Pour ce jeudi 11 octobre : L’obscurité

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

N°209

À la barre :

JEANNE FADOSI

Le soir, au clair de lune

(Albert Samain 1859-1900)

.

Le ciel comme un lac d’or pâle s’évanouit,

On dirait que la plaine, au loin déserte, pense

Et dans l’air élargi de vide et de silence,

S’épanche la grande âme de la nuit.

 .

Pendant que çà et là brillent d’humbles lumières,

Les grands bœufs accouplés rentrent par les chemins,

Et les vieux en bonnet, le menton sur les mains,

Respirent le soir calme aux portes des chaumières.

 .

Le paysage, où tinte une cloche est plaintif

Et simple comme un doux tableau de primitif

Où le Bon Pasteur porte l’agneau blanc sur l’épaule.

.

Les astres au ciel noir commencent à neiger,

Et là-bas, immobile au sommet de la côte

Rêve la silhouette antique d’un berger.

 .

Vers l’Occident, là-bas, le ciel est tout en or,

Le long des prés déserts où le sentier dévale

La pénétrante odeur des foins coupés s’exhale,

Quand vient l’heure émouvante où toute la terre s’endort !

 .

La faux des moissonneurs a passé sur les terres,

Les repos succèdent aux travaux des longs jours,

Parfois une charrue, oubliée des labours,

Sort comme un bras levé, des sillons solitaires.

 .

La nuit à l’Orient verse sa cendre fine,

Seule au couchant s’attarde une barre de feu ;

Et dans l’obscurité qui s’accroît peu à peu

La blancheur de la route à peine se devine.

 .

En jeune veuve éplorée, la terre pleure son défunt

Comme pour le remplacer à l’horizon s’élève

Une lumière de lune, toute pâle et si légère,

 .

Dans l’ombre et les parfums

Superbe fille de Ré,

Tu viens nous éclairer.

.

(Extraits du chariot d’or)

Bon jeudi

à

chacune et chacun,

Colette

Publicités

Les défis de la Plume d’Evy, thème : Si seulement

ob_a34eb5_baniere-evy-3

LA PLUME D’EVY

N°182

~

Si seulement j’étais riche,

j’aimerais réchauffer les cœurs ;

tous les cœurs.

Les cœurs de mes frères et sœurs

qui manquent de chaleur.

Les cœurs de tous ceux

qui sont dans la peine,

les cœurs de tous ceux

qui sont dans la joie,

pourraient aussi compter sur moi.

.

Si seulement j’étais riche,

je ferais de mon mieux

pour que tous aient un toit.

Je veillerais qu’on prenne soin

des pauvres et des isolés,

de ceux qui manquent

de tendresse et d’amour ;

de tous, j’aurais pitié.

.

Si seulement j’étais riche,

plus d’enfants, plus de femmes,

ne seraient exploités.

Tous auraient de quoi manger

à se rassasier.

Tous auraient largement

de quoi se vêtir …

Je sais que ce rêve,

je ne puis seule l’assouvir.

.

Si seulement j’étais riche,

j’aimerais réchauffer les coeurs ;

les cœurs de mes frères et sœurs

qui manquent de chaleur.

~

Sincèrement,

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 535 autres abonnés