Histoire d’un livre

Défi N°160

http://leblogdelenaig.over-blog.com/2016/02/defi-des-croqueurs-de-mots-n-160-lenaig-a-la-barre-un-personnage-sort-du-livre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Histoire d'un livre

Lorsqu’elle fit son entrée en ce monde, elle était une petite fille désirée de sa mère et de son père : l’amour de leur vie. Comme souffrir fait partie de l’existence et qu’il n’y a rien de parfait en ce monde, son commencement sur terre ne fut pas facile. À peine âgée de six mois, voilà qu’elle tombe subitement malade. Dépaysés, remplis de chagrin mais tricotés serrés, ses parents femme et homme de foi et d’une grande obéissance à la volonté de Dieu, placent en Lui toute leur confiance.

C’est une façon de parler et non de vous punir en ce jour mais, jamais, vous ne verrez les photos de ces personnages figurer avec éclat dans un livre car, il ne sera pas édité. La raison en est bien simple, c’est qu’il serait le mien. Cette petite fille c’est moi plutôt (c’était moi en ce temps). Bien des années plus tard, je suis toujours fière du sens qu’ils ont donné à ma vie.

Bon jeudi mes ami(e)s !

Colette

Marine

Marine

Sainte Marine

Bel et bien née en Bythinie,

il y a de cela fort longtemps.

oui, au huitième siècle, mes ami(e)s ;

 c’est toute une histoire de ces temps.

.

Son père ayant perdu sa femme,

il préféra Dieu à sa fille,

dix-sept ans, pas encore une dame ;

s’ennuya fort de sa gentille.

.

Du père Abbé la permission,

aussi, la chercher il alla,

oui, de son présumé garçon ;

les cheveux lui-même lui coupa.

La déguisée, nommée Marin,

de l’habit, on la revêtit,

qu’à sa mort, on le sut enfin ;

qu’elle était sa p’tite chérie.

.

N.B. : Les années passèrent et son père mourut.

Il (elle) fut accusé(e) de la séduction de la fille d’un hôtelier

du voisinage, qui attendait un enfant d’un soldat.

Marin recueillit l’enfant et vécut alors cinq ans

hors du monastère. Les frères intercédèrent son retour.

Le Père Abbé lui confia alors un travail manuel

au-dessus de ses forces.

Il en succomba après quelques jours de maladie.

C’est au moment de la toilette mortuaire,

qu’on en découvrit la vérité.

C’était en 750.

.

Pour participer :

http://jill-bill.eklablog.com/liste-des-prenoms-du-mercredi-a113378960

.

Bon mercredi

à

toutes et tous !

Colette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 813 autres abonnés