulette

 .

Prendre furtivement sa main

Oublier un peu les copains, la bicyclette

On se disait c’est pour demain

J’oserai, j’oserai demain

Quand on ira sur les chemins, à bicyclette

Bon jeudi à toutes et tous !

Colette

Aaron

ICI

Aide son frère MoÏse à libérer le peuple :

Aaron et MoÏse pour le même combat.

Rassurés par Dieu pour la lutte contre Pharaon.

On constate : frères jusqu’au bout, aime mais,

      un peu jaloux de Moïse l’élu de Dieu.

Nentreront pas dans la Terre promise :

      pour avoir douté.

.

Aaron est un prénom d’origine hébraïque.

Un dérivé du prénom hébreu

« Aharon »

qui signifie

« celui qui vient après »

.

Bon mercredi mes ami(e)s,

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : La prison

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

LA PRISON, thème proposé par Renée

~

Titre : Sur le Tasse en prison

Poète : Charles Baudelaire (1821-1867)

Recueil : Les épaves (1866).

Sonnet.
.

Le poète au cachot, débraillé, maladif,
Roulant un manuscrit sous son pied convulsif,
Mesure d’un regard que la terreur enflamme
L’escalier de vertige où s’abîme son âme.
.
Les rires enivrants dont s’emplit la prison
Vers l’étrange et l’absurde invitent sa raison ;
Le Doute l’environne, et la Peur ridicule,
Hideuse et multiforme, autour de lui circule.
.
Ce génie enfermé dans un taudis malsain,
Ces grimaces, ces cris, ces spectres dont l’essaim
Tourbillonne, ameuté derrière son oreille,
.
Ce rêveur que l’horreur de son logis réveille,
Voilà bien ton emblème, Âme aux songes obscurs,
Que le Réel étouffe entre ses quatre murs !
.

Écrit en 1842.

Charles Baudelaire.

~

Bon mardi mes ami(e)s,

Colette

Imagecitation 39, N°2 / Les défis écriture de Ghislaine, N°74

Imagecitation

C’EST ICI

Imagecitation 39_N°2

La vanité fait partie du talent :

il est est comme une montgolfière

qui ne s’élève

que lorsqu’elle est gonflée.

Antoine de Rivarol

~

Éphémères, que toutes ces harpies de tes songes nocturnes : pure utopieMéconnu, fatigué d’être toi-même, en pareil cas, gonfle-toi l’égo un peu ! Nul besoin de miroir pour ce faire ! Tu vois l’image ci-haut … fais comme eux, élève-toi dans les airs un moment ; tu verras comme tu es courageux, fort et beau ! Tu seras fier de toi et heureux ! Bonne envolée !

~

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

GHISLAINE

C’était avec les mots :

Songe, méconnu, image, pareil,

nocturne, éphémère, harpies, utopie.

+ la phrase :

Nul besoin de miroir pour

~

Bonne semaine

à

toutes et tous !

Colette

Imagecitation 39 / À vos plumes chez Arlette 2018, N°21

C’EST ICI

L’ours en cage ne peut que satisfaire l’ambition aventureuse des faibles,

tandis que le cerf sauvage évoque une liberté et une vigueur pénétrantes.

Yu Dafu

~

Mais, qu’est-ce que cette cavalcade à tout rompre, au loin, dis donc ? Ce n’est certes pas les doux petits sauts furtifs des cabris en folie !

En un rien de temps, en voilà l’aboutissement, tout droit devant nous. Ce cerf sauvage détaché du groupe semble avoir échafaudé le désir de nous révéler son secret d’ivre liberté et de vigueur pénétrantes. Par son attitude si limpide, on le croirait fin prêt à en causer avec nous !

PAR ICI

C’était avec les mots :

Cavalcade, cabri, aboutissement, folie,

causer, échafauder, révéler, rompre,

limpide, secret, furtif, ivre.

~

Bon dimanche mes ami(e)s,

Colette

Thème d’octobre chez ABC : Le marcheur

Thème de mars chez ABC_89tgvdClTQPJytwM88fGBfkieO4@250x196

ICI

Le marcheur

Thème d'octobre chez ABC_Le marcheur_6FQr4gj6khKZCJsbVTzLo5rjQgQ@500x334

De l’est à l’ouest ;

du sud au nord.

Beurré  😉 d’éclats de diamants ;

beurré 😉 de poussières d’étoiles.

Cet homme de caractère,

tout comme le veut sa mission ;

tourne dans le bon sens, à tout vent.

Nul besoin de boussole ;

il est le roi du vent.

Toujours de l’avant ;

dans ce sens du vent.

Ni rouillé, ni grinçant ;

salue à tout vent.

Sans passer à tabac ;

ni ralentir le pas.

~

Bonne fin de semaine

à

chacune et chacun !

Colette

Previous Older Entries Next Newer Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 684 autres abonnés