Pour ce lundi 4 juin : Lettre d’un personnage fictif d’un roman

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

ASFREE

Nous pouvons imaginer qu’un personnage fictif rencontré à travers un roman ou un film nous écrive. À moins que ce soit nous qui avons quelque chose à lui dire. Nous présentons ce personnage, sa lettre ou la nôtre :

Les croqueurs de mots défi N°206

Chère Colette,

Toi, qui as tant de mémoire, je suis certain que tu te souviens de moi, le jour où Gabrielle souleva le store de sa fenêtre pour offrir son visage à la douce chaleur du soleil, malgré la stricte interdiction de Gladys, l’épouse d’Octavius, celui-là même qui l’avait violée, un peu avant ses seize ans, alors qu’elle se baignait dans un endroit secret du bayou. Étant incapable d’avoir un enfant, Gladys proposa alors un étrange marché. Gabrielle dû venir s’installer chez elle, le temps de faire croire à sa propre grossesse.

Bon, je reviens à moi, je suis celui qui fit des cabrioles et des pirouettes sous la fenêtre de Gabrielle, tenue prisonnière dans l’ancienne chambre d’enfant de Gladys. Surpris alors par mon père pendant notre temps de travail sur le terrain, je pris la poudre d’escampette, pour en revenir le soir même, déposer à sa fenêtre un bouquet de jacinthes noué par une ficelle.

Là, avec ces détails, tu devines, qui je suis, j’en suis sûr. Oui, je suis bel et bien Henry. Tu te souviens sans doute également, le moment où j’osai pénétrer dans sa chambre et ce jour fut heureux et spécial car j’arrivais juste à temps pour apercevoir sa grimace de souffrance à son visage et toute son inquiétude.

Par des signes, que j’étais venu à bout de lui enseigner au long des jours, étant sourd-muet de naissance et par ses mimiques, je compris que le bébé était sur le point de naître. Avec le message qu’elle me griffonna sur papier, une heure à peine plus tard, je revins en compagnie de sa mère et, tu connais la suite.

J’ai du flair et, je m’imagine l’intérêt que tu y as mis à lire ce chapitre, toi qui a travaillé plusieurs années avec des personnes sourdes.

Je viens donc ici, par l’entremise de cette lettre, t’exprimer mon plus affectueux merci et toute ma reconnaissance.

Sincèrement et de tout mon cœur,

Henry

Bonne semaine !

Colette

Publicités

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 499 autres abonnés