Quelle sauce !

Pour les Croqueurs de mots :

N°151

Quelle sauce !_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

http://quaidesrimes.over-blog.com/2015/09/defi-151-des-croqueurs-de-mots-7-peches-capitaux.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Il n’y aura pas de fond à mon libertinage. Vos femmes, vos filles, vos matrones, vos vierges, ne pourront remplir la citerne de mes désirs, et mes passions franchiront toutes les digues opposées à ma volonté. Mieux vaut Macbett qu’un souverain tel que moi. Outre cela, il y a dans ma nature composée des plus mauvais instincts, une avarice si insatiable, que, pendant mon règne, je trancherai les têtes de tous les nobles pour avoir leurs terres. Il me faudra les joyaux de l’un, la maison de l’autre, et chaque nouvel avoir ne sera pour moi qu’une sauce qui me rendra plus affamé. Je forgerai d’ injustes querelles avec les meilleurs, avec les plus loyaux et je les détruirai pour avoir leur bien.

Macbeth, IV, 3

William Shakespeare

Bon jeudi à chacune et chacun !

Colette

Clarisse

Clarisse

Claire, Clarisse, Cécile ou Sigeberge,

La troisième abesse du Saint-Mont.

Abesse du VIIe siècle, qui de

Romaric, a donné naissance à Remiremont,

fit écrire la vie.

Il serait son père,

Selon certaines traditions.

Sympathique,

Et mystérieuse, Sainte Claire intrigua,

par ses multiples noms.

.

Pour participer :

http://jill-bill.eklablog.com/liste-des-prenoms-du-mercredi-a113378960

.

Bon mercredi mes ami(e)s !

Colette

Rimons avec la tettre «P»

Faire un texte en rime, tout en suivant l’alphabet.

Cette semaine :

Rimons avec la lettre «P»

Rimons avec la lettre «P»

Une vieille table, Barnabé a retapée.

Cela n’est pas à louper,

que se dit pépé.

Ce soir, de deux paquets enveloppés,

est arrivé après le souper.

Pour Bethsabée, une poupée,

et pour Caleb un jeu bien équi.

Dans le but de bien s’occuper,

autour de la table attroupés,

par le chat angora épiés ;

des phrases, on a entrecoupées,

de ces mots coupés,

des syllabes on a regroupées.

Ainsi, vous pouvez me croire,

la soirée ne fut pas sapée.

Bonne semaine

à

chacune et chacun !

Colette

La rêveuse

La rêveuse_atelier3-20-09-27-09-2015

https://filamots.wordpress.com/2015/09/20/2015-3-atelier-decriture-du-20-09-27-09-2015-minuit/

Éloïse flânait depuis un bon moment dans cette galerie d’art, lorsqu’elle fut curieusement attirée d’admiration, devant l’autoportrait d’un personnage d’un autre siècle, brandissant un poignard. Après je ne sais combien de temps de profonde contemplation, elle s’entendit chuchoter à l’oreille : Madame ! … Madame ! … Se retournant alors, elle aperçut avec effroi cet homme lui-même, en personne, tout près d’elle, qui s’apprêtait à l’embrasser. Elle fit ni un, ni deux, prit ses jambes à son cou et vola plus qu’elle ne descendit l’escalier en hélice ; de manière, qu’elle se retrouva directement sur le trottoir, ce soir de pleine lune. Toute frissonnante de ce petit vent glacial des premières nuits d’automne, elle se réveilla en sursaut dans son lit. Ouf ! Se dit-elle, je ne raconterai jamais cela à qui que ce soit, car comment démentir alors, mon penchant à me complaire dans de telles pensées chimériques, de peur que l’on m’enferme dans cette collection de rêveurs !

Bon dimanche mes ami(e)s !

Colette

Ils auront la vie

 

cté_les_passeurs_de_mots

Sur le thème de l’eau

Ils auront la vie_photo MMR

Photo :

Le matin, l’eau…

Calme et paix des eaux profondes,

Ne crains pas d’y avancer.

Trouve le poisson que tu es ;

Viens t’abreuver à la source.

Sans bruit vogue sur le lac.

Sur la voile de l’océan.

Bercé(e) des vagues de mer.

Fidèle le fleuve à sa source.

Si quelqu’un a besoin d’eau,

S’il trouve à combler sa soif,

Son besoin ainsi comblé ;

De là, il apprendra l’eau.

Tout humain a droit à l’eau.

Donne un verre d’eau à ta sœur,

Donne un verre d’eau à ton frère ;

Ainsi, ils auront la vie !

Bonne poursuite de ce jour

et

agréable vendredi !

Colette

À quel âge est-on vieux ?

À quel âge est-on vieux ?_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

http://jill-bill.eklablog.com/oyez-oyez-les-croqueurs-de-mots-a118694402

~

À cinq ans je croyais que l’on devenait vieux,

Sitôt qu’on atteignait la dizaine d’années.

Mais quand mes dix printemps sonnèrent glorieux,

Je remis à quinze mes caduques données.

~

Lorsque longtemps après, j’attrapai mes quinze ans,

Je fixai à vingt ans ma future vieillesse.

Or, mes vingt ans passés, j’ajoutai dix printemps,

Pensant bien qu’à trente ans j’obtiendrais la sagesse.

~

Arrivèrent ces trente et là je me disais :

On doit devenir vieux seulement à quarante.

La quarantaine vint : j’étais robuste et frais,

Alors je me suis dit, ce doit être à cinquante.

~

Cinquante tôt venu, vite je m’aperçus,

Qu’on reste jeune encore tant qu’on n’a pas soixante.

Je les ai dépassés de seize ans révolus,

Et je me trouve aussi neuf que lorsque j’avais trente.

~

Mes cheveux sont, bien sûr, devenus grisonnants,

Mais je conserve encore un peu de ma crinière ;

Je marche sans bâton, mais j’ai perdu des dents ;

Les jeunes pourraient bien me prendre pour grand-père.

~

Malgré tout, je me sens presque aussi bien portant,

Qu’en ces jours si actifs de ma plus tendre enfance ;

Plus modéré, bien sûr, sans crouler cependant.

Mes rêves envolés, je garde l’espérance.

~

Parfois je me demande : «À quel âge est-on vieux ?»

Il me semble que moi, je suis toujours le même ;

Je me tiens occupé, je ne m’en sens que mieux.

J’ignore la question, ça règle le problème.

~

Quand j’aurai mes cent ans, je dirai : Ô Seigneur,

À quel âge, est-on vieux ?» … Mais à cent ans, quoi faire,

Si la neige des ans m’interdit tout labeur ?

Mieux vaut le ciel alors … quand il plaira au Père …

Gilbert Boucher, c.s.c.

~

« Le secret pour vivre 100 ans ?

Il suffit de se rendre à 99 ans

et d’être ensuite très, très prudent ! »

~

Bon jeudi mes ami(e)s !

Colette

Gengoult

Gengoult

Ganéa, il épousa.

En guerre il partit, apprenant au retour

son infidélité,

Non, qu’il se dit, elle doit

se repentir !

Gengoult se retira à Varennes-sur-Amance,

Où il mena une vie de piété.

Un jour, non repentie, le fit assassiner

par son amant.

Le glaive le toucha mortellement.

Tout de suite, on vénéra sa mémoire.

.

Cela se passa, pour Saint Gengoult

en mai 760.

.

Pour participer :

http://jill-bill.eklablog.com/liste-des-prenoms-du-mercredi-a113378960

.

Bon mercredi mes ami(e)s !

Colette

Rimons avec la lettre «O»

Faire un texte en rime, tout en suivant l’alphabet.

Cette semaine :

Rimons avec la lettre «O»

Rimons avec la lettre «O»

Bravo les petiots !

Vous avez ramassé tous les legos,

c’est du bon boulot.

Venez, les jumeaux !

Attendez que j’ouvre les rideaux,

le soleil est si beau !

On se lave les mains au lavabo,

et je vous sers du gâteau

avec du sirop.

Après, on se donne des bécots

et on fait un beau dodo.

C’est l’anniversaire de l’oncle Roméo.

Il sortira plus tôt du bureau,

nous mangerons au resto,

et ensuite nous jouerons au bingo.

Vous verrez, ce sera rigolo.

Demain, il vous amènera au zoo

dans sa belle grande auto.

Il vous fera voir les éléphanteaux,

et bien d’autres animaux.

Bravo !

Alors, c’est pour nous, les cadeaux !

Bon mardi à toutes et tous,

Colette

Un peu de ciel

Un peu de ciel_cs9q9DlRNdeHr1NTv9vpewty4hA@300x251

http://jill-bill.eklablog.com/oyez-oyez-les-croqueurs-de-mots-a118694402

Faites parler ce vieux couple d’amoureux :

nhr39a0_jJhmgKrqfJavZ8dd4Ms

http://www.bavardage.be

~

Cette marche avec toi, Adèle,

c’est comme un peu de ciel.

Près de toi, ma fidèle,

je partage mes joies,

je partage mes peines.

Liens tissés avec amour,

au fil des jours.

Liens si forts,

qui nous rendront

jusqu’à bon port.

~

Cette marche avec toi, Albert,

dans tes bras qui m’enserrent,

comme je sens que tu m’aimes !

Quand nos mains dans nos mains,

que pour tout l’on se dit merci ;

c’est le plus beau des poèmes.

Que dans nos yeux,

brille une paix sereine ;

voilà un bon support,

qui nous rendra

jusqu’à bon port.

~

Bonne semaine

à

tous les couples d’amoureux

(jeunes et moins jeunes)

et

à toutes celles et ceux qui passeront par ici !

Colette

Mine de rien

Mine de rien_ateliers-2-13-20-09-2015

https://filamots.wordpress.com/2015/09/13/2015-2-atelier-decriture-du-13-09-20-09-2015-minuit/

~

Ah ! Je verrai à l’avenir, à ce que sur mon bail, figurent un certain nombre de transparences, dans mes conditions exigées pour mes locations, ça, c’est certain ! Je vais prendre mon courage à deux mains, et faire vraiment un homme de moi, se dit Alfred, en ce dimanche matin, où il aurait tant espéré dormir quelques heures de plus. Sans la blesser, pince-sans-rire, je vais tenter de lui expliquer que la salle de douche, n’est vraiment pas un théâtre digne de ses œuvres d’opéra, mais une toute petite pièce silencieuse, pour le bonheur de tous, y compris le locataire principal. Mine de rien, il faut absolument que je lui freine les quatre fers, à cette demoiselle Dupuis. Je pourrai alors chanter à mon tour, sur des sons moins aigus : fini le temps où chacun(e) donne libre cours à ses fantaisies.

~

Bon dimanche mes ami(e)s,

Colette

Previous Older Entries

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 819 autres abonnés