Fraîcheur enfantine

Dieu, s’il te plaît, ajoute un congé entre Noël et Pâques. Il y a rien entre les deux.

Mon Dieu, s.v.p. envoie-moi un poney. Je ne t’ai jamais rien demandé avant. Tu peux vérifier.

Cher Dieu, si tu regardes à l’église dimanche, je te montrerai mes souliers neufs.

À la place de laisser mourir les gens et de devoir en refaire d’autres, pourquoi ne pas simplement garder ceux que tu as ?

 Merci, Dieu pour le petit frère, mais j’avais demandé un petit chien.

Cher Dieu, j’attends toujours le printemps, mais il est toujours pas là. Qu’est-ce qui se passe ? Oublie-le pas !

Est-ce que monsieur le curé est ton ami ou si vous vous connaissez juste par le travail ?

Est-ce que t’as fait les girafes comme ça ou si c’était une erreur ?

Bonne fin de ce jour

et

agréable demain en toute amitié,

Clette

colette_chouinard@hotmail.com

Rejoignez 799 autres abonnés