À toi que j’aime

Pour la Communauté des Croqueurs de Mots

Défi N°165

http://petitesgraines.eklablog.com/defi-165-mene-par-durgalola-a125733966

À toi que j'aime_fountain-pen-447576_960_720-300x198

En 30 lignes maxi, dites à quelqu’un que vous aimez … quelque chose …

Et comme unique contrainte, mentionner le nom d’une fleur.

~

Chère Cassandre,

En milieu d’après-midi, je marchais tout bonnement de long en large, sur notre terrasse d’en haut, sous la voûte du firmament, lorsque je levai les yeux et que j’aperçus le ciel tout bleu. C’est avec bonheur et joie au cœur, qu’à ce moment précis, je nous revis toutes jeunettes, au bocage, derrière le couvent. Je me remémorai alors en pensée, ce bleu tapis de myosotis, de chaque côté du petit sentier du sous-bois, entre les grands arbres, où nous aimions tant et tant déambuler, nous entretenant de tout et de rien. Je fermai les yeux un instant, afin de mieux savourer la chance que nous avions alors, au cœur de notre petit village campagnard. Moments privilégiés que nous vivions sans trop le réaliser, car adolescentes, nous étions. Cela faisait tout simplement partie de notre vie quotidienne, un point c’est tout.

Je constatai également la différence de température de ce jour, d’avec celle de ce temps jadis. Même si le soleil brillait de tous ses éclats, je portais un manteau de printemps court et léger, tout de même, ainsi qu’un foulard. Tandis qu’à pareille date, en ces années, nous étions simplement habillées de nos costumes de couventines.

Je réfléchissais à cela, en me disant en moi-même, que si la planète se réchauffe, ce n’est certainement pas dans ce sens et pour nous, du mois, dans l’immédiat. Pourtant, lorsqu’on voit dans les différents reportages, les glaciers polaires fondre à vue d’œil, ouf ! … cela fait peur, en pas pour rire. Pauvres gros nounours, ils font bien pitié, hélas ! Jusqu’où cela pourra-t-il tenir !

Je te laisse, pour l’instant, en te donnant rendez-vous en juillet. Là, nous prendrons le chemin de la rivière et nous pourrons ensemble, revivre bien d’autres souvenirs d’antan. Porte toi  bien et à bientôt. J’adore ces retours aux sources. Je pourrais t’en citer bien d’autres mais notre plaisir en sera d’autant plus grand de se les remémorer ensemble.

Je termine par cette citation de Christian Bobin que j’aime bien : «Quand on aime quelqu’un on trouve toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire jusqu’à la fin des temps.»

Avec toute mon amitié,

Colette

Bonne semaine

à

toutes et tous !

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 746 autres abonnés