Chez Lenaïg, thème : Les îles

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Chez Lenaïg, thème_Les îles

Eh bien oui une île

De chaque côté de moi

Modestes c’est sûr

Étude ou lecture

De bien beaux après-midi

Bancs improvisés

Vacances nature

Nostalgie du souvenir

Les belles années

N.B. : Peu de photos de l’époque. Malheureusement, je ne puis vous les présenter mais, elles étaient bien là ; soyez-en assuré(e)s. Elles y sont toujours bien entendu mais, nous n’avons plus le chalet. Nous nous y rendions en chaloupe ou en pédalo mais, le  plus souvent en chaloupe. Rien qu’à y penser, j’en ressens encore les bienfaits.

Bon vendredi mes ami(e)s !

Colette

Publicités

Pour ce jeudi 31 mai : La liberté

Défi N°206

Gourmandise_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

ICI

À la barre :

ASFREE

De Maurice Carême (1899 – 1978) :

.

Liberté

.

Prenez du soleil

Dans le creux des mains,

Un peu de soleil

Et partez au loin !

.

Partez dans le vent,

Suivez votre rêve;

Partez à l’instant,

la jeunesse est brève !

.

Il est des chemins

Inconnus des hommes,

Il est des chemins

Si aériens !

.

Ne regrettez pas

Ce que vous quittez.

Regardez, là-bas,

L’horizon briller.

.

Loin, toujours plus loin,

Partez en chantant !

Le monde appartient

A ceux qui n’ont rien.

.

Maurice Carême

Bon jeudi

à

toutes et tous !

Colette

À vos plumes chez Arlette 2018, N°9

a-vos-plumes-1-fevrier-20181

CHEZ ARLETTE

Avec les mots :

Moment, joie, temps, senteur,

orner, surveiller, s’évader, profiter,

mille, bon, gratuit, délicat.

~

Comme il fait bon, en ce moment printanier, de s’évader de temps en temps au jardin pour profiter des mille et une délicates senteurs offertes. C’est gratuit et si bienfaisant.

À vos plumes chez Arlette_2018_N°9

Brise légère aidant, les iris, dans leur jolie robe, saluent au passage.

À vos plumes chez Arlette_2018_N°9_2

Le pommier est là, orné de ses belles fleurs blanches prémices de délicieuses pommes. Hélas, les nombreux écureuils surveillent d’un œil vif et apportent définitivement le tout à notre plus grande déception.

À vos plumes chez Arlette_2018_ N°9_3

Plus loin, tout au fond, je suis attirée par le parfum du lilas. Je ne puis résister à en cueillir une grosse grappe. J’en profite au maximum et je rentre toujours le cœur rempli de joie devant notre si belle nature.

~

Amicalement et en toute amitié,

Colette

Jeu des acrostiches chez Lenaïg : Rhinocéros

ob_ef2837_20180129-233429-2

C’EST ICI

En ce mercredi le mot sera : RHINOCÉROS

~

Rapide mais, sur une courte distance.

Ha ! Très agile, il est, car,

Il peut faire volte-face en pleine course.

Noubliez pas sa très bonne audition !

On dit que ses cornes sont une protubérance de sa peau.

Cornes, oui, sur le nez, il a (une ou bien deux) ;

Évidemment selon son espèce propre.

Rugueuses à la base sont ses cornes.

Ont une couleur sombre : peut virer au maron clair.

Sa capacité visuelle  étant faible, voyez-le venir !

rhinoceros_017

Gif : toutimage

~

Bon mercredi mes ami(e)s !

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : Tristesse

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

Tristesse, thème proposé par :

Violette Dame Mauve

~

La maison solitaire

.

Nérée Beauchemin (1850-1931)

.

Seule, en un coin de terre où plane la tristesse
Et le mélancolique et vague ennui des soirs,
La vieille maison blanche, aux grands contrevents noirs,
Pleure-t-elle ses gens, son hôte, son hôtesse ?

.

Avec sa porte close et ses carreaux en deuil
Qui ne semblent, au loin, qu’un vaporeux décalque,
La maison blanche et noire a l’air d’un catafalque
Érigé sur le vide et la nuit d’un cercueil.

.

À la croix des pignons tachés d’ocre et de suie,
Comme un crêpe fané, la mousse vole au vent,
Et l’on dirait, parfois, qu’il tombe de l’auvent
Une neige de cendre et des larmes de pluie.

.

Trois générations ont peiné dans ce lieu :
Trois générations de laboureurs de terre
Ont vécu longuement le rêve solitaire,
Qui commence à l’autel et finit devant Dieu.

.

Tout semble mort… Soudain, la vitre qui brasille
S’ouvre, et, tel qu’au matin, brille un coquelicot,
Une face vermeille apparaît, et l’écho
Éparpille un fredon d’enfant qui s’égosille.

.

Rouge d’orgueil, le fier petit gars d’habitant,
Que le ber ancestral a couvé dans la paille,
Du jeu d’un gosier d’or, éblouit la marmaille
Et fait taire le merle et le coq éclatant.

.

Et la vieille maison, tant de fois attristée
Par le glas et l’adieu des funèbres convois,
Reprend jeunesse et vie au seul son de la voix
Qui conjure l’ennui, dont son âme est hantée.

.

Le vieil âge n’est plus. Voici le jeune temps :
L’aurore entre malgré la fenêtre morose ;
La chambre se plafonne et se meuble de rose ;
La maison recommence à vivre ses vingt ans.

.

Et le chef du travail, dehors à coeur d’année,
Bénit l’horizon clair et le soleil levant,
Le nuage et l’oiseau, la rosée et le vent,
Qui lui promettent tous une belle journée.

.

Nérée Beauchemin

.

CatégoriesNérée BeaucheminNostalgieSolitude

 

~

Bon mardi !

Colette

Les défis écriture de Ghislaine N°64

7znbGGckpAjpEAyq2Ca9Cv4Ahl4@299x128

ICI

Avec les mots :

Porteur, espoir, nuage, fumée,

dire, chasser, indiquer, venir.

ou

Avec cette phrase :

« Chacun est le meneur de sa vie »

Je choisis les deux

Les défis écriture de Ghislaine N°64

~

Quand tu broies du noir …

Quand tu manques d’espoir

Quand tous les nuages sont noirs …

Dis-toi bien que tu es porteur d’un grand pouvoir

sur toi-même.

Surmonte et chasse au loin cette fumée noire et,

vois venir les coups.

Quand tu broies du noir …

Quand tu manques d’espoir …

Quand tous les nuages sont noirs …

N’oublie surtout pas ce que t’indiquent ces mots :

« Chacun est le meneur de sa vie »

~

Bonne semaine mes ami(e)s !

Colette

Détesté / Aimé

deteste-aime_maski-grustno-veselo-1

PAR ICI

Chaque dernier samedi du mois (donc ce 26 mai), Renée nous demande de lui parler un peu d’un évènement ou moment que nous avons détesté et aussi de lui parler de ce que nous avons particulièrement aimé.

~

DÉTESTÉ

(moins aimé)

~

  • 1er mai : Dû aux changements climatiques, les crues historiques qui défigurent le territoire québécois et inondent les maisons depuis deux ans sont le début de catastrophes naturelles qui prendront de l’ampleur et s’accentueront au cours des prochaines années.

  • 6 mai : Malgré le printemps froid et tardif, la maladie de Lyme fait déjà des victimes au Québec. Cette maladie, qui s’attrape par la morsure d’une tique, peut avoir des conséquences très graves si elle n’est pas soignée rapidement.

  • 7 mai : Selon une nouvelle étude, les québécois ont plus de contaminants, comme le plomb, dans le sang et l’urine que le reste des Canadiens.

  • 8 mai : La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a annoncé une hausse de 63% des décès de jeunes sur les routes du Québec en 2017, une statistique préoccupante pour l’organisme et le ministre des Transports.

  • 12 mai : La FTQ-Construction dénonce les retards pour livrer les programmes de prévention en santé et sécurité sur les grands chantiers du Québec.

  • 13 mai : Le nombre de drones interceptés au-dessus des centres de détention du Québec a bondi de 4500% en quatre ans en raison de la facilité grandissante d’accéder à cette technologie.

  • 25 mai : L’on prévoit une fin de semaine sous la grisaille. Après un temps frais, les températures vont enfin remonter, dès ce vendredi, avec un ressenti jusqu’à 30°C pour le sud. La fin de semaine devrait être plutôt grise avec de légères averses sur l’ensemble de la province.

~

AIMÉ

~

  • 8 mai : Millions de descendants, plus de 9% du patrimoine génétique des québécois découleraient directement des Filles du roi arrivées ici il y a 355 ans.

  • 13 mai : Dimanche cinéma pour moi, La Bolduc – Film de François Bouvier écrit par Frédéric Ouellet. Ce film nous replonge dans la vie de Mary Travers Bolduc (1895-1941) l’une des icônes qui a marqué l’histoire collective québécoise. Avec en arrière-plan la crise des années 20-30 et les premiers élans de la lutte pour les droits de la femme, le scénario relate la carrière fulgurante de Mary Travers Bolduc, son mariage difficile et sa relation touchante avec sa fille aînée, Denise, qui jouait du piano sur les disques de sa mère et rêvait de devenir actrice à Hollywood. C’est Debbie Lynch-White qui incarne cette figure légendaire. Elle relève ce défi haut la main. Elle est totalement investie par le personnage, autant dans les scènes dramatiques que dans les numéros musicaux et les moments où La Bolduc transmet sa joie de vivre et sa bonne humeur contagieuse. Même si la réussite du film repose en grande partie sur le jeu de Debbie Lynch-White, le reste de la distribution s’avère aussi convaincant. Émile Proulx-Cloutier est touchant dans la peau du mari de la Bolduc qui est complètement dépassé (humilié) par le succès et la réussite de sa femme.

    gala-homard

  • 23 mai : Miam ! Miam ! C’est la 9e édition du souper homard de la fondation Signes d’Espoir. Cela a lieu au Terminal du Port de Québec. La Fondation Signes d’Espoir remet l’ensemble des fonds amassés à Signes d’Espoir (lieu où j’ai travaillé 13 ans, de 1993-2006), le seul organisme au Québec pour personnes sourdes avec un handicap associé. 17 h 30 à 18 h 30 : Cocktail de bienvenue et allocutions ; 19 h 00 : Début du souper : une déclinaison de homard sous toutes ses formes ; Cocktail, le repas risotto-homard et vin tous à volonté ; en tout temps : animations thématiques, cinéma muet et encan silencieux ; 22 h 00 : Fin de la soirée.

  • 23 mai également : L’espérance de vie est restée stable au Québec en 2017, a annoncé l’institut de la Statistique du Québec (ISQ). L’espérance de vie est de 80.6 ans pour les hommes et de 84.5 pour les femmes de la province.

~

Bon et beau week-end

à

chacune et chacun !

Colette

 

Chez Lenaïg, thème : Les zoos

ob_47e434_ob-af9570-ob-5ad1bc-450px-rakushisha-s

C’EST ICI

Par un bel été

Aux couleurs verdoyantes

En route pour le zoo

~

Très tôt le matin

L’enchanteur zoo de Granby

Aux premières lueurs

~

Les vitres levées

Au travers des animaux

Quels bons souvenirs

singe-image-animee-0192

Singes grimpeurs

Majestueuses girafes

Meilleurs impressions

Chez Lenaïg, thème_Les zoos

Du nouveau c’est sûr

De cela bien des années

Visite à refaire

~

Un incontournable

Ce très beau zoo du Québec

En toutes saisons.

~

Bon vendredi

à

chacune et chacun !

Colette

Jeu des acrostiches chez Lenaïg : Adventice

ob_ef2837_20180129-233429-2

C’EST ICI

En ce mercredi le mot sera : ADVENTICE

~

Ainsi, grandit à vue d’oeil, le petit voisin.

De se le dire, à le voir pousser de la sorte :

Vraie «mauvaise herbe» tout en bras et en jambes.

Et, de le comparer, là alors, ne vous déplaise,

Non pas à un haut chou gras ; vais-je le dire …

Tant qu’à y être, alors, oui, on a choisi un pissenlit.

Ici, avec ça, vous saisissez bien, c’est sûr : un pisse-en-lit.

Courage, mon homme, cela passera … chut ! … chut ! …

Et, le jour de tes noces, on aura tout oublié ; c’est certain !

Jeu des acrostiches Chez Lenaïg_Adventice

Adventice : est une plante herbacée et ligneuse qui se trouve dans un agroécosystème sans y avoir été intentionnellement installée. Elle correspond approximativement aux expressions «mauvaises herbes» ou «herbes folles» dans le langage courant.

~

Bon mercredi mes ami(e)s !

Colette

Mardi poésie chez Lady Marianne : Les marins-la mer

ob_9c1c60_ob-8b13e0-ob-bf595f-ob-53a5fa-ob-0d3a1

LADY MARIANNE

Les marins-la mer, thème proposé par :

Monica de Normandie

~

Titre : La mer

Poète : René-François Sully Prudhomme (1839-1907

.

Recueil : Les solitudes (1869).

.

La mer pousse une vaste plainte,
Se tord et se roule avec bruit,
Ainsi qu’une géante enceinte
Qui des grandes douleurs atteinte,
Ne pourrait pas donner son fruit ;

.

Et sa pleine rondeur se lève
Et s’abaisse avec désespoir.
Mais elle a des heures de trêve :
Alors sous l’azur elle rêve,
Calme et lisse comme un miroir.

.

Ses pieds caressent les empires,
Ses mains soutiennent les vaisseaux,
Elle rit aux moindres zéphires,
Et les cordages sont des lyres,
Et les hunes sont des berceaux.

.

Elle dit au marin : « Pardonne
Si mon tourment te fait mourir ;
Hélas ! Je sens que je suis bonne,
Mais je souffre et ne vois personne
D’assez fort pour me secourir ! »

.

Puis elle s’enfle encore, se creuse
Et gémit dans sa profondeur ;
Telle, en sa force douloureuse,
Une grande âme malheureuse
Qu’isole sa propre grandeur !

.

René-François Sully Prudhomme.

~

Bon mardi !

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 525 autres abonnés